Un broker anticipe une montée de plus de 30% pour Hyloris

La société biopharmaceutique Hyloris est arrivée à la Bourse de Bruxelles en juin dernier au prix de 10,75 euros l'action. Berenberg voit à présent le titre monter à 18 euros ©Tim Dirven

Partagés entre les craintes liées à l'inflation et les espoirs liés à la réouverture des économies, les marchés boursiers sont restés proches de l'équilibre.

Les grands indices européens sont revenus titiller leurs records, ce mardi. Le DAX de Francfort (-0,06%) a même franchi un plus haut historique en cours de séance alors que l'indice paneuropéen Stoxx 600 a terminé la journée à moins de cinq points du son record du 10 mai.

Plusieurs banquiers centraux ont tenté de rassurer les investisseurs sur l'inflation. Deux poids lourds de la Fed ont ainsi insisté sur le côté temporaire de la poussée inflationniste en cours. En Europe, la présidente de la BCE a écarté tout retrait prématuré des mesures de soutien de la Banque centrale européenne.

"Il est essentiel que le soutien monétaire et budgétaire ne soit pas retiré trop tôt."
Christine Lagarde
Présidente de la BCE

Deux signaux qui ont redonné du tonus aux indices boursiers européens pendant une bonne partie de la séance. Mais, en fin de journée, les places européennes ont effacé une grande partie, voire la totalité, de leur avance pour terminer proches de l'équilibre.

À la fermeture des marchés en Europe, Wall Street suivait la même tendance, le Dow Jones abandonnant 0,1% et le Nasdaq s'adjugeant 0,7%.

Deux chevaliers blancs pour Recticel

Le Bel 20 a avancé de 0,05% avec la majorité de ses composants dans le rouge. Le plus affecté était Galapagos qui a perdu 2,27%. Les replis d'UCB (-0,96%) et d'AB InBev (-0,86%), malgré un gentil mot des analystes de Morgan Stanley, ont également bridé la progression de l'indice vedette du marché bruxellois.

Hors Bel 20, le titre Hyloris (+4,12% à 13,9 euros) était très demandé. Le broker Berenberg s'est montré très élogieux sur l'action de la société spécialisée dans les médicaments génériques. Il faut dire que depuis que la banque a entamé le suivi de l'action au début de l'année, Hyloris a grossi de près de 50%.

+35%
Hyloris
Berenberg a remonté son objectif de cours pour Hyloris à 18 euros. Cela représente une prime de 34,83% par rapport au cours de clôture de ce lundi.

Ce mardi, Berenberg est revenu à la charge en louant la bonne gestion de l'entreprise et l'introduction d'un nouveau traitement dans son pipeline. Berenberg pointe aussi plusieurs nouveaux partenariats autour de la commercialisation de l'analgésique Maxigesic IV, le produit phare d'Hyloris. De quoi réitérer son conseil à l'achat et de remonter encore plus ses ambitions en faisant passer son objectif de cours pour Hyloris de 15 euros à 18 euros, soit une prime de 34,83% par rapport au cours de clôture de ce lundi.  Pour rappel, Hyloris est arrivée à la Bourse de Bruxelles en juin dernier au prix de 10,75 euros l'action.

Recticel , l'autre titre qui a retenu l'attention des investisseurs sur le marché bruxellois, a grappillé 0,57% à 14,08 euros, soit plus que les 13,50 euros mis sur la table par le groupe autrichien Greiner. Ce dernier a lancé une OPA sur la société flamande vendredi dernier à un prix que de nombreux observateurs jugent insuffisant. Certains suiveurs voient même d'autres acteurs surenchérir. D'Ieteren et Wendel ont ainsi été cités en exemple par les analystes de la banque Degroof Petercam.

Engie voit grand

Au rayon des valeurs européennes, Iliad a chuté de 10,23%. Le propriétaire de l'opérateur français Free a fait le point sur ses comptes.

Engie mise sur une accélération de son développement dans les énergies renouvelables pour gonfler ses revenus.

Au terme du premier trimestre, il a dégagé un chiffre d'affaires en hausse de 33,6%. Il s'affiche toutefois en deçà des attentes du marché. Un marché qui a également sanctionné l'abandon de l'objectif de génération de trésorerie d'Iliad au nom de l'accélération des investissements dans la 5G.

Toujours à Paris, Engie (+3,02%) n'a pas quitté une seconde la tête du CAC 40 à la suite de la publication de ses résultats trimestriels. La cote parisienne a apprécié le nouvel objectif de croissance fixé par Engie. Le groupe parie en particulier sur une accélération de son développement dans les énergies renouvelables pour doper ses performances.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés