Voici les actions belges victimes des "shorteurs"

©REUTERS

Les "shorteurs", ces spéculateurs qui misent sur une baisse d'une valeur, restent très actifs en Belgique. Leurs trois proies de prédilection sont Nyrstar, Ontex et IBA. Mais il y en a d'autres.

Argenx , Befimmo , Mithra , Solvay et surtout Melexis , le producteur de puces pour le secteur automobile, sont les nouvelles cibles belges des "shorteurs", ces spéculateurs qui misent sur une baisse des actions. Via un système de prêt de titres, ils vendent ces derniers sur le marché, accroissant la pression baissière. Ils espèrent les racheter plus tard à un cours plus bas et empocher la différence.

Ces investisseurs dont le côté nuisible n’est plus à démontrer sont tenus de déclarer leur position vendeuse auprès de la FSMA, le gendarme des marchés financiers belge, lorsque celle-ci atteint 0,50% du capital d’une société cotée.

Sur la base de ces données mises à jour régulièrement nous pouvons dresser le classement des valeurs qui sont dans leur collimateur et découvrir quelles sont celles qui, ces derniers temps, ont éveillé leur convoitise comme les cinq noms mentionnés à l’entame de cet article.

Nyrstar et le risque de dilution

Comme dans notre précédent tour d’horizon qui remonte à la mi-septembre, Nyrstar reste la proie favorite de ces fonds spéculatifs avec une position vendeuse totale représentant 5,53% du capital contre 4,49% il y a trois mois. L’annonce d’une facilité de crédit de 650 millions de dollars accordée par Trafigura, son actionnaire majoritaire, a fait décoller l’action qui a doublé en quelques jours.

Mais le soufflé est vite retombé. Les analystes craignent, en effet, que l’examen, toujours en cours, de la structure du capital du groupe ne conduise à une nouvelle dilution du titre via, par exemple, une transformation d'une partie de la dette colossale du groupe en nouvelles actions. Les "shorteurs" misent manifestement sur un tel scénario pour tirer leurs marrons du feu.

Les positions vendeuse sur les sociétés belges cotées. ©FSMA

L'examen approfondi d'Ontex

Statu quo également pour Ontex qui conserve sa deuxième place avec une position vendeuse totale qui est passée de 4,42% à 4,31%. L’abandon de la proposition d’offre indicative de rachat de PAI Partners a fait revenir le titre sur terre. Mais, même avec un recul de 42% de l’action du producteur des produits d’hygiène personnelle depuis le début de l'année, les spéculateurs ne lâchent pas leur proie.

Lors de la publication des résultats 2018, le groupe dirigé par Charles Bouaziz présentera les conclusions de son examen complet des options pour accélérer la génération de valeur au bénéfice des actionnaires. 

IBA remplace Euronav

Changement, par contre, pour la troisième marche du podium désormais occupée par IBA avec un total de 3,23% de son capital emprunté pour spéculer à la baisse. Après sa série d’avertissements sur résultats, l’action du spécialiste de la protonthérapie reste dans les patates (-49% depuis janvier) pour utiliser une expression revenue à la mode.

Les craintes d’une concurrence croissante ont pesé sur le titre. Mais dans une interview accordée à L’Écho il y a un mois, Olivier Legrain, le CEO d’IBA a confirmé le retour à la profitabilité pour 2018. Il a également assuré que le concurrent américain Varian ne menaçait en rien la position de leader du groupe.

Euronav (2,25%) troisième du classement précédent se retrouve en quatrième position tandis que Bekaert (2,11%) prend la place de Colruyt (1,86%) et devient 5e.

Bpost et Umicore en ligne de mire

Bpost qui comme on le sait a connu une année catastrophique en perdant plus des deux tiers de sa valeur reste dans le collimateur de deux fonds spéculatifs totalisant une position de 1,40% du capital.

Umicore , de son côté, a connu un premier semestre tonitruant en Bourse avant de perdre tout le terrain gagné et même davantage. Le groupe est désormais aussi une cible de choix (1,73%).

Notons, pour terminer, que deux sociétés ont quitté les écrans radars des "shorteurs": l’assureur Ageas et le spécialiste des tapis Balta .

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect