Seules deux actions ont engrangé des gains à Bruxelles

Parmi les actions qui ont le plus perdu des plumes à la Bourse de Bruxelles cette semaine, AB InBev est largement en tête avec un recul de plus de 20%.

  • Parmi les actions qui ont le plus reculé dans le Bel 20 après Galapagos, AB InBev a abandonné 23,31% à 50,73 euros. Le brasseur a pourtant publié une hausse de 29% de son bénéfice par action à 3,71 euros. Un montant largement suffisant pour proposer à ses actionnaires la distribution d’un dividende final de 1 euro par action. Ce qui porte le dividende total à 1,80 euro.
    AB InBev a donc enregistré des résultats plutôt honorables en 2019. Il reste qu’au cours du quatrième trimestre, le groupe a subi une dégradation assez nette de ses performances. Le bénéfice par action affiche un recul de 32,4%. Par ailleurs, il a indiqué que l’impact du Covid-19 sur ses activités continue d’évoluer. Il estime que l’épidémie a entraîné une perte de produits d’environ 285 millions de dollars et une perte d’ebitda d’environ 170 millions en Chine pour les deux premiers mois de 2020. Ce dernier montant représente 0,8% de l’ebitda total du groupe sur l’année 2019.
    À Amsterdam, Heineken a perdu 13,12% à 90,22 euros. 

  • Solvay a enregistré une baisse de 4,75% de son bénéfice par action en 2019. C’est au quatrième trimestre que la dégradation de ses affaires a été la plus visible. Le groupe de chimie de spécialités a été affecté par l’arrêt de la production du Boeing 737 MAX, la décélération des affaires dans le secteur automobile et les difficultés croissantes dans le secteur du pétrole et du gaz. Pour cette année, il ne fait guère preuve d’enthousiasme. Il estime que le contexte macroéconomique difficile devrait se poursuivre en 2020. En outre, il évalue à 25 millions d’euros l’impact négatif des perturbations liées au Covid-19 au premier trimestre. Sur le dossier du Boeing 737 MAX, la facture devrait s’élever de 30 à 40 millions d’euros.
    Dans ce contexte incertain, Solvay va proposer à ses actionnaires un dividende brut inchangé de 3,75 euros par action. Prudence oblige.
    À la Bourse de Bruxelles, son action s'est contractée de 13,4% à 82,08 euros.

  • Parmi les autres membres du Bel 20 à avoir communiqué des résultats, AvH a perdu 11,24% à 129,50 euros. Le holding anversois a réalisé un bénéfice record de 394,9 millions d'euros. Suite à cette performance, il a pris la décision de rehausser le montant brut du dividende de 7,8% à 2,50 euros par action.

  • Emporté dans un premier temps par la chute des marchés, UCB a tenté un rebond sans parvenir revenir durablement dans le vert. Sur la semaine, il accuse une perte de 9,08% à 83,56 euros.

  • Galapagos s’est effondré de 24,93% à 187,30 euros. Le fonds spéculatif Citadel Advisors a accru sa position vendeuse sur cette valeur à 0,96% du capital de la société biotech. Par ailleurs, Cantor Fitzgerald a abaissé sa recommandation sur le certificat américain à "neutre" avec un objectif de cours de 192 dollars. Chez Bank of America, les analystes notent cet ADR à "sous-performance" avec un objectif de cours revu à la baisse à 213 dollars.

  • Bpost a cédé 12,29% à 7,408 euros. À Amsterdam, PostNl a annoncé des résultats jugés satisfaisants par Degroof Petercam. Ce courtier a cependant quelques inquiétudes sur l’évolution des affaires en 2020, alors que la croissance dans la branche "colis" est inférieure à la fois à ses attentes et à celle des prévisions de la société elle-même. L’action de ce groupe postal néerlandais a abandonné 13,22% à 1,375 euro. Cela dit, PostNl a dégagé un résultat opérationnel cash sous-jacent de 79 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 843 millions au quatrième trimestre, supérieur aux attentes des analystes.

  • Melexis n’observe toujours qu’un effet limité du coronavirus sur ses affaires. Lors d’une rencontre avec les investisseurs mercredi à Paris, le courtier Kepler Cheuvreux a indiqué qu’il est trop tôt pour évaluer l’intégralité de l’impact de l’épidémie sur le groupe belge. L'action a néanmoins lâché 12,50% à 62,30 euros.

  • Spécialisé dans les garde-meubles, Shurgard a dégagé des revenus en progrès de 5% à 256,9 millions d’euros. Son action a enregistré un repli de 12,96% à 30,55 euros. Sur l'ensemble de la Bourse de Bruxelles, seules deux valeurs ont engrangé des gains. Il s'agit de Spadel (+1,54%) et de Curetis (+9,4%). 

  • Les résultats record communiqués par Peugeot au titre de son exercice 2019 ont permis de redonner un moment quelques couleurs à l’ensemble du secteur automobile en Europe. Celui-ci affiche la deuxième moins médiocre prestation (-10,7%) sur la semaine des 19 sous-groupes sectoriels du Stoxx 600, après celui des "utilities" (-9,9%). Toujours dans le secteur auto en Europe, Renault a encore dérapé de 16,38% à 26,495 euros. Repli aussi de Daimler (-11,87% à 37,54 euros).
    Quant à l’action Peugeot, elle a perdu 8,54% à 17,505 euros. La marque au lion a réalisé un bénéfice de 3,2 milliards d’euros et une marge opérationnelle courante de 8,5%. Le groupe entrevoit un recul de 3% du marché européen cette année.

  • Danone a reculé de 10,25% à 63,72 euros. Le groupe a abaissé ses prévisions de ventes et de marge opérationnelle pour 2020 en évoquant notamment les incertitudes provoquées par l'épidémie de coronavirus partie de Chine.

  • Le propriétaire de la marque belge Vandenborre, Fnac Darty, a fait part d’un bénéfice en repli de 28% à 114 millions d’euros. Il proposera pour une première fois un dividende brut de 1,50 euro par action. Celle-ci a contenu ses pertes à 2,84% à 41,12 euros.
  • Le spécialiste des bâtiments et travaux publics Eiffage relève pour sa part son dividende 16,7% à 2,80 euros par action. Son titre abandonne malgré tout 2,39% à 96,42 euros.

  • L’action du cabinet de sondages français Ipsos a perdu 9,58% à 27,85 euros. En marge de la publication de ses résultats, ses dirigeants ont indiqué qu’il n’est pas possible de faire des prévisions fiables concernant les effets du coronavirus, du fait que l’enchaînement des événements est incertain.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés