Retour d'un fan pour Galapagos (débriefing actions belges)

©Photo News

Le Bel 20, lesté par les banques, a maigri de près de 1% ce lundi. Hors indice, Orange Belgium a fait des étincelles qui ne sont pas passées inaperçues.

La Bourse de Bruxelles a vu rouge ce mardi. L'indice Bel 20 a abandonné 0,85% pour retomber à 3.713,33 points.

Les valeurs financières cotées à Bruxelles ont pesé sur la tendance. ING (-2,60%) et KBC (-2,04%) sont restées coincées dans le fond du classement. Même constat pour Ageas (-1,17% à 44,89 euros). Les analystes de Morgan Stanley ont cependant remonté leur objectif de cours à 51 euros, contre 47,40 euros précédemment.

L'avis positif de la banque américaine sur Galapagos (+3,81% à 87,66 euros) a eu plus d'effet. Morgan Stanley est passé à l'achat sur la biotech malinoise avec un prix-cible de 129 euros. Deux autres suiveurs ont en revanche sérieusement réduit la voilure sur l'action Galapagos. L'objectif de cours de Barclays est retombé à 85,5 euros et celui de Bernstein a été raboté à 85 euros.

Les premiers pas de Cofinimmo sur le marché immobilier irlandais n'ont pas enthousiasmé la cote. L'action de la SIR a reculé de 1,11% à 125,40 euros malgré plusieurs avis d'analystes positifs. KBC Securities, toujours à l'achat sur Cofinimmo, juge "intéressante" cette acquisition de six maisons de repos et de soins et d’une clinique de réhabilitation.

Umicore (-1,60%) a pris le temps de souffler ce mardi après sa grimpette de 20% à la Bourse de Bruxelles depuis le début de l'année.

Hors Bel 20, le passage d'Orange Belgium au-dessus du prix de rachat n'est pas passé inaperçu. Le groupe télécom a fini en hausse de 2,03% à 22,65 euros. En cours de séance, le titre a même dépassé les 23 euros, soit 3,6% de plus que les 22 euros mis sur la table par la maison mère Orange pour le rachat de sa filiale belge.

Notons aussi une modification importante des statuts de Sucraf (Sucrerie et Raffinerie de l'Afrique Centrale) sur laquelle devront se prononcer les actionnaires le 16 février prochain. Outre quelques changements réglementaires pour se mettre en conformité à de nouvelles législations, le holding, détenu à 77% par la société d'investissements néerlandaise Value8, propose de changer son nom en Cumulex.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés