Seul un quart du Bel 20 s'est remis de sa chute de février 2020

©BELGA

La pandémie du nouveau coronavirus a définitivement marqué les marchés financiers. À Bruxelles, seules six valeurs affichent une performance positive depuis le 17 février 2020.

C'était il y a un an, jour pour jour. Le 17 février 2020, le Bel 20 , l'indice phare de la Bourse de Bruxelles, trône à 4.198,31 points. Un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis la crise financière de 2008. Mais la pandémie du Covid-19 passe par là et dès le lendemain, l'indice bruxellois entame une chute libre qui le fait retomber à 2.528,77 points (-39,77%) en un mois. Seule l'action Colruyt parvient à garder la tête hors de l'eau durant cette période (+4,41%).

"Le rebond des marchés depuis mars 2020 a été principalement soutenu par les valeurs technos. Or l'Europe compte peu de champions dans ce domaine."
Michel Ernst
Stratégiste actions senior chez CBC Banque

Où en est-on aujourd'hui? Même si le Bel 20 a rebondi de 49,38% depuis le 17 mars 2020, il affiche encore un recul de 10,02% par rapport à son niveau d'avant crise sanitaire.

L'explication est "logique" aux yeux de Michel Ernst, stratégiste actions senior chez CBC Banque, et elle est dépasse même le marché bruxellois. "La Bourse de Bruxelles et l'Europe en général souffrent d'un problème de représentativité du secteur technologique", explique-t-il. "Le rebond des marchés depuis mars 2020 a été principalement soutenu par les valeurs technos. Or l'Europe compte peu de champions dans ce domaine".

Deux biotechs au parcours inverse

À Bruxelles, environ un quart du Bel 20 s'est réellement remis de la crise. La palme de la meilleure hausse revient à Argenx , dont l'action a plus que doublé en un an (+102,69%). La biotech - dont la capitalisation boursière s'élève actuellement à 15 milliards d'euros - n'a cessé de progresser en bourse après avoir publié fin mai 2020 les résultats positifs en phase III de son produit phare, l'elgartigimod, sur la myasthénie grave.

-52%
Avec Proximus (-14,27%), Galapagos est l'une des rares valeurs du BEL 20 a affiché une performance négative par rapport à son niveau de mi-mars 2020.

La société belge souhaite désormais commercialiser son traitement aux États-Unis cette année. Dans l'attente du feu vert des autorités sanitaires américaines, qui devrait être annoncé dans les prochains mois, ses dépenses opérationnelles s'envolent. C'est pourquoi Argenx a profité du fait que son action évolue sur des records pour lever récemment près de 1 milliard d'euros.

De son côté, l'autre biotech de la cote, Galapagos , enchaîne les mauvaises nouvelles depuis plusieurs mois. Dernière en date: l'entreprise belge et son partenaire américain Gilead ont annoncé l'arrêt de la phase III testant le ziritaxestat dans le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique. Si bien qu'en bourse, c'est la grosse déprime.

Galapagos signe la plus forte baisse au sein du Bel 20 (-71,38%). Qui plus est, c'est l'une des rares valeurs - avec Proximus (-16,39%) - à afficher une performance négative par rapport à son niveau de mi-mars 2020 (-50,99%).

Perspectives positives

Dans le bas du tableau, on retrouve également une action dont on a souvent entendu parler durant la crise sanitaire, Barco (-44,18%) . Le spécialiste des technologies de l'image, qui fournit notamment des projecteurs aux salles de cinéma, a subi de plein fouet les mesures de confinement. Ses ventes ont chuté de 29% l'an dernier et son carnet de commandes a baissé de 13% par rapport à l'exercice précédent.

Mais la lumière s'annonce au bout du tunnel. Que ce soit pour Barco, dont l'action a récemment surfé sur le boom du marché du cinéma en Chine, ou pour l'ensemble de la Bourse de Bruxelles.

Pour Michel Ernst, le Bel 20 devrait récupérer totalement ses pertes de l'année passée à court/moyen terme. "Depuis novembre 2020, les gestionnaires de fonds se repositionnent et favorisent désormais les actions délaissées" durant la crise sanitaire. Ainsi, des poids lourds belges comme les valeurs ING (+48%) et KBC (+35%) ou Aperam (+50%) ont mené la tendance ces quatre derniers mois.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés