Ultra-haut début de reprise pour Proximus

Le travail à domicile, en forte hausse à cause du confinement dû au coronavirus, fait gonfler la demande de services télécoms, ce qui sourit à Proximus. ©EPA

En deux séances, l'action Proximus a rebondi de 31%, après avoir été emportée dans la tourmente de la crise du coronavirus ces dernières semaines. Plusieurs facteurs soutiennent le cours du groupe télécom.

Après avoir bondi de 21% mardi, Proximus  a encore grimpé de 8,31% ce mercredi, ce qui a permis au Bel 20  de surnager dans des marchés à nouveau plombés par la crise du Covid-19. L'épidémie de coronavirus avait pourtant fait plonger le titre de l'opérateur télécom dernièrement, comme la plupart des actions: en moins de quatre semaines, il avait dégringolé de 36,50%.

Comment expliquer cette remontée fulgurante (+31%) de Proximus en deux jours?

"Les investisseurs se focalisent sur les valeurs défensives de qualité, qui présentent un bilan sain et une bonne génération de liquidité. Dans ces domaines, Proximus est un des meilleurs parmi les télécoms."
Ruben Devos
Analyste chez KBC Securities

"Premièrement, les opérateurs néerlandais KPN et VodafoneZiggo ont obtenu gain de cause en justice face à l'Authority for Consumers and Markets (ACC)", explique Ruben Devos, analyste chez KBC Securities. L'ACC voulait contraindre les deux groupes télécoms à ouvrir leurs réseaux à de petits concurrents. Cette jurisprudence pourrait servir les intérêts de Proximus qui est, comme KPN, un opérateur historique.

Par ailleurs, "les investisseurs se focalisent sur les valeurs défensives de qualité, qui présentent un bilan sain et une bonne génération de liquidité", signale Ruben Devos. "Dans ces domaines, Proximus est un des meilleurs parmi les télécoms."

Ventes à découvert

En outre, "actuellement, de plus en plus de monde travaille à domicile", rappelle M. Devos. Selon lui, cette situation provoque une hausse de la demande de services télécoms, dont profite, entre autres, Proximus.

10
Rapport cours/bénéfice de Proximus
Le rapport entre le cours de bourse de Proximus et son bénéfice par action est tombé à 10 lundi en clôture, contre 15,5 il y a moins d'un mois. Il est à présent revenu à environ 13.

Un quatrième facteur soutient le cours de l'opérateur belge: l'interdiction de la vente à découvert. "Proximus était souvent 'shortée' (vendue à découvert)", souligne Ruben Devos. La FSMA a décidé de prohiber cette spéculation à la baisse pour un mois.

De plus, Proximus a profité de l'annonce, ce mercredi matin, de la reprise des travaux de collaboration avec Orange Belgium en vue d'un partage de leurs réseaux mobiles. Ceux-ci avaient été suspendus par une décision de l'Autorité de la concurrence, le temps que le régulateur des télécoms prenne connaissance des détails de l'accord. Cette période de suspension a pris fin lundi.

Rendement du dividende

Enfin, des investisseurs à l'affût d'opportunités se sont vraisemblablement intéressés à l'action Proximus après sa chute des quatre dernières semaines. On peut les comprendre: le rapport cours/bénéfices est passé de 15,5 le 20 février à 10 lundi en clôture. Il est à présent revenu à 13.

La suite dépendra de la capacité de Proximus à maintenir un niveau de dividende intéressant. "Il sera vraisemblablement abaissé", anticipe Ruben Devos. Le rendement brut du dividende actuel dépasse 6%, après avoir atteint 8,70% lundi soir.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés