Kinepolis va souffrir du foot et de la chaleur

©kinepolis

C’est du moins l’avis de KBC Securities qui a réduit son objectif de cours sur Kinepolis. Le broker considère qu’une baisse de l’action dans la foulée des résultats semestriels attendus le 23 août constitue une opportunité d’achat.

Quand on est exploitant de salles de cinéma, on se félicite qu’une Coupe du monde de football ne se dispute que tous les quatre ans et on fait le gros dos lorsque le coup d’envoi est donné. La situation se corse encore si deux des pays dans lesquels on dispose de nombreux complexes de salles obscures s’illustrent lors de la compétition pour atteindre le trio final.

Les résultats semestriels de Kinepolis , qui seront publiés le 23 août, souffriront donc de cet événement planétaire, prévient Guy Sips de KBC Securities. Comme ceux du troisième trimestre d’ailleurs qui a, en outre, été marqué par des mois de juillet et août particulièrement chauds dans tous les pays européens.

"Dans ce contexte, de bons chiffres semestriels et des perspectives prometteuses à court terme semblent être ‘Mission Impossible’", écrit l'analyste.

Pour les six premiers mois de l’année, il table sur 16,9 millions de visiteurs. Le groupe canadien Landmark, acquis fin de l’année dernière, comptabiliserait, selon ses calculs, 5,1 millions de spectateurs. Pour la Belgique, la France et les Pays-Bas, il s’attend respectivement à 4 millions, 1,9 million et 3,5 millions de cinéphiles.

Cela devrait se traduire au niveau des résultats semestriels par des ventes de 213 millions d’euros, un Ebitda récurrent de 50,1 millions et un bénéfice net de 17,1 millions.

Potentiel de hausse de 19%

Pour l’ensemble de l’exercice, compte tenu de la Coupe du monde et de la météo caniculaire, Guy Sips a revu ses estimations de résultats à la baisse avec comme conséquence un objectif de cours réduit à 63 euros contre 65 euros avant.

Même revu à la baisse, ce chiffre reste le plus élevé parmi les six brokers qui suivent la valeur. Trois d’entre eux recommandent un achat du titre et trois autres conseillent simplement de le conserver. Avant la modification opérée par KBC, l’objectif de cours moyen atteignait 61,53 euros soit un potentiel de hausse de 19,2%.

Depuis le mois de juin, deux nouveaux établissements couvrent l'action: Kempen (avis "neutre" et objectif de 57 euros) et Kepler Cheuvreux ("achat", 62,60 euros).

L'action Kinepolis ces cinq dernières années. ©L'Echo

Guy Sips reste toutefois à l’achat sur la valeur. Il évoque le renforcement continu des piliers stratégique du groupe, l’innovation et les améliorations à venir dans la performance commerciale et opérationnelle pour soutenir sa thèse. "Même après le rachat de Landmark, Kinepolis sera libéré de toute dette fin 2022, souligne-t-il. Une nouvelle acquisition de 100 millions d’euros améliorerait les multiples sans mettre à mal la matrice de crédit."

Et donc pour l’analyste, la moindre réaction négative du cours de l’action lors de la publication des chiffres semestriels et/ou sur les perspectives à court terme constituera une opportunité d’achat.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content