Proximus soutient le Bel 20 (débriefing actions belges)

©BELGA

Après 9 changements de direction, le Bel 20 a terminé la dernière d'un triste mois d'octobre sur un léger rebond. Proximus n'a pas quitté une seconde la tête de l'indice.

Après une ouverture dans le rouge, le Bel 20 , bien aidé par les étincelles de Proximus, a remonté la pente. L'indice de référence à Bruxelles termine la dernière séance de la semaine sur un gain de 0,22% à 3.043,36 points.

Proximus  s'est démarqué avec un gain de 8,13% à 16,69 euros. Le groupe télécoms a relevé ses prévisions 2020 après un trimestre meilleur qu'attendu. L'opérateur historique voit toutefois les analystes de la banque Degroof Petercam réduire leurs ambitions sur le titre Proximus avec un objectif de cours qui passe de 23 à 18 euros.

Ageas (+2,37%) et Telenet (+4,63%) ont tenu compagnie à Proximus dans le haut du tableau. À l'autre extrême du Bel 20, UCB (-2,06%) a affiché la plus forte baisse du jour.

Un jour après la publication de ses bons résultats trimestriels AB InBev  (-2,04%) n'a pas profité des compliments de Goldman Sachs et de Barclays. Les deux banques ont relevé leur objectif de cours sur la valeur.

Cofinimmo  (+0,34%) a signalé avoir pris connaissance des rumeurs qui circulent dans la presse au sujet de l’acquisition éventuelle de plusieurs maisons de repos Belgique et d’un immeuble de bureaux situé sur le site de Tour & Taxis. La SIR envisage, en effet, d’acquérir les sociétés qui détiennent certains des bâtiments en question sur leur bilan.

Hors Bel 20, Sioen  a grimpé de 20% pour se rapprocher du prix qui sera offert si le projet de sortir la société de la bourse aboutit.

L'action de Biocartis , suspendue ce jeudi dans l'attente d'un communiqué confirmant la fin de la collaboration entre Exact Sciences et la biotech malinoise. Au moment de sa suspension, Biocartis chutait de 20%. Ce vendredi, elle a repris des couleurs à la faveur d'un rebond de 12,18%.

La transparence de Kinepolis (+13,54%) a été saluée. L'exploitant de salles de cinéma, à l'agonie depuis le début de la pandémie, a tenu à publier ses résultats trimestriels avec un peu d'avance. Si le nombre de visiteurs s'est écroulé au troisième trimestre, mais Kinepolis a rassuré la cote en réaffirmant sa capacité à résister financièrement à la crise.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés