Des petites valeurs moins négociées

©BELGA

La taxe sur la plus-value boursière a pesé sur le volume de transactions effectuées par les petits investisseurs. Néanmoins, certaines valeurs tirent leur épingle du jeu.

Les volumes de transactions sur les titres du BelMid et du BelSmall ont baissé de 13,2% entre janvier et novembre comparé à la même période en 2015. La chute est davantage marquée sur les titres du BelSmall (de 43%) que sur les valeurs du BelMid (-27%) alors que sur les titres composant le Bel20, les volumes de transactions ont augmenté de 20%.

Pourquoi?

L’explication tient dans la présence plus nombreuse des petits investisseurs particuliers dans les titres du BelMid et du BelSmall, alors que les gros investisseurs institutionnels se concentrent sur les valeurs du Bel20.
Cette année, l’investisseur particulier belge a dû composer avec une taxe sur la plus-value boursière pour les titres détenus moins de six mois, s’élevant à 33%. Tous les courtiers belges ont témoigné avoir connu une baisse significative des transactions à cause de cette taxe, qui s’est soldée par un manque à gagner de 100 millions d’euros pour le gouvernement.

Néanmoins, des titres individuels ont connu un fort bond des volumes de transactions, à l’image de Sapec (+ 113%) qui s’avère la valeur qui a le plus progressé à la Bourse de Bruxelles cette année. Le titre VGP a aussi connu une hausse de 75% de ses volumes de transactions. Le développeur de projets PHP a aussi observé la même progression.

Si l’on prend en compte les actions enregistrées à la fois en 2015 et en 2016 sur la Bourse de Bruxelles, les volumes de transactions globaux ont connu une augmentation de 4% à 16,9 millions de transactions.

Cette augmentation est due uniquement aux entreprises du Bel 20, bien que les transactions sur le poids lourd de l’indice, AB InBev, se sont réduites de 10%. Cependant, cette baisse a été plus que compensée par des transactions plus soutenues sur d’autres stars de l’indice.

Les institutions financières comme Ageas (45% plus de transactions) et KBC (+ 42%) ont reçu beaucoup d’attention en raison d’une forte volatilité sur le secteur provoqué par les problèmes de la Deutsche Bank et le secteur bancaire italien. Ageas a également conclu une entente avec les organisations représentant les investisseurs mécontents de Fortis.

Solvay (+ 34%) tire son épingle du jeu avec de bons résultats et sa volonté de diminuer son taux d’endettement élevé.

La fin imminente de la taxe sur la spéculation devrait normalement encourager les transactions dans les plus petites valeurs. Mais les investisseurs craignent que le gouvernement ne remplace cette taxe par une taxe générale sur les plus-values.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés