analyse

Des Faang qui déçoivent les investisseurs

Parmi les Faang, Apple est la seule valeur qui ne connaît pas une chute importante. ©REUTERS

Les grands noms américains de la technologie font face à un ralentissement économique qui touche leurs bénéfices dans un climat anxiogène.

Amazon et Alphabet ont créé une mauvaise surprise jeudi avec la publication de leurs résultats trimestriels. Amazon  a publié pour le deuxième trimestre consécutif des ventes en dessous des attentes des analystes. Ses prévisions de revenus et de bénéfices ont également déçu le marché. Le titre a corrigé en après-Bourse. "Il est surprenant de voir que les services internet d’Amazon n’ont pas connu une croissance aussi soutenue ces derniers mois. La croissance reste forte. Mais avec un cours/bénéfice supérieur à 100, Amazon n’a pas droit à l’erreur", souligne Frank Vranken, responsable de la stratégie chez Puilaetco Dewaay.

"Dans le contexte de marché actuel, les résultats de société doivent être parfaits, sinon l’action est punie."
Frank Vranken
Puilaetco Dewaay

Alphabet  , l’autre membre des Faang (Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Alphabet), a également déçu le marché en publiant ses résultats du troisième trimestre. La croissance de ses revenus est ressortie 22% en desssous des attentes des analystes. Le cours de l’action a aussi plongé en après-Bourse. "Visiblement, avec le contexte actuel des marchés, les résultats des sociétés doivent être parfaits, ou sinon l’action est punie", constate Frank Vranken.

Netflix  avait déjà publié ses résultats trimestriels le 16 octobre. Le titre avait bondi de 5,28% après la publication, car le site de vidéos en streaming a battu les attentes des analystes avec la croissance de son nombre d’abonnés. Le groupe a publié un chiffre supérieur de 1 million aux attentes du marché. "L’expansion de Netflix dans de nouveaux programmes comme les comédies romantiques auto-produites et la TV sans abonnement, et la croissance dans de nouvelles zones géographiques comme l’Inde et l’Asie suggèrent que 2019 pourrait être encore meilleure", soulignent les analystes de Morgan Stanley, qui avaient pourtant abaissé leur objectif de cours sur le titre à 450 dollars à la veille de la publication des résultats de Netflix, pour ensuite remonter leur objectif à 475 dollars, contre 480 dollars au départ. Mais le titre n’est pas parvenu à conserver sa hausse. L’action a chuté de 15% depuis la publication des résultats de la société.

©MEDIAFIN

Un mois d’octobre délicat

L’indice qui suit les actions Facebook, Netflix, Amazon et Alphabet a chuté de 12% depuis le début du mois, soit sa pire performance depuis 2012. Après avoir mené la hausse des marchés américains depuis le début de l’année, et même depuis plus de cinq ans, les Faang traversent une période difficile en Bourse alors que la volatilité remonte.

Mais des résultats en demi-teinte parmi les autres valeurs du secteur technologique, dont ceux de Texas Instruments  , ont également soulevé les inquiétudes des investisseurs quant à la croissance économique mondiale et la survalorisation des titres technologiques. Les Faang connaissent des fluctuations importantes du cours de leurs actions depuis la reprise de la saison des résultats trimestriels. Car jeudi, les titres avaient fort rebondi suite aux bons résultats trimestriels de Microsoft  , du réseau social Twitter  et de Tesla  , qui a publié un bénéfice par action de 1,75 dollar au troisième trimestre contre une perte de 3,70 dollars sur la même période l’an dernier.

"Une transition s’opère avec des épisodes de volatilité à la hausse comme à la baisse", constate Randy Swan, fondateur de Swan Global investments. "Les gens essaient de prévoir où vont les choses", ajoute-t-il. "Le sentiment est si négatif sur les marchés qu’il est presque normal de voir des retournements de tendance aussi marqués", relève Ernesto Ramos, responsable des actions chez BMO Asset Management.

Dans ce contexte, les résultats de Facebook  , attendus le 30 octobre, et ceux d’Apple  , le 1er novembre, risquent eux aussi de provoquer de forts mouvements sur les marchés d’actions américains. Facebook peine à remonter la pente depuis l’éclatement du scandale Cambridge Analytica.

Mais les analystes estiment qu’au troisième trimestre, le réseau social pourrait surprendre positivement le marché car, notamment, sa capacité de monétisation dispose encore de marge pour croître. Apple, qui reste la seule valeur dans le club des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière, est également attendu sur les ventes de l’iPhone, qui avaient montré une faiblesse au deuxième trimestre.

Apple seul maître du club

Parmi les Faang, Apple est la seule valeur qui ne connaît pas une chute importante. ©REUTERS

Toutefois, parmi les Faang, le fabricant de smartphones est la seule valeur qui ne connaît pas une chute importante. Depuis le 20 juin, date où les Faang ont touché un sommet (sauf Apple), le titre a pris plus de 17% alors que les autres valeurs ont perdu plus de 15% et flirtent avec un marché baissier (-20%). Amazon, qui avait rejoint Apple dans le club des 1.000 milliards de dollars au début du mois de septembre, n’est pas parvenue à conserver sa place. "Les Faang sont survalorisés et sont devenus une tendance trop négociée. Le repli des titres marque la culmination des déceptions et prévisions négatives que l’on observe, qui retire l’air des actions de croissance", déclare Michael Mullaney, directeur de la recherche économique chez Boston Partners Global Investors.

Néanmoins, à l’exception de Facebook, les Faang conservent une performance supérieure à l’ensemble du marché américain depuis le début de l’année. Netflix conserve la place de meilleure performance parmi les grands noms de la technologie, avec un gain de plus de 62% depuis le début de l’année. Amazon a pris 52% sur la même période, Apple 31% et Alphabet près de 5%, alors que le S&P 500  n’a progressé que de 1%. "Nous sommes toujours surpondérés envers les valeurs technologiques, mais désormais, leur valorisation est telle que toute révision à la baisse des résultats se traduit par une violente réaction sur les marchés", indique Michael Mullaney.

Netflix et Amazon affichent les plus fortes valorisations parmi les Faang, avec un ratio cours/bénéfice de 118,69 et 98,22 respectivement. Mais les autres Faang ne souffrent pas d’une valorisation excessive. Apple affiche un ratio cours/bénéfice de 18,64, Alphabet de 27,05 et Facebook de 21,25. Pas de quoi donner le tournis aux investisseurs.

De plus, les analystes constatent toujours la domination des Faang sur les autres secteurs. Heath Terry, analyste chez Goldman Sachs, souligne qu’Amazon génère des retours sur cash investi à un taux "qui excède ses pairs et les autres secteurs".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect