L'Europe paie des commandes US en berne

©Lieven Van Assche

Le recul inopiné des commandes de biens durables aux Etats-Unis, la rubéfaction de Wall Street et l'embrouillamini des résultats de sociétés ont tous trois empêché les Bourses européennes de remonter la pente. Seul l'honneur du marché parisien est sauf, le CAC 40 décrochant 0,11 %.

Après un élan haussier en tout début de matinée, les principales Bourses d'Europe ont directement emprunté une courbe décroissante, troublées par une série de résultats peu réjouissants. Les indices européens ont alors maintenu leur cap baissier. Une orientation que la chute inattendue des commandes de biens durables aux Etats-Unis a conforté. De chaque côté de l'Atlantique, les investisseurs ont nourri de vives hésitations après la hausse des dernières séances et dans l'attente du Livre Beige de la Fed.

A la clôture, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a rétrogradé de 0,35 % à 257,21 points. Le compartiment des bancaires a perdu de sa superbe, au lendemain d’une tenue remarquable. Le redressement de l’avis de la Deutsche Bank sur le secteur à "neutre" contre "sous pondérer" n’a donc aucunement assuré la mise.

D'un point de vue national, Amsterdam s'est retirée de 0,90 %, l'AEX s'établissant à 335,03 points.

La Bourse de Londres a reculé de 0,86 %, le Footsie s'installant à 5.319,68 points. En toute logique, les valeurs liées au pétrole ont accueilli négativement le recul du prix du baril. Seules les minières ont défendu leur terrain, Xstrata et Rio Tinto évoluant autour du pourcent.

La Bourse de Francfort ne s'est rétractée que de 0,46 %, le Dax demeurant à 6.178,94 points. Des prises de bénéfices ont déforcé l'indice des trente valeurs vedettes, et ce, malgré la performance d'Infineon et de Deutsche Börse. L'opérateur boursier en proue des hausses allemandes (+3,98 %) a publié un bénéfice net de 160,8 millions d'euros, une baisse moins forte que ne le prévoyaient les analystes.

La Bourse de Paris s'est offert une échappée solitaire à contre-courant de l'Europe boursière. Le CAC 40 n'a pourtant gagné que 0,11 % à 3.670,36 points. Le marché d'actions français a tout de même levé le pieds après cinq séances en boni. Les valeurs bancaires ont invité Paris à la hausse, BNP Paribas progressant de 2,16 % et Société Générale de 1,82 %.

A Bruxelles, après avoir chapeauté les progressions européennes durant deux jours, le Bel 20 a battu en retraite: -0,48 % à 2.545,08 points. Bien que l’indice bruxellois soit resté confortablement établi au-dessus du seuil des 2.500 points, les titres de Telenet et d'AB InBev l’ont envoyé par le fonds. Le groupe télécoms a enregistré une perte de 8,56 %, payant le tribut de sa cotation ex-coupon numéro 3. Telenet a en effet réduit son capital de 2,23 euros par action ce mardi en vue d’un payement lundi prochain. AB InBev (-1,89 % à 41,52 euros) a par ailleurs vu son rating passer à "neutre" chez Evolution Securities contre "acheter" avant. L'objectif de cours est de 42 euros par action. UCB a fini en tête des hausses au sein de l'indice avec une progression de plus de seulement 1,40 % à 25,00 euros.

Hors Bel 20, Banimmo a marqué une baisse de 0,63 % à 15,75 euros. KBC Securities a démarré le suivi de l'action avec un avis à "conserver" et un objectif de cours de 16 euros. Nyrstar perd pour sa part 0,43 % à 9,25 euros. ING WB a réduit son objectif  de cours sur la valeur à 12 euros contre 13 euros avant.

Selon les futures, Wall Street devait entamer la séance sur une note légèrement négative. Mais les indices new-yorkais ont entrepris un mouvement de va-et-vient autour de leur point d'équilibre. Deux pôles attiraient les investisseurs américains de façon opposée: d'une part les résultats trimestriels de bon augure, d'autre part, la fameuse stat des commandes de biens durables. Celle-ci a manifestement eu le dernier mot.

La Bourse de Tokyo a terminé mercredi en forte hausse de 2,70%, les investisseurs saluant un effritement du yen et de bons résultats trimestriels des entreprises japonaises.

AGENDA

ALLEMAGNE
Les prix à la consommation en Allemagne ont augmenté en juillet sur un mois à cause de la saison touristique et sur un an en raison de la facture énergétique, selon des statistiques régionales publiées mercredi.

Le chiffre provisoire de l'inflation pour l'ensemble de l'Allemagne doit être annoncé mercredi après-midi par l'Office fédéral des statistiques (Destatis). Il est calculé à partir des données de six Etats régionaux.

USA
- Les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont accéléré leur baisse en juin, entraînées par un fort recul dans le secteur de l'aviation civile, selon des chiffres officiels publiés mercredi à Washington. Elles ont reculé de 1,0% par rapport au mois précédent, en données corrigées des variations saisonnières, après une baisse de 0,8% en mai (chiffre révisé en hausse de 0,2 point), a indiqué le département du Commerce.

- Les stocks américains de pétrole brut ont enregistré la semaine dernière une hausse inattendue et spectaculaire, montrent les statistiques publiées mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), provoquant un net repli du prix du baril. Les stocks de brut ont augmenté de 7,31 millions de barils à 360,76 millions alors que les économistes et analystes attendaient en moyenne un recul de 1,6 million de barils.

-Livre Beige de la Fed (20h)

VALEURS A SUIVRE:

NYRSTAR
ING WB a réduit son objectif de cours sur la valeur à 12 euros contre 13 euros avant. L'avis sur la valeur reste à acheter.

TELENET
L'action Telenet est coté ex-coupon numéro 3 à partir de ce mercredi. Ce coupon représente le droit de recevoir 2,23 euros par action correspondant à la réduction de capital décidée le 28 avril dernier.

AB INBEV
Evolution Securities a réduit son avis sur AB InBev a "neutre" contre "acheter" avant. L'objectif de cours est de 42 euros par action.

ABLYNX
Debbie Law a annoncé qu’elle quittait le 31 août prochain ses fonctions au sein de la société Ablynx. Elle retourne aux Etats-Unis avec sa famille.
Le groupe de biotechnologie a précisé que le topmanagement allait travailler en étroite collaboration afin d’assurer la continuité de la stratégiede l’entreprise, et ce jusqu’à ce qu’un successeur soit trouvé.

GIMV
La société d’investissements Gimv annonce que le total de ses fonds propres à la fin du deuxième trimestre est de 973,4 millions d’euros contre 1013,2 millions à la fin du premier trimestre. Une différence qui s’explique principalement par le paiement d’un dividende de 2,4 euros par action, soit un montant total de 55,6 millions d’euros.

Sur le trimestre, le groupe a réalisé des investissements totaux "sur bilan & via des fonds de co-investissement" de 33,5 millions d?euros. 50% de ceux-ci ont été effectués dans des "Buyouts & Growth", 39% dans du Venture Capital (Technologie, Sciences de la Vie et Cleantech) et 11% dans des fonds de co-investissements

Selon des chiffres non audités, la trésorerie nette de la Gimv s’élève aujourd'hui à 250 millions d’euros, son bilan total à 1070,5 millions d'euros et ses actifs financiers à 741,8 millions d'euros.

BELGACOM
Belgacom annonce la diminution des tarifs de communication du téléphone fixe vers des numéros mobiles. Une baisse de prix que la société explique par la "baisse des tarifs de terminaison mobile imposée par la décision de l’IBPT du 29 juin 2010".

En heures creuses, les tarifs diminueront entre 24% et 41% en fonction des opérateurs, faisant passer la minute de communication de 8 à 8,8 cents.

En heures de pointe la diminution oscillera entre 19 et 33% pour des prix de 12,8 à 13,6 cents par minute de télécommunication. A noter que le coût de connexion par appel reste inchangé à 8,02 cents.

BANIMMO
KBC Securities a démarré le suivi de l'action avec un avis à "conserver" et un objectif de cours de 16 euros.

BEKAERT
La Banque Degroof a relevé son objectif de cours sur la valeur à 165 euros contre 155 euros avant. L'avis reste à "accumuler".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés