Publicité
Publicité

Zalando se prend les pieds dans le tapis après ses résultats

La hausse des investissements de Zalando n'est pas passée auprès des investisseurs. ©REUTERS

Les résultats d'entreprises ont été diversement accueillis sur les marchés. Les investisseurs se sont montrés prudents avant la publication du rapport de l'emploi aux États-Unis vendredi.

Les marchés d'actions européens ont connu une séance marquée par la prudence avant la publication du rapport sur les créations d'emplois aux États-Unis, attendu ce vendredi. Les résultats de sociétés ce jeudi ont été accueillis de manière diverse par les investisseurs.

Le Bel 20 a pris 0,62%, l'AEX 0,26% et le CAC 40 0,52%. Le DAX a avancé de 0,33% et le FTSE 100 a stagné. L'Euro Stoxx 50 a engrangé 0,39% et le Stoxx 600 0,37%.

Le secteur des ressources de base a accusé la plus forte baisse en Europe avec le recul des cours des métaux, comme le cuivre.

Du côté des secteurs, le compartiment des ressources de base (-2,63%) a accusé la plus forte baisse avec le recul des cours des métaux comme le cuivre, ce qui a affecté à Londres Anglo American (-5,04%), BHP (-3,8%) et Rio Tinto (-4,21%). Le segment des voyages et loisirs a par contre poursuivi son rebond de la veille et a signé la meilleure progression du Stoxx 600 ce jeudi (+1,53%).

Du côté des valeurs, les résultats d'entreprises ont dicté la tendance. En tête du Stoxx 600 et du SBF 120, Eurofins Scientific a grimpé de 10,27% pour toucher un plus haut historique après avoir relevé ses prévisions pour 2021.

Les publications de Beiersdorf (+4,71%), Siemens (+2,6%) et de Merck (6,83%) ont aussi été bien accueillies par les investisseurs.

Rolls-Royce a reconnu qu'il a besoin que le trafic de passagers revienne à au moins 80% de ses niveaux pré-pandémie pour tenir ses objectifs de long terme et faire rentrer des liquidités.
Laura Hoy
Analyste chez Hargreaves Lansdown

Rolls-Royce (+5,87%)a créé la surprise avec ses résultats. Le groupe, spécialisé dans les moteurs d'avion, a annoncé jeudi un retour dans le vert avec un bénéfice de 393 millions de livres au premier semestre grâce à sa restructuration et au début de reprise dans l'aviation."Le groupe a reconnu qu'il a besoin que le trafic de passagers revienne à au moins 80% de ses niveaux pré-pandémie pour tenir ses objectifs de long terme et faire rentrer des liquidités, ce qui semble encore incertain compte tenu des incertitudes sur la reprise du transport aérien", a souligné Laura Hoy, analyste chez Hargreaves Lansdown.

À Paris, Crédit Agricole (-0,3%) a d'abord évolué en tête du CAC 40 avant de se retourner à la baisse et d'accuser l'un des plus forts replis de l'indice. Malgré des solides résultats au deuxième trimestre, un trader a évoqué des performances de moins bonne facture que les concurrents dans la banque d'investissement et de financement.

À Francfort, Zalando a lâché 4,83%. Le géant européen de la vente de prêt-à-porter en ligne a annoncé une nette augmentation de ses dépenses en marketing pour mieux affronter la réouverture des magasins physiques après la levée de restrictions sanitaires. Les analystes de J.P. Morgan ont écrit dans une note que les résultats étaient "solides mais décevants par rapport aux attentes", soulignant en outre un résultat d'exploitation (Ebit) insatisfaisant et l'absence de relèvement des prévisions.

Bayer (-7,6%) et Adidas (-6,02%) ont également souffert après leur publication de résultats.

KBC au rapport

À la Bourse de Bruxelles, KBC a bondi de 2,13%,  après un rapport trimestriel solide et des perspectives revues en hausse. L'action avait ouvert en baisse, mais après la conférence avec les analystes sur les résultats, elle a opéré un virage à 180 degrés.

100
euros
Melexis est passé en séance au-dessus de ce seuil, mais a terminé à 97,1 euros.

Melexis a touché 100 euros avant de terminer à 97,10 euros, sur une progression de 2,99%. L'action du spécialiste belge des semi-conducteurs se trouve dans une tendance haussière depuis la fin juillet, plus particulièrement depuis le 28 et l'annonce de résultats supérieurs aux attentes et d'un relèvement de ses prévisions.

Sur le marché élargi, Fagron a gagné 3,84% malgré des analystes un peu circonspects face à ses résultats. Econocom a glissé de 3,71%en raison d'un détachement de dividende. Celui-ci n'est pas un dividende ordinaire, un remboursement d'une prime d'émission de 0,12 euro par action.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés