Solvay surnage à Bruxelles (Débriefing actions belges)

©BELGA

Nouvelle séance à deux visages sur le marché bruxellois avec, au final, un repli de 0,50% pour le Bel 20. Les actions Solvay, Ontex et IBA se sont distinguées.

Après une ouverture dans le rouge, le Bel 20 a rapidement repris ses esprits. Il a passé une bonne partie de la séance en territoire positif avant de plier devant la nouvelle rechute des marchés US. Le Bel 20 a reculé de 0,50% avec seulement une poignée de ses membres dans le vert.

Au sommet, Solvay a poursuivi sa remontée. Le titre bénéficie ces derniers jours de plusieurs signaux positifs attestant d'une reprise dans les secteurs gourmands en peroxyde et en polymère. Solvay (+2,61%) a signé la plus forte hausse du jour, ponctuant de belle manière un mois de hausse continue à près de 15%.

L'action ING (+1,99%) a franchi le cap des 7 euros et celle de KBC (+1,25%) est repassée pour la troisième fois de la semaine au-dessus de 48,50 euros en séance. Les deux banques, portées par la bonne humeur qui a régné sur le secteur, ont longtemps soutenu le Bel 20 tout comme Umicore (+1,06% à 38,93 euros). Le spécialiste du recyclage des métaux a remonté son cours de plus de 27% sur les douze derniers mois, avec un pic à 49 euros début février et un plancher de 27,18 euros à la mi-mars.

Sofina , le véhicule financier des familles Boël est resté embourbé dans le fond du classement après la publication de ses résultats semestriels. L'action a perdu 7,33%, plus forte chute du Bel 20. Les investisseurs reprennent leurs gains sur une action qui a grossi de plus de 60% depuis la mi-mars.

Hors Bel 20, Ontex a profité d'une recommandation à l'achat de la part des analystes de KBC Securities pour bondir de 6,33%.

IBA  a avancé de 6,18%. Le spécialiste de la protonthérapie a grimpé de 40% depuis dix jours et l'annonce de son alliance avec un partenaire local pour poursuivre son aventure en Chine, un deal à au moins 100 millions d'euros. Pour mémoire, IBA, leader mondial de son secteur, avait en mai 2017 une action qui se négociait à 56 euros. Elle avait chuté de 40% en quelques semaines et la cabriole s'est poursuivie à mesure qu'IBA revoyait ses ambitions à la baisse.  

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés