Ablynx quitte le Bel 20: qui pour la remplacer?

©melexis

Conséquence du succès de l’OPA de Sanofi sur Ablynx, cette dernière quitte ce lundi le Bel 20. Une petite poignée de candidats se profile à l’horizon, pour récupérer son siège dans l’indice.

Moins de deux mois après son entrée dans la composition de l’indice Bel 20, le 19 mars, l’action du groupe biotechnologique Ablynx quitte le Bel 20. On aurait pu penser qu’il allait y rester au moins jusqu’au mois de juin, avec la clôture prévue de l’opération d’achat que conduit le Français Sanofi sur le groupe basé à Breda, aux Pays-Bas. Mais le succès rencontré par cette opération en a décidé autrement. Sanofi a communiqué détenir à ce jour 95,6% de son capital. "Une participation de 95% ne permet plus d’assurer une liquidité suffisante de la valeur", explique Vincent Van Dessel, président d’Euronext Bruxelles.

Concernant le résultat de l’offre de rachat (OPA) menée par Sanofi, un total de 71.972.994 actions a été valablement apporté à l’OPA, en plus de 2.594.841 warrants et de 975 obligations convertibles en circulation. Ajoutons au passage que Sanofi lancera des offres de reprise (OPR) sur les titres non apportés. Ces offres débuteront le 22 mai prochain et prendront fin le 12 juin. À la suite de quoi Ablynx disparaîtra des écrans de cotation de la Bourse de Bruxelles.

Place à l’indice Bel 19

Ablynx fait donc ses adieux au Bel 20. Conséquence de son retrait, l’indice Bel 20 sera amputé d’une valeur durant quelques semaines. Il n’en comptera plus que 19 au lieu de 20. Ce n’est pas la première fois que cela survient. Une telle situation s’était déjà présentée en 2005, alors qu’aucun candidat répondait aux principaux critères d’admission au Bel 20 à la suite du retrait de la holding Almanij, qui avait absorbé KBC.

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne pour Melexis? Le groupe a plusieurs fois raté de peu ces dernières années son entrée dans l’indice Bel 20.

Dans le respect des règles de la révision de la composition du Bel 20, il faudra attendre la révision trimestrielle de juin pour connaître le nom du successeur d’Ablynx. Y en aura-t-il seulement? Il faudra patienter jusqu’au 25 mai pour le savoir officiellement. C’est sur la base des cours de clôture de ce jour-là que le Comité des indices d’Euronext Bruxelles prendra en effet sa décision. S’il arrive à en dénicher un, celui-ci prendra alors place dans la composition du Bel 20 le 15 juin.

Les candidats potentiels

Sans pour autant faire preuve d’un optimisme béat, les chances de repérer un candidat ou plus à la succession d’Ablynx existent. Avant de les citer, il est bon de rappeler que pour gagner un siège dans la composition du Bel 20, une société doit être en mesure de répondre à deux critères essentiels.

©Photo News

Le premier concerne la valeur de son "capital flottant". C’est-à-dire les actions de la société qui peuvent être échangées en Bourse à tout moment. Elles doivent avoir une valeur équivalente à 300.000 fois le niveau de l’indice Bel 20 à la clôture de la séance du 25 mai donc.

La seconde exigence porte sur le rythme annuel des transactions de "capital flottant". Ce que les responsables du Comité des indices dénomment "le critère de la vélocité". La règle veut que 35% des actions de ce capital fassent l’objet de transactions.

Peu de sociétés qui cotent à la Bourse de Bruxelles arrivent à satisfaire à ces deux critères primordiaux à la fois. Certains pensent aux actions qui ont récemment quitté l’indice et qui pourraient en profiter pour effectuer leur come back. On pense à Bekaert et à D’Ieteren. Mais elles restent devancées par d’autres candidats qui affichent une valeur en Bourse nettement supérieure à la leur.

Ainsi, en prenant en compte la situation du marché à ce lundi vers 13 heures, il n’y a en fait que Melexis qui se trouve dans une position favorable. Le flottant de la société constitué de 50% de ses actions affiche une valeur boursière de 1,697 milliard d’euros, bien supérieure aux 300.000 fois le Bel 20 (1,166 milliard d’euros). D’autres sociétés valent davantage que la société basée à Courtrai. En particulier WDP qui vaut 1,7 milliard d’euros et Argenx qui pèse 2,23 milliards. Mais leur "vélocité" en Bourse n’est pas assez rapide, contrairement à celle de Melexis. Les actions "flottantes" de cette dernière se traitent à un rythme élevé. Près de 50% d’entre elles ont changé de mains au cours des douze derniers mois, pour un peu moins de 35% pour celles d’Argenx et de WDP.

Pour l’heure, Melexis tient donc l’avantage. Le groupe peut espérer intégrer la composition de l’indice Bel 20 en juin prochain. Rappelons toutefois que ces "pronostics" ont été établis sur la base des cours faits au milieu de la journée de lundi. Et que d’ici le 25 mai, les choses peuvent bien évoluer. À suivre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect