ING salive devant les dividendes à venir de KBC

Johan Thijs, CEO de KBC. ©BELGA

Pour les analystes d'ING, le ratio de distribution des bénéfices de KBC pourrait atteindre 75% en 2019 et 2020. Ils ont relevé leur objectif de cours sur la valeur à 80 euros.

Rappelez-vous, la semaine dernière, KBC a fait état d’un résultat net supérieur aux attentes pour son premier trimestre à 556 millions d’euros. Il dépassait de plus de 150 millions (+40%) celui enregistré au quatrième trimestre 2017 mais s’affichait en repli de 12% d’une année sur l’autre. Il faut dire que la direction du groupe bancaire avait comptabilisé sur les trois premiers mois de l’exercice la majorité des taxes bancaires pour l’ensemble de l’année, soit 371 millions d’euros.

Pour les analystes d’ING, KBC reste une "valeur défensive de qualité". Le groupe dirigé par Johan Thijs a maintenu ses prévisions en ce qui concerne ses revenus d’intérêt, sa principale source de revenus, à 4,46 milliards d’euros, soit une progression de 2,5% d’une année sur l’autre en sous-jacent. "Cette prévision implique un taux de croissance plus bas (1,2% contre 2% au premier trimestre) pour les trimestres restants de 2018 par rapport au niveau de 1,125 milliard du début d’année" notent-ils. "A notre avis, cette guidance pourrait se révéler conservatrice étant donné la croissance solide des volumes".

Evolution comparée de KBC et du Bel 20 ©L'Echo


Ce qui séduit particulièrement les spécialistes d’ING c’est le fait que "le langage de KBC sur la distribution du capital (comprenez, dividende) reste fort". KBC génère beaucoup de cash soulignent-ils. La politique du groupe de bancassurance en la matière est de distribuer au moins 50% de ses bénéfices. En plus de ces 50%, chaque année, le conseil d’administration décidera d'une distribution au-delà de sa position en capital de référence (ratio des fonds propres CET1), soit 16% en 2018. Ce qui est plus ou moins le niveau actuel (15,9%).

S’il n’y a pas d’opportunités d’acquisitions (M&A), les analystes estiment que KBC pourrait distribuer le capital excédentaire aux actionnaires. Pour 2019 et 2020 cela pourrait se traduire par un ratio de distribution d’environ 75% et de 61% pour l'exercice en cours. Concrètement, selon ING, cela donnerait un dividende par action de 3,70 euros pour cette année et de 4,50 euros et 4,70 euros pour les deux suivantes. Il était de 3 euros pour 2017. Ces estimations sont supérieures au consensus des analystes (avant publication des trimestriels) qui table sur 3,56 euros en 2018, 3,92 euros et 4,16 euros ensuite.

Les prévisions de dividende par action (DPS) d'ING et du consensus des analystes pour KBC sur trois ans. ©ING

ING a dès lors relevé son objectif de cours sur la valeur à 80 euros contre 77 euros avant. La recommandation reste à "acheter". Quelque 14 autres analystes qui suivent la valeur sont sur la même longueur d’onde qu’ING contre 11 autres qui conseillent simplement de conserver le titre. Un seul, Kepler Cheuvreux, suggère de s’en séparer et a fixé un objectif de cours de 67 euros alors que la moyenne atteint 79,37 euros. Les plus optimistes sont Goldman Sachs et JP Morgan avec un "target" de 90 euros.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content