Fin de séance difficile à New York

Les investisseurs ont aimé le compromis fiscal conclu entre Obama et le clan républicain, mais n'ont pas apprécié la conférence de presse du président américain. Résultat: une séance positive... qui a plongé dans les dernières minutes. Le Dow Jones lâche 0,03%, le Nasdaq a pris 0,14 % et le S & P 500 a progressé de 0,05%.

Le compromis conclu entre Obama et les républicains sur la prolongation des allégements fiscaux pour tous les contribuables pendant deux ans a ravi les investisseurs. La Bourse de New York a ouvert en hausse et a connu une séance plutôt positive, bien que l'enthousiasme soit un peu retombé en fin de séance.

Le S&P 500 a touché en début de séance son plus haut niveau depuis septembre 2008, avant de replier sous ses sommets de début novembre. Le Dow Jones a frôlé son plafond du mois dernier. Le Nasdaq est parvenu, lui, à finir à son niveau le plus élevé depuis janvier 2008.
Les indices de Wall Street ont réduit leurs gains au cours de la journée, le Dow Jones passant dans le rouge dans les dernières minutes d'échanges. Il semble que le marché n'ait pas apprécié la conférence de presse d'Obama. Le président américain a promis de lutter contre les allègements d'impôts des riches "lorsqu'ils expireront dans deux ans", et a répété son accusation selon laquelle les républicains ont "pris en otage" la classe moyenne en exigeant que les réductions d'impôts profitent aussi aux plus favorisés.

Autres éléments ayant freiné l'enthousiasme: le fait que les autorités fédérales intensifient leurs investigations sur d'éventuels délits d'initié à Wall Street et la forte hausse des rendements sur le marché des Treasuries.

Le Dow Jones lâche 0,03% à 11.359,16 points. Le Nasdaq a pris 0,14 % à 2598,49 points. Le S & P 500 a progressé de 0,05% à 1223,75 points. Il a évolué à ses plus hauts niveaux depuis septembre 2008.


Citigroup a bondi de 3,82 % à 4,62 USD. Le Trésor américain a soldé lundi sa participation dans la banque en vendant ses dernières actions ordinaires au prix unitaire de 4,35 USD, en deçà du cours de clôture (4,45 USD), pour un total de 10,5 milliards dollars.
Les valeurs technologiques ont été emmenées par Google (+ 1,52% à 587,14 USD). Au lendemain du lancement de sa librairie numérique et d’un nouveau téléphone portable, les analystes de Morgan Stanley ont placé le titre dans la liste de leurs valeurs préférées, et ont relevé leur objectif de cours de 700 à 730 USD.
Les prix du pétrole à New York ont dépassé le seuil de 90 dollars en séance. Ils se sont ensuite légèrement repliés. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison en janvier a terminé à 88,69 USD, en repli de 69 cents par rapport à la veille. Les valeurs de l’énergie sont montées, grâce au prix élevé du baril de brut. ExxonMobil a grappillé 0,21% à 71,46 USD et Chevron , 1,59% à 86,30 USD.

Le marché obligataire a plongé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 3,169% contre 2,941% lundi soir et celui du bon à 30 ans à 4,426% contre 4,250% la veille.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés