L'action bpost a moins de cachet

©BELGA

Le refus que l’IBPT a opposé à bpost sur la hausse du prix du timbre n’est pas resté lettre morte en Bourse. Le titre du groupe postal a chuté. KBCS a réduit sa recommandation.

Les investisseurs n’ont pas apprécié le veto du régulateur des services postaux sur la hausse du prix du timbre. Le titre bpost a chuté de 4,49% jeudi.

Pour rappel, l’IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications) a jugé que la hausse tarifaire envisagée par le groupe postal rapporterait à ce dernier un bénéfice déraisonnable. Le régulateur du marché postal a donc annoncé mercredi avoir refusé cette augmentation.

En réaction, bpost a affirmé que la hausse tarifaire se justifiait, aussi bien sur le plan juridique qu’au point de vue économique, compte tenu de l’inflation et de la baisse des volumes de courrier. L’entreprise postale envisage de contester la décision de l’IBPT via "toutes les démarches juridiques envisageables".

"Plusieurs incertitudes"

Le dossier n’est donc pas clos mais il crée de l’incertitude sur les futurs revenus du groupe belge, ce qui déplaît particulièrement aux investisseurs. KBC Securities a pris acte de cette situation épineuse et a réduit sa recommandation sur l’action bpost à "conserver", contre "accumuler" auparavant.

Dans une note publiée jeudi, l’analyste de la banque estime que si bpost doit faire une croix sur les revenus liés à l’augmentation tarifaire envisagée, qu’il chiffre à 20 à 25 millions d’euros, il lui faudra soit augmenter deux fois plus ses tarifs l’année prochaine pour combler le manque à gagner, soit considérer que ce surplus de bénéfice espéré est définitivement perdu.

KBC Securities rappelle que bpost envisageait un résultat opérationnel d’au moins 620 millions d’euros en 2020. À cet égard, l’analyste considère qu’il "existe plusieurs incertitudes, à ce stade, qui pourraient affecter négativement ces prévisions". L’objectif de cours reste à 25 euros en attendant de pouvoir évaluer l’impact de cette affaire sur les résultats.

De son côté, Degroof Petercam a maintenu son conseil à "accumuler", avec un objectif de cours de 25 euros également. L’analyste de la banque signale qu’il n’avait pas compté sur une hausse tarifaire pour évaluer les perspectives du groupe postal. Il souligne que bpost distribue un dividende régulier mais reconnaît que "l’environnement régulatoire est devenu moins favorable, ce qui n’est jamais une bonne chose".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés