Solvay, Umicore et Proximus ont résisté (Débriefing actions belges)

©BELGA

La Bourse de Bruxelles a eu du mal à poursuivre son rally du Nouvel An. Le Bel 20 a perdu plus de 1%. Sur le marché secondaire, trois biotechs étaient recherchées.

Malgré une brève apparition dans le vert en début de journée, le Bel 20 n'a pas su maintenir la cadence pour engranger des points. Il termine en repli de 1,37% à près de 3.710 points.

Les valeurs défensives étaient aux avant-postes une bonne partie de la séance. Le spécialiste de l'immobilier logistique WDP (-0,77%) , UCB (-0,62%) ou encore Colruyt (-0,10%) ont longtemps occupé le haut du tableau.

Au final, seules les actions Proximus (+0,30%), Umicore (+0,66%) et Solvay ont terminé dans le vert. Le groupe chimique a réagi à la note de JPMorgan, glanant 0,89% à 101,80 euros. Les analystes de la banque américaine ont relevé leur objectif de cours à 115 euros, contre 104 euros précédemment. Ils restent également à l'achat sur le titre du groupe chimique avec une recommandation toujours fixée à "surpondérer".

Aperam (-0,96%) a aussi vu un suiveur remonter son objectif de cours. Mais les investisseurs ont été nombreux à reprendre leurs billes après la belle progression en bourse du producteur d'acier au cours des dernières semaines.

Parmi les nombreux perdants du jour, on retrouvait AB InBev (-2,16%). Le brasseur a décidé d’exercer ses options pour rembourser des obligations à hauteur de 2,1 milliards d’euros et de 650 millions de dollars australiens.

Lanterne rouge du Bel 20, argenx a lâché 5,61%. L'action, qui a affiché le meilleur rendement en 2020, a déjà perdu près de 8% depuis le début de l'année.

Hors Bel 20, l'action Hamon  a encore chauffé (+37,42%). En l'espace de trois semaines, elle a grimpé d'environ 150% sans réelle explication.

Plusieurs biotechs présentes sur le marché secondaire ont affiché des gains de plus de 7%. C'est le cas d'Oxurion , de Sequana Medical  et de Biocartis . Cette dernière a indiqué avoir atteint ses principaux objectifs de 2020 avec notamment une position de cash se situant à 124 millions d'euros fin 2020, soit un peu mieux qu'attendu.

L'armateur Euronav (-5,31% à 7,02 euros.) a cargué les voiles alors que deux "shorters" se sont renforcés sur son titre. Les analystes de Cleaves Securities ont aussi rogné leur recommandation. Ils invitent leurs clients à "vendre" Euronav. L’objectif de cours reste fixé à 7,5 dollars, soit environ 6,11 euros.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés