A la poursuite d'octobre rouge

Pour une énième fois, les marchés européens ont abandonné leurs courbes à l'influence de la macroéconomie américaine. Les investisseurs ont réagi de façon négative à la publication d'un indice américain ISM manufacturier en recul au mois de septembre. Oubliant la progression des valeurs pétrolières et des valeurs minières après les bonnes nouvelles en provenance du secteur industriel chinois.

L'activité manufacturière en Chine a connu une expansion accélérée au mois de septembre, selon l'indice PMI des directeurs d'achats officiels, qui est publié par une organisation proche du gouvernement. A l'inverse, les ventes des commerçants de détail allemands ont enregistré en août un recul sur un mois, contrairement aux prévisions et malgré la bonne santé de l'économie, selon des chiffres provisoires diffusés vendredi.

Les opérateurs sont restés prudents compte tenu de la situation budgétaire en zone euro, mais ont surtout été déçus par des  indicateurs décevants en provenance de la première économie mondiale. En ligne de mire notamment, l'enquête ISM manufacturier aux Etats-Unis sur le mois de septembre. Il s'agit d'un indicateur clef rappelle le courtier Aurel Securities, la publication de l'indice composite en août a en effet été à l'origine du rebond du marché boursier début septembre.

"Les investisseurs ont intégré le scénario de ralentissement de l'activité économique mais ils ont besoin de savoir qu'elle sera son rythme de croissance pour les prochains mois. Si le PMI baisse il sera difficile d'anticiper une hausse du marché d'actions et le scénario en +W+ reviendra dans tous les esprits"
, a ajouté le courtier. Par ailleurs, même si la confiance des consommateurs, mesurée par l'Université du Michigan, a moins reculé que prévu, elle reste en recul en septembre, ce qui fait peser des inquiétudes sur la consommation américaine, véritable moteur de l'économie outre-Atlantique.

A la clôture, l'indice DJ Stoxx 600 relâchait 0,24 % à 259,09 points. Les valeurs pétrolières ont signé les meilleures progressions sectorielles en Europe avec un gain de 1,81 % selon l'indice DJ Stoxx 600 de référence. En cause, la remontée des cours du brut au-dessus de 80 dollars le baril, sur fond de nette dépréciation du billet vert. A l'inverse, le compartiment automobile a mis en fuite 1,96 %, accusant notamment l'embardée des actions BMW et Rolls Royce.

A Bruxelles, l'indice Bel 20 a porté sa décote finale à 0,40 % à 2.579,39 points, à contre-courant des gains d'Ageas (+1,00 % à 2,12 euros) et de Telenet (+0,83 % à 24,82 euros). Colruyt, qui va étendre les heures d'ouverture de ses magasins, n'a progressé que de 0,13 % à 194,15 euros. Son concurrent Delhaize s'est tassé de 2,20 % à 52,03 euros en dernière position.

Hors Bel 20, Thenergo a enregistré un envol de 50,00 % à 1,35 euros en une séance et une progression de 321,88 % sur la semaine. Option a suivi de 28,21  %. Bois Sauvage, qui a confirmé que des discussions étaient en cours concernant sa participation en Banque Degroof, a bondi de 4,56 % à 183,49 euros.

L'indice AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a cédé 0,18% à 333,78 points. Le groupe chimique néerlando-suédois Akzo-Nobel a enregistré la plus forte baisse de la journée, cédant 2,23% à 44,25 euros. La hausse la plus forte a été enregistrée par le groupe de BTP BAM qui gagne 2,36% à 4,86 euros.


Le Footsie joue le flambeur grâce à British Petroleum

Par rapport à ses consoeurs, la Bourse de Londres a terminé en nette hausse vendredi, le regain d'optimisme profitant avant tout aux secteurs pétrolier et minier. L'indice Footsie a gagné 44,28 points, soit 0,80% à 5.592,90 points.

Les investisseurs ont accueilli avec une évidente satisfaction l'arrivée de l'Américain Bob Dudley à la tête du géant pétrolier BP, dont l'action a
grimpé de 10% en trois jours, comblant une partie des pertes subies après l'explosion de sa plate-forme dans le golfe du Mexique. Le cours de BP s'est apprécié de 2,97 % à 440,50 pence. Une valeur restant néanmoins encore inférieure de 30% à sa valeur d'avant la catastrophe, en avril.

Cela a évidemment profité aux autres valeurs pétrolières. Sur la séance, BG Group a fait encore mieux (+4,60% à 1.170 pence), et Tullow Oil a gagné 2,67%, à 1.308 pence. Du côté des minières, Vedanta a notamment pris 2,03%, à 2.209 pence, et African Barrick Gold 1,61%, à 599,50 pence.

A l'inverse, les valeurs dites défensives, vers lesquelles les investisseurs se tournent en cas de craintes sur la conjoncture, ont été délaissées, à l'instar de la pharmaceutique Shire qui a cédé 0,98% à 1.420 pence, ou du cigarettier British American Tobacco qui a lâché 0,59% à 2.360,50 pence.
Le groupe de luxe Burberry a subi des prises de bénéfices après avoir grimpé dans la semaine grâce à des rumeurs de rachat, abandonnant 0,96% à 1.030 pence.


La Bourse de Francfort s'est faite renverser par BMW

L'indice Dax des trente valeurs vedettes a reculé de 0,28% à 6.211,34 points. Le constructeur a enregistré la plus forte baisse de l'indice (-4,16 %) finissant à 49,3 euros après avoir annoncé vendredi le rappel de centaines de milliers de voitures dans le monde, qui touche également sa marque de luxe Rolls-Royce, une mauvaise nouvelle pour l'image du numéro un mondial du haut de gamme.
 
Au total, 345.000 BMW, des berlines Série 5, 6 et 7, sont concernées, et 5.800 Rolls-Royce. A titre de comparaison, le groupe a écoulé l'an passé 1,07 million de BMW et 1.002 Rolls-Royce dans le monde.

Commerzbank a perdu 0,99% à 6,02 euros. Selon la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le conseil de surveillance de la deuxième banque allemande pourrait se pencher dès octobre sur une augmentation de capital, destinée notamment à rembourser les aides publiques perçues pendant la crise.


La Bourse de Paris a péché par attentisme


Le CAC 40 a perdu 0,62%, reculant de 23,09 points à 3.692,09 points dans un volume d'échanges de 3,557 milliards d'euros, enregistrant ainsi sa cinquième séance de baisse consécutive.

Les valeurs liées à la consommation ont logiquement souffert: LVMH a reculé de 2,28% à 105,15 euros et PPR de 2,19% à 116,15 euros.
Le secteur pétrolier s'est en revanche bien comporté, soutenu par des bonnes nouvelles et un prix du baril de Brent à son plus haut depuis début août.

Cela a permis à Total d'engranger 0,71% à 38,07 euros tout comme les parapétrolières Technip (+1,71% à 60,00 euros), Maurel et Prom (+0,99% à 10,19 euros), Bourbon (+2,25% à 30,62 euros) et CGG Veritas (+3,29% à 16,63 euros).

Le secteur des services informatiques a lui aussi connu une bonne séance, porté par les bons résultats de l'américain Accenture. CapGemini a grimpé de 4,06% à 38,29 euros, comme Atos Origin (+2,11% à 33,86 euros) et Steria (+2,03% à 22,37 euros).



AGENDA

UE
Le taux de chômage dans la zone euro est resté inchangé en août, à 10,1% de la population active, selon des données publiées vendredi par l'office européen des statistiques Eurostat. Cela fait à présent six mois consécutifs que le chômage est au moins à 10%, son plus haut niveau historique depuis la création de la zone euro en 1999.

La croissance de l'activité dans l'industrie manufacturière a ralenti en septembre dans la zone euro, selon une deuxième estimation de l'indice des
directeurs d'achats (PMI) publiée vendredi. L'indice PMI manufacturier a nettement baissé, à 53,7 points après 55,1 points en août, a indiqué la société Markit qui le réalise. C'est son plus bas niveau depuis huit mois. C'est légèrement plus que prévu dans une première estimation, qui donnait un indice à 53,6 points. L'indice avait déjà reculé en août.

ALLEMAGNE
Les ventes des commerçants de détail allemands ont enregistré en août un recul sur un mois, contrairement aux prévisions et malgré la bonne santé de l'économie, selon des chiffres provisoires diffusés vendredi.

Le chiffre d'affaires du secteur a reculé de 0,2% sur un mois, en données corrigées des variations saisonnières et à prix constants, a annoncé l'Office fédéral des statistiques Destatis.

Les économistes interrogés par Dow Jones Newswires attendaient une hausse de 0,5% de cet indicateur.

USA
- L'inflation aux Etats-Unis est restée stable en août, demeurant sous le niveau jugé souhaitable par les autorités monétaires selon l'indice des prix associés aux dépenses de consommation des ménages (PCE) publié vendredi par le département du Commerce à Washington. En données corrigées des variations saisonnières, cet indice a affiché une hausse de 1,5% sur un an, la même qu'en juillet. L'indice de base (hors énergie et alimentation) est également resté stable à 1,4%.

- Les dépenses de consommation des ménages aux Etats-Unis ont progressé plus que prévu en août, aidées par un bond de leurs revenus disponibles, selon des chiffres publiés vendredi par le département du Commerce à Washington.

En données corrigées des variations saisonnières, la consommation a progressé de 0,4% par rapport au mois précédent, pour le deuxième mois consécutif. C'est mieux que ne le prévoyaient les analystes, qui tablaient sur 0,3%.

- Le moral des ménages américains s'est amélioré un peu plus que prévu en septembre mais il reste toutefois à son plus bas niveau en plus d'un an, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan publiée vendredi. L'indice du sentiment des consommateurs ressort à 68,2 (révisé de 66,6 en première estimation), contre 68,9 en le mois dernier.

L'indice mesurant le jugement des consommateurs sur la situation économique actuelle est ressorti à 79,6 (révisé de 78,4) contre 78,3 en août et 78,9 attendu. Les anticipations des consommateurs s'établissent à 60,9, (révisé de 59,1), soit leur niveau le plus bas depuis mars 2009, alors que les économistes anticipaient 60,0 après un chiffre de 62,9 atteint en août. Les anticipations d'inflation à un an sont maintenus à 2,2% en estimation finale contre 2,7% en août. Il s'agit de leur plus bas niveau en un an.

- Les dépenses de construction ont progressé contre toute attente en août, bénéficiant d'un rebond des chantiers dans le secteur publique, montrent les statistiques publiées vendredi par le département du Commerce. L'investissement dans les projets privés est en revanche tombé à son plus bas niveau en plus de 12 ans. Les dépenses de construction ont progressé de 0,4% en août, à 811,8 milliards de dollars en rythme annualisé. Les dépenses de juillet ont en outre été révisées à la baisse, affichant désormais un recul de 1,4%, contre une baisse de 1,0% annoncée initialement. Les économistes et analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une baisse de 0,4,% des dépenses en août.

- La croissance de l'activité du secteur manufacturier américain a ralenti légèrement plus qu'attendu en septembre, selon l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achats. L'indice d'activité industrielle calculé par l'Institute for Supply Management (ISM) a reculé à 54,4 contre 56,3 en août.

Ce baromètre très suivi de l'activité industrielle reste depuis août 2009 au-dessus de la barre de 50 qui sépare contraction et expansion. La composante des nouvelles commandes, qui préfigure l'évolution de l'activité pour les mois à venir, est revenue à 51,1 contre 53,1 en août et celle de l'emploi est tombée à 56,5 contre 60,4. L'indice ISM est calculé sur la base d'une enquête auprès d'environ 350 entreprises industrielles.

- Ventes automobiles en septembre (20h)
- Intervention du président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, sur le thème "Mondialisation, reprise économique et politique monétaire" (21h15)

CHINE
Les Bourses de Shanghai et Hong Kong sont fermées ce vendredi, jour de fête nationale en Chine. La place financière de Shanghai rouvrira ses portes le vendredi 8 octobre, celle de Hong Kong reprendra ses cotations lundi.

L'activité manufacturière en Chine a connu une expansion accélérée au mois de septembre, selon l'indice PMI des directeurs d'achats officiel, qui est publié par une organisation proche du gouvernement. Selon la China Federation of Logistics and Purchasing (CFLP), l'indice s'est élevé à 53,8% en septembre contre 51,7 en août. De son côté, l'indice PMI des directeurs d'achat chinois calculé par la banque HSBC, publié mercredi, s'élevait pour septembre à 52,9, contre 51,9 pour août.

JAPON
Les immatriculations de véhicules neufs au Japon, hors mini-modèles, ont baissé de 4,1% en septembre en glissement annuel, pour totaliser 308.663 exemplaires et enregistrer leur premier recul en quatorze mois, a annoncé vendredi l'Association japonaise des concessionnaires (Jada).

La consommation moyenne d'un ménage au Japon a augmenté de 1,7% en août par rapport à la même période de l'an passé, sa troisième hausse mensuelle d'affilée, a annoncé vendredi le ministère des Affaires intérieures.

La déflation perdure mais la consommation augmente quelque peu et le chômage se tasse au Japon, selon des données officielles publiées vendredi, mettant en exergue la fragilité de la reprise. Les prix à la consommation, hors produits périssables, ont baissé de 1,0% en août par rapport à ceux de la même période de l'an passé, a annoncé le ministère des Affaires intérieures.

VALEURS

GDF SUEZ
GDF Suez a annoncé jeudi avoir racheté à la Société générale sa participation de 49% au capital de Gaselys, leur coentreprise spécialisée dans le trading d'énergie.

L'énergéticien français indique dans un communiqué qu'il devient ainsi actionnaire à 100% de la société Gaselys, créée avec la SocGen en 2001, mais ne donne pas les détails financiers de la transaction.

Le groupe français indique également qu'il poursuit le rapprochement des équipes de trading de Gaselys et d'Electrabel.

BOIS SAUVAGE
KBC Securities a relevé son objectif de cours sur la valeur à 225 euros contre 205 euros avant. L'avis reste à "acheter" contre "accumuler" avant.

Compagnie du Bois Sauvage a confirmé que des discussions sont en cours concernant sa participation en Banque Degroof. L’aboutissement éventuel de ces discussions aurait un impact limité sur les fonds propres de la Compagnie ainsi que sur sa valeur intrinsèque.

AEDIFICA
- Offre de souscrire à de nouvelles actions à 33,45 euros par action

EPIQ
- Réouverture de l’offre par Elex à 1,75 euro par action

DEXIA
Dexia a annoncé un partenariat industriel avec le Crédit Mutuel-CIC

RHJ INTERNATIONAL
Le holding d'investissement coté sur Euronext Bruxelles a annoncé la nomination de Martha Boeckenfeld au poste de Chief Financial Officer en remplacement de Jean-Marc Roelandt.

Co.Br.Ha
Le bénéfice net du brasseur qui produit notamment la Primus, la Tongerlo et la Keizer Karel a grimpé de 37,5% au premier semestre de 2010, à 3,85 millions d'euros. Le cashflow d'exploitation s'est dans le même temps apprécié de 34%, à 10,4 millions d'euros.

ABLYNX
Ablynx lance la phase 2 d’une étude clinique, en cherchant à recruter cent patienns atteints de " purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT) " ou maladie de Moschcowitz.

Ablynx a par ailleurs indiqué avoir reçu un paiement intermédiaire de 3 millions d’euros dans le cadre de son partenariat avec Boehringer Ingelheim.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés