Des biotechs en petite forme et bpost à nouveau à un plus bas historique

©David Plas

Le Bel 20 n’a pas résisté aux craintes renouvelées sur la guerre commerciale. L’indice a terminé jeudi sous 3.341,50 points, soit 20% sous son plus haut niveau atteint le 22 janvier dernier à 4.176,88 points, ce qui l’a inscrit temporairement en marché baissier. Il est remonté légèrement ce vendredi, mais sur la semaine, l’indice a lâché 4,11%.

Bpost signe la pire performance hebdomadaire de l’indice, mais aussi du marché élargi. Le titre a perdu 31,33% sur la semaine. Les investisseurs ont mal accueilli les prévisions du groupe pour l’année prochaine. Outre un dividende anticipé inchangé (et généreux), bpost a annoncé que 2019 sera "difficile". Après les troubles sociaux de ces dernières semaines, le directeur général, Koen Van Gerven, a promis d’investir dans le personnel, ce qui "aura un impact sur la rentabilité". Plusieurs analystes ont révisé leur recommandation sur le titre après cette annonce. Chez KBC Securities, Ruben Devos conseille de "jeter l’éponge". Il estime que bpost va devoir revoir à la baisse son dividende. "les prévisions de bénéfices actuelles pour 2019 et pour 2020 ne justifient plus un dividende de 1,31 euro par an". Le titre n’est pas parvenu à remonter la pente après son plongeon de mardi. Jeudi, le titre cotait en outre ex-dividende de 1,06 euro brut.

La semaine a été bonne pour les biotechs du Bel 20 par contre. Un petit exploit car les autres biotechs cotées sur le marché élargi n’ont pas connu le même sort. Argenx signe la plus forte progression du Bel 20 d’un vendredi à l’autre, avec un gain de 4,31%. Lundi, le groupe, basé à Gand, a conclu une collaboration exclusive et un accord de licence pour un de ses anticorps, le cusatuzumab (ARGX-110) avec Cilag, une filiale de Janssen Pharmaceutica appartenant au groupe Johnson & Johnson. Janssen va payer 300 millions de dollars à argenx tandis que Johnson & Johnson Innovation-JJDC va acquérir pour 200 millions de dollars d’actions nouvelles représentant 4,68% du capital de la biotech belge au prix de 100,02 euros par action. Argenx pourra recevoir jusqu’à 1,3 milliard de dollars sous la forme de paiements d’étape en plus de royalties à deux chiffres. Le titre avait fort grimpé suite à cette annonce, avant de rétropédaler. Mais il conserve son avance sur la semaine. L’autre biotech du Bel 20, Galapagos, prend 0,63%, sans raison particulière.

Cofinimmo, UCB et Colruyt sont les seules autres valeurs du Bel 20 à afficher une performance positive cette semaine. Colruyt bénéficie de son caractère défensif dans le contexte actuel troublé sur les marchés. Le groupe doit publier ses résultats trimestriels la semaine prochaine. Les analystes s’attendent à ce qu’il maintienne ses prévisions pour 2019. Colruyt a pris 1,91% sur la semaine. La SIR Cofinimmo a grimpé de 2,32%. UCB a avancé de 1,86%

micore a perdu 7,65%. Le titre souffre particulièrement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Le brasseur belgobrésilien AB InBev a lâché 7,36%, et la semaine n’a pas été bonne pour les banques belges non plus. KBC s’est replié de 6,31% et ING de 5,24%. L’assureur Ageas a perdu 5,18%, en ligne avec le secteur européen. L’agence de notation Fitch a affirmé que le secteur européen des banques et des assurances, qui souffre des taux d’intérêt négatifs, devra encore attendre jusqu’en 2020 pour que la situation change.

Hors du Bel 20, les biotechs ont fort souffert. Celyad a dégringolé de 20,86% sur la semaine. La société qui participait au congrès annuel de la Société américaine d’hématologie, a présenté de nouveaux résultats. Ils portent sur le programme clinique évaluant le CYAD-01 dans les tumeurs hématologiques. En Bourse, ces résultats ont été mal accueillis. Asit Biotech a reculé de 18,83% sur des prises de bénéfices après sa forte hausse des dernières semaines. Genkyotex a lâché 19,37%, Acacia Pharma 11,87%, et MDXHealth 8,45%.

Mithra, qui a fait état de résultats positifs d’une sous-étude sur la fonction ovarienne qui renforce, selon elle, l’efficacité du profil de son contraceptif Estelle, n’a pas convaincu les investisseurs. Le titre a perdu 10,06% sur la semaine.

Atenor a gagné 1,92% en variation hebdomadaire. Le groupe a annoncé cette semaine la finalisation de la vente de l’ensemble des actions de la société luxembourgeoise Naos à deux investisseurs institutionnels: Ethias et Foyer Assurances SA. Cette cession impactera favorablement les résultats 2018 et 2019, permettant à Atenor de réaliser un résultat 2018 comparable au résultat 2017, précise l’entreprise immobilière. Le développeur immobilier détenait une participation de 55% dans Naos selon le dernier rapport annuel, valorisée 55 millions d’euros dans les comptes.

Nyrstar a perdu 10,42% cette semaine. Le producteur de zinc a annoncé que la facilité de crédit de 650 millions de dollars accordée par son principal actionnaire Trafigura est désormais effective. L’objectif de ce soutien financier est de permettre à Nyrstar de renforcer significativement sa position de liquidités après des sorties au niveau du fonds de roulement constatées dernièrement. KBC Securities a réduit son objectif de cours sur le titre à 0,50 euro contre 1 euro. La recommandation de "réduire" est confirmée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content