Excellent mois de septembre pour Wall Street

Le Dow Jones a perdu 0,44 % à 10.788,05 points. Le Nasdaq a clôturé avec 0,33% de moins que la veille. Le S&P500 a abandonné 0,31% à 1.141,20 points. Mais l''indice vedette Dow Jones a réalisé en septembre sa meilleure performance pour ce mois depuis 1939, avec une hausse de 7,72%, selon les chiffres définitifs de la clôture.

Le vénérable indice Dow Jones a bouclé ce jeudi à la Bourse de New York sa plus forte hausse pour un mois de septembre depuis l'automne 1939, les scénarios catastrophiques de rentrée qu'avaient imaginés les investisseurs pendant l'été ne s'étant pas réalisés. Les prédictions catastrophiques ne se sont donc pas réalisées et la chute de 4,31% du mois dernier a été largement effacée.


En septembre, le comité d'économistes chargé de trancher la question a pu officiellement mettre une date de clôture sur la plus longue récession connue aux Etats-Unis, la faisant remonter à juin 2009. La banque centrale américaine s'est engagée à lutter contre la déflation et a laissé la porte ouverte à de nouvelles mesures de relance. Les seuils techniques, qui agissent comme des signaux pour les opérateurs de marché, déclenchant généralement des achats ou ventes supplémentaires, ont tenu bon.

En séance

Wall Street a terminé en baisse ce jeudi. Pourtant, le marché avait dans un premier temps réagi positivement à des indicateurs meilleurs qu’attendu.
La croissance n’a atteint que 1,7 % aux USA au deuxième trimestre, mais c’était un peu mieux qu’attendu. L’indice ISM de la région de Chicago a montré une accélération de l’activité économique.

Comme en Europe, le marché américain a fait face aux mauvaises nouvelles en provenance d'Europe.  Le spectre de la crise de la dette menace à nouveau la zone euro, où l'Irlande en pleine tourmente vient d'annoncer un déficit exorbitant de 32% pour cette année et où l'Espagne a vu sa note dégradée par une agence de notation. L'agence de notation Moody's a en effet retiré sa note maximale "Aaa" à l'Espagne, en raison de la "détérioration considérable de la solidité financière du gouvernement". En Irlande, le coût du sauvetage de l'Anglo Irish Bank a été révisé en forte hausse, autour de 30 milliards d'euros.

Toutefois, l’élan est vite retombé et les indices sont passés au rouge. Le Dow Jones a lâché 0,44 % à 10.788,05 points. Le Nasdaq a clôturé sur 2.368,62 points avec 0,33 % de moins que la veille. Le S&P500 a abandonné 0,31 % à 1.141,20 points.

Zoom sur les actions

Fischer Price, filiale de Mattel, a annoncé le rappel de 10 millions d’articles pour enfants aux Etats-Unis et au Canada en raison de leur potentielle dangerosité. Le titre Mattel s’est délesté de 0,38 % à 23,46 dollars.

Le titre AIG a gagné 4,41 % à 39,10 USD, tandis que Prudential Financial a cédé 4,16 % (54,18 USD) suite à l’annonce de la vente de deux filiales d’assurance-vie au Japon d’AIG à Prudential pour un montant total de 4,8 milliards de dollars. AIG a également annoncé avoir conclu un accord avec le gouvernement des Etats-Unis sur un plan censé aboutir au remboursement des aides publiques.

Boeing a annoncé le report de la première livraison de son avion cargo 747-8 Freighter à la mi-2011 au lieu du dernier trimestre 2010, afin de régler des problèmes rencontrés lors de vols d’essai. Ce nouveau report est le troisième annoncé par Boeing. Le titre lâchait 0,86 % à 66,54 dollars.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés