Publicité

Proximus fait fi de la mauvaise note de Barclays (+débriefing actions belges)

La Bourse de Bruxelles a entamé la semaine sur une note légèrement positive, les investisseurs optant pour la prudence alors que la saison des résultats va démarrer en Europe.

Le Bel 20  a piqué du nez lundi avant de progressivement effacer ses pertes en seconde partie de séance. L'indice phare de la Bourse de Bruxelles a clôturé sur une progression de 0,21% à 3.021,85 points. Lanterne rouge, ING a perdu 2% à 4,74 euros. Barclays a maintenu sa recommandation à neutre, mais a réduit son objectif de cours à 8,4 euros contre 10,3 euros auparavant.

L'action Proximus a gagné 2,69% à 21,78 euros malgré les commentaires peu élogieux de Credit Suisse. Le broker pense que le leader du marché en Belgique traverse une période de plus en plus difficile. "Nous estimons que le nombre total de nouveaux clients quadruple play n'a augmenté que de 10% au quatrième trimestre, contre 16% au troisième trimestre et 40% un an plus tôt", explique l'analyste Paul Sidney. Son objectif de cours passe de 22 à 19 euros. Son conseil reste à "sous-performer".

KBCS s'inquiète pour Deceuninck

Hors Bel 20, MDxHealth a grimpé de 4,04% à 0,80 euro. Sa filiale américaine a reçu un prêt de 2,3 millions de dollars des autorités américaines dans le cadre de la loi américaine liée à la pandémie. Ce prêt porte sur deux ans et affiche un taux annuel de 1%. Le remboursement du prêt est différé pendant les six premiers mois suivant son décaissement, les paiements du principal et des intérêts commençant le septième mois.

Le titre Deceuninck a pour sa part bondi de 2,18% à 1,41 euro suite à la publication de ses résultats trimestriels. Le fabricant de profilés en PVC a fait état vendredi soir d’une hausse de 5,7% de ses revenus au cours des trois premiers mois de l’année, à 153 millions d’euros. Des chiffres supérieurs aux attentes mais qui n'ont pas rassuré KBC Securities. "Nous pensons que cette image changera radicalement au deuxième trimestre et en dehors de l'épidémie de Covid-19, nous notons également la baisse de la livre turque ces dernières semaines", a souligne son analyste Wim Hoste. C'est pourquoi sa recommandation reste à "conserver".

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés