Début de semaine poussif en Europe

Evolution en (petites) dents de scie pour cette première séance boursière de la semaine. Les indices européens ont en somme peu progressé, la tenue de Wall Street, fugacement positive, et la performance des valeurs bancaires ayant relégué un indice PMI pour la zone euro au second plan.

Les opérateurs, inquiets pour la conjoncture au second semestre, ont réagi de manière modérée à la baisse de l'indice composite des directeurs d'achats (PMI) de la zone euro, ressorti en baisse en août. Les marchés d'actions du Vieux continent ont alors rebondi sous l'impulsion des valeurs sectorielles et des marchés d'outre-Atlantique.

Les valeurs bancaires ont signé la meilleure performance en Europe
. Elles ont profité de l'annonce par la banque britannique HSBC de discussions exclusives avec l'assureur Old Mutual concernant le rachat d'une part majoritaire de Nedbank, la quatrième plus grosse banque d'Afrique du Sud par les actifs. Old Mutual a ainsi bondi de 3,22 % à 124,90 pence.

Après avoir caracolé durant la majeure partie de la journée en tête des progressions sectorielles
, le compartiment des valeurs minières a finalement disparu du podium. Le secteur avait profité du résultat des élections en Australie, présageant une atténuation voire une réduction du projet de taxe sur les super-profits miniers, avant d'accentuer ses gains dans l'entrain des fusions-acquisitions. Le numéro un mondial des engrais, le groupe canadien Potash Corp, a à ce titre rejeté formellement l'OPA hostile du géant minier anglo-australien BHP Billiton et annoncé qu'il étudiait des "transactions alternatives" avec d'autres repreneurs potentiels.

A la clôture, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a gagné 0,64 % à 253,76 points.

Le CAC 40 a bonifié de 0,77 % à 3.553,23 points. La Bourse parisienne a débuté sa semaine sur un rebond technique, en réaction aux trois dernières séances baissières. Le marché d'actions français s'est montré particulièrement creux.

Le Footsie s'est avancé de 0,76 % à 5.234,84 points (soit un gain de 39,56 points par rapport à la clôture de vendredi). La Bourse londonienne, soutenue par les valeurs des assurances, a salué la recrudescence des fusions-acquisitions, tandis que les meneurs à la baisse se sont agglutinés dans des compartiments défensifs.

L'AEX s'est seulement adjugé 0,16 % à 318,54 points.

Fermant la marche, le Dax a terminé sur un discret bonus de 0,1 % à 6.010,91 points. La Deutsche Bank n'a pas fortement bénéficié du lancement de sa plate-forme d'échanges alternative à Hong-Kong (0,83 % à 51,26 euros).

A Bruxelles, le Bel 20 a engrangé 0,68 % à 2.469,08 points. Au sein des valeurs composant l'indice, UCB (+1,89 % à 23,22 euros) n'est pas parvenue à conserver son leadership, cédant la pole position au poids lourd Colruyt (+2,06 % à 198,00 euros). A l'inverse, Omega Pharma est restée lanterne rouge de l'indice avec un recul de 1,30 % à 31,15 euros. Omega Pharma est l'une des trois dernières entreprises du Bel 20, avec Ageas et AvH, à publier ses  résultats trimestriels cette semaine. Au total, une vingtaine d'entreprises cotées sur Euronext Bruxelles devraient communiquer leurs chiffres trimestriels ce cinq prochains jours, principalement jeudi et vendredi.

La Bourse de New York a brièvement entamé la semaine en hausse, ne rompant avec la tendance baissière des derniers jours que le temps d'une ouverture (Nasdaq 0,42 % à 2.188,98 points; Dow Jones 0,20 % à 10.233,60 points, S&P-500 0,29 % à 1.074,75 points). L'absence d'indicateurs macroéconomiques prépondérants a laissé Wall Street sans soutien. A la clôture des Bourses européennes, les marchés américains se teintaient de rouge (Nasdaq -0,56 % à 2.167,48 points; Dow Jones -0,01 % à 10.211,80 points, S&P-500 -0,02 % à 1.071,53 points).


STATISTIQUES


ZONE EURO

L'indice composite des directeurs d'achats (PMI) de la zone euro est ressorti en baisse en août, à 56,1 points contre 56,7 points en juillet, selon une première estimation publiée lundi par la société Markit.


ETATS-UNIS

Le reste de la semaine sera chargé sur le plan macroéconomique. Le marché devra ainsi se confronter vendredi à la nouvelle estimation du produit intérieur brut des Etats-Unis, une "mauvaise nouvelle" en perspective puisqu'il devrait être revu en baisse. Auparavant, le marché gardera un œil mercredi sur les commandes de biens durables, attendues en hausse après un recul au mois précédent. Les ventes de logements anciens et neufs pour juillet seront publiées respectivement mardi et mercredi.


ALLEMAGNE
Sont attendus mardi les détails du PIB au deuxième trimestre, qui a grimpé de 2,2%, un record sur un trimestre depuis la réunification du pays en 1990.

Le moral des industriels allemands pour les 6 prochains mois sera guetté mercredi à l'occasion de la publication du principal baromètre de confiance des milieux d'affaires, l'Ifo.

Jeudi viendra le tour de l'indice GfK du moral des consommateurs allemands, dont une nouvelle hausse serait la bienvenue pour accréditer la thèse du gouvernement fédéral et de la Bundesbank d'un rebond à venir de la consommation intérieure, point faible de l'économie du pays.Par ailleurs, le marché suivra aussi les nombreuses émissions d'obligations prévues, alors que les investisseurs commencent à s'interroger sur l'existence d'une bulle sur les titres souverains. Le rendement du bon du Trésor à échéance 10 ans est retombé à ses plus bas niveaux depuis le printemps 2009 au cours de la semaine écoulée.


VALEURS A SUIVRE


EURONAV
La Banque Degroof a relevé son objectif de cours sur la valeur à 17,50 euros contre 17 euros avant.

ARSEUS
KBC Securities a relevé son objectif de cours sur la valeur à 10,50 euros contre 10 euros.

EPIQ
Epiq fait l’objet d’une offre publique de reprise par Elex à 1,75 euro par action.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés