1

Klépierre fait bondir Hammerson

©REUTERS

L’action du groupe immobilier français Klépierre a chuté après l’annonce d’une offre sur le britannique Hammerson, dont le titre s’est envolé. La tendance est restée négative en Europe.

Pénalisés par un début de séance très négatif à Wall Street, les indices boursiers européens ont nettement reculé lundi. Le Cac 40 a perdu 1,13%, le Dax a cédé 1,39% et le FTSE 100 a abandonné 1,69%.

Altice a chuté de 5,72% à 7,82 euros. Le titre a subi des prises de bénéfices après sa hausse de 2,73% vendredi à la suite de la publication de ses résultats annuels. Lundi, Barclays a réduit son objectif de cours pour l’action Altice, à 11,10 euros, contre 11,20 euros auparavant. La banque maintient sa recommandation à "surpondérer".

Henkel  a cédé 2,36% à 107,80 euros. Le groupe de produits de grande consommation a fait part d’un début d’année compliqué à cause de problèmes de livraisons aux Etats-Unis, dus à des modifications logistiques. Henkel entrevoit toutefois un retour à la normale au deuxième trimestre et maintient ses prévisions.

Swatch a bondi de 2,17% à 404,90 francs suisses. Le titre du groupe d’horlogerie a bénéficié d’une note favorable de Morgan Stanley . La banque d’affaires recommande désormais de "surpondérer" l’action du groupe suisse, contre un avis à "pondération en ligne" auparavant. L’objectif de cours monte à 475 francs suisses, contre 415 francs précédemment.

Le français Klépierre a vu son cours chuter de 3,91% à 33,40 euros après avoir annoncé son intention d’acheter le britannique Hammerson pour 4,88 milliards de livres sterling (5,5 milliards d’euros). Le titre Hammerson  s’est envolé de 24,09% à 542,40 pence. La direction du groupe britannique ayant rejeté l’offre, les investisseurs spéculent sur un relèvement du prix proposé.

Barclays  a bondi de 3,58% à 217 pence. La banque britannique a annoncé que le fonds activiste Sherborne avait acquis 5,2% de son capital.

Nexans  a chuté de 4,87% à 42,16 euros. Le groupe spécialisé dans les câbles électriques a annoncé le départ de son patron "pour raisons personnelles", ce qui a surpris les investisseurs. Le directeur général du groupe français a assuré qu’il n’avait aucun conflit avec le conseil d’administration et a promis une continuité dans la gestion de l’entreprise.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content