Recticel, la mousse à haut potentiel

©RV DOC

Recticel a connu un parcours boursier particulièrement chahuté lors des cinq dernières années. Le consensus est aujourd’hui unanimement favorable, mais d’où vient cet optimisme?

Recticel a connu un parcours boursier particulièrement chahuté lors des cinq dernières années. D’un niveau de près de 7 euros au début de l’été 2014, le cours plonge en dessous de 4 euros en moins de 12 mois. Le titre a ensuite rebondi jusqu’à plus de 10 euros au milieu de l’année 2018, avant de s’effondrer à nouveau à l’automne dernier. Le consensus est aujourd’hui unanimement favorable, avec quatre avis d’achat signifiés par les courtiers belges. En outre, l’objectif de cours moyen permet d’entrevoir un potentiel haussier qui dépasse 50%. D’où vient cet optimisme?

Valorisation trop faible

Tout d’abord, la stagnation attendue du chiffre d’affaires (pour les trois prochains exercices) masque une amélioration sensible attendue au niveau du résultat net, qui sera d’autant plus sensible si la direction parvient à sortir des activités automobiles à bon prix. Cette opération est toutefois à l’ordre du jour depuis plusieurs années et aucun repreneur n’a jusqu’ici souhaité mettre le prix demandé par le groupe belge. Ensuite, la croissance soutenue du dividende depuis de nombreuses années a amené le rendement vers un niveau proche de 4%, ce qui reste appréciable pour un groupe qui reste perçu comme étant relativement cyclique.

Fiche technique
  • Nom: Recticel
  • Consensus: 4 avis "acheter", 0 avis "conserver", 0 avis "vendre"
  • Objectif de cours moyen: 10,83 euros
  • Capitalisation boursière: 395 millions d’euros
  • Rapport cours/bénéfice 2019: 11
  • Performance sur 5 ans: +4,3%
  • Performance sur 1 an: +9,9%
  • Croissance moyenne BPA attendue 2019/2021: +15,4%

 

Mais ce qui a vraiment fait décoller les attentes des analystes est l’offre déposée par le britannique Kingspan, qui valorisait une partie des activités à 700 millions d’euros alors que la capitalisation boursière actuelle s’élève à 395 millions d’euros. S’il s’est avéré par la suite que les actionnaires n’avaient jamais été réellement intéressés pour vendre, les termes de cette opération ont permis de souligner une valorisation probablement beaucoup trop basse. Et si le cours devait rester aux niveaux actuels, il est probable que de nouveaux acquéreurs se présenteront dans le futur. "Suite à cette offre, le marché a peut-être réalisé la valeur de certaines de nos activités", estimait récemment Olivier Chapelle, CEO de Recticel.

Dans l’intervalle, les derniers résultats ont confirmé le fait que l’exercice 2019 reste difficile, avec des ventes en recul de 8% durant le premier semestre. L’isolation (le joyau du groupe) est la seule division à avoir évolué à contre-courant, avec une progression des ventes de 4%. Pour l’ensemble de l’année, la direction s’attend à une amélioration de la tendance, avec un résultat opérationnel supérieur à celui réalisé en 2018.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect