Embauches US, des chiffres à double emploi

Le secteur privé américain a engagé 114.000 personnes en juillet selon l'étude du consultant en ressources humaines, le cabinet ADP. Ressortis nettement supérieurs aux prévisions des analystes, ces chiffres mensuels n’en sont pas moins sujets à la critique. Principal grief: une fâcheuse tendance à différer des données gouvernementales, attendues en fin de semaine. A titre comparatif, Challenger, un autre cabinet de consultance, estime à 60% l'augmentation le mois passé... des licenciements.

Pour le mois de juillet, le rapport du cabinet ADP fait état de 114.000 créations de postes dans le secteur privé américain. Des données supérieures de 32,5% (ou 28.000 emplois) aux prévisions des économistes. Un niveau plutôt surprenant face aux récentes annonces de dégraissages en série chez Lockheed Martin, Cisco ou Merck, pour ne citer qu'elles. Mais le marché ne s’en réjouit guère car pas plus tard qu’en juin dernier, l’enquête dudit consultant était en totale contradiction avec les chiffres mensuels du Département du Travail.

Comme le notait Goldman Sachs peu après la publication, cet indicateur avancé ne présage rien de positif pour la statistique officielle attendue ce vendredi. Précisément parce qu'elle s'est établie bien au-dessus des estimations. A titre de comparaison, Challenger, Gray & Christmas, un autre conseiller en ressources humaines, considère que les licenciements  ont enregistré un bond de 60% (66.414 emplois). Soit leur plus haut niveau en 16 mois.

Et le plus alarmant "au sujet de la flambée en juillet, c'est que la partie la plus volumineuse de ces licenciements provient d'entreprises qui, jusqu'à présent, ont réussi à maintenir des niveaux de réduction d'effectifs relativement bas. En ce compris les laboratoires pharmaceutiques, les fournisseurs informatiques et les vendeurs au détail", précise CG&C.

Ce manque de congruence repose notamment sur l'échantillonnage choisi par ADP qui ne couvre ni tous les segments du milieu privé, ni toutes les entreprises. Bloomberg considère que l’enquête mensuelle du consultant reflète environ 400.000 emplois privés. Ce qui peut biaiser la representation d’un secteur occupant 24 millions de travailleurs.

Histoire de relativiser, concédons que 2010 avait affiché des suppressions d'emploi en rythme mensuel parmi les plus faibles depuis les années '90.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés