L'Europe se soucie seule de l'emploi US

Les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis ont inquiété les principaux marchés d'actions européens. Si le taux de chômage est resté stable, la première économie mondiale n'en a pas moins supprimé 95.000 postes en septembre. Plus du double qu'en août. Pourtant, l'indicateur a fait figure de non-événement sur la place new-yorkaise, en hausse à la clôture européenne.

Les marchés européens ont évolué sur une note globalement négative ce vendredi, au gré des statistiques sur le marché du travail américain. Après une série de signaux mitigés sur l'état de l'économie des Etats-Unis, l'Europe boursière a accordé une importance toute particulière à l'indicateur mensuel. Or il a fait état de 95.000 destructions d'emplois et d'un taux de chômage de 9,6%. Les opérateurs ont dès lors privilégié les prises bénéfices et expédié les affaires courantes.

A la clôture, l'indice DJ Stoxx 600 a signé une baisse peu significative de 0,02 % à 262,26 points. Les valeurs minières ont leadé (+1,86 %) suivies par les chimiques (+1,70 %).


MENEURS
À
LA HAUSSE

A Bruxelles, l'indice phare a surperformé ses principaux homologues. Le Bel 20 a en effet progressé de 0,72 % à 2.622,78 points. Omega Pharma s'est distinguée avec un bond de 6,33 % à 30,48 euros. Deuxième meilleure prestattion au sein de l'indice, le titre AB InBev s'est apprécié de 2,97 % à 44,00 euros grâce à des commentaires positifs d'UBS. Quant à Bekaert, l'action est repassée au delà du cap des 200 euros, à 202,10 euros exactement.

Hors Bel 20, on retiendra les bonnes orientations d'Emakina Group dont l'action représentative a gagné  15,66 % à 9,38 euros et de Connect Group (9,91 % à 1,22 euros). TiGenix et Thenergo sont quant à elles en perte de vitesse et se déleste de respectivement 10,39 % à 2,07 euros et 5,36 % à 1,06 euros.


A Francfort, le Dax a gagné 0,25 % à 6.291,67 points. MAN a fini lanterne rouge, perdant 2,24% à 77,21 euros. La banque UBS a dégradé sa recommandation sur le titre à "neutre" contre "acheter" auparavant, après avoir de manière générale revu en baisse ses espoirs pour les marchés européen et brésilien des poids lourds. UBS prédit une année 2010 faste pour le constructeur allemand, avant une accalmie en 2011 et même une baisse d'activité en 2012, sur fond de guerre des prix dans le secteur.

A l'autre extrémité du Dax, K+S a pris 3,90% à 46,13 euros. Le fabricant d'engrais fait régulièrement l'objet de rumeurs sur une OPA imminente de la part de l'un de ses grands concurrents internationaux. Cette fois le marché spéculait sur une offre de l'anglo-australien Rio Tinto, d'un montant de 58 euros par action, qui était toutefois jugée improbable par la plupart des analystes. Ces derniers expliquaient plutôt la hausse du cours par des commentaires de l'administration américaine sur la production de céréales, propre à encourager la consommation d'engrais.

Commerzbank a gagné 3,15% à 6,35 euros. Selon la presse, la banque va devoir remettre à plus tard ses projets d'augmentation de capital, pour cause de cours boursier trop faible, ce qui réjouissait les investisseurs.


MENEURS À LA BAISSE

A Amsterdam, l'AEX a abandonné 0,34 % à 336,53 points.

A Paris, le CAC 40 a cédé 7,29 points (-0,19 %) à 3.763,18 points dans un volume d'échanges peu étoffé de 3,125 milliards d'euros. Côté valeurs, ArcelorMittal a terminé en tête du CAC 40 (+2,56% à 25,05 euros) soutenu par les résultats trimestriels meilleurs que prévu du géant de l'aluminium Alcoa aux Etats-Unis.

A Londres, le Footsie a terminé proche de l'équilibre (-0,08 %) à 5.657,61 points. Les minières ont récolté les plus fortes hausses, bénéficiant d'une hausse des cours des matières premières. Rio Tinto a pris 1,84% à 3.936 pence, BHP 1,79% à 2.160,5 pence, Xstrata 2,86% à 1.296 pence et Lonmin 3,94% à 1.819 pence. Et le voyagiste Thomas Cook a grimpé de 3,40%, à 185,7 pence, après l'annonce du rachat des activités de vente de séjours aux particuliers du groupe mutualiste Co-operative, qui lui permet de créer la première enseigne du pays avec quelque 1.200 points de vente.
Du côté des baisses, Barclays a perdu 2,88% à 2,97,25 pence. Le titre a souffert de l'annonce par le fonds d'investissement d'Abou Dhabi, PCP Gulf Invest, de la vente d'une partie de ses parts pour se couvrir contre toute future chute du cours de la banque britannique.



HORS EUROPE

La Bourse de Tokyo a clôturé en baisse d’un pourcent vendredi, affectée par la fermeté du yen. Les investisseurs ont réagit de manière modérée au nouveau plan de relance annoncé par le Japon. Le plan repose sur un montant de 5.050 milliards de yens (44 milliards d'euros) pour soutenir l'économie nippone menacée par la déflation, la cherté du yen et le ralentissement de la croissance mondiale.


AGENDA

USA
L'économie américaine a détruit 95.000 emplois de plus qu'elle n'en créait en septembre, indique le rapport officiel sur l'emploi du département du Travail. Le nombre des emplois perdus a progressé de 67% par rapport à août, soient, après révision, 57.000 postes.

Les destructions d'emplois à l'échelle du pays ont résulté avant tout du secteur public, qui a supprimé 159.000 emplois. Comme les mois précédents, l'Etat a mis fin aux contrats d'un grand nombre de personnes embauchées temporairement pour le recensement décennal. Cela a touché encore 77.000 personnes en septembre, auxquelles sont venus s' ajouter 76.000 suppressions de postes dans les administrations des Etats fédérés et dans les collectrivités locales.

Le secteur privé, vers lequel se portent tous les regards, a continué d'embaucher, mais moins rapidement que les mois précédents.  Le solde net des créations d'emplois n'y a été que de 64.000, soit 31% de moins qu'en août, qui avait déjà marqué une baisse par rapport à juillet.

Malgré les destructions de postes, le taux de chômage est resté stable à 9,6%. Mais, septembre inclus, les Etats-Unis ont connu 17 mois consécutifs de chômage supérieur ou égal à 9,4%, ce qui ne s'est jamais vu depuis 1948 au moins.

FMI/BM
- Début de l’assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale

Allemagne
L'Allemagne a dégagé un excédent commercial de 9 milliards d'euros au mois d'août, alors que le rythme de ses exportations a enregistré un ralentissement, selon les chiffres publiés vendredi par l'Office des statistiques Destatis.

Japon
L'excédent des comptes courants du Japon s'est réduit de 5,8% sur un an en août, à 1.114,2 milliards de yens (9,7 milliards d'euros), a annoncé le ministère des Finances vendredi, la cherté du yen et le ralentissement de la croissance mondiale pesant sur les exportations nippones.

Le gouvernement japonais a approuvé vendredi une rallonge budgétaire de 5.050 milliards de yens (44 milliards d'euros), afin de financer un plan de relance pour l'économie nippone menacée par la déflation et le ralentissement de la croissance mondiale, ont annoncé des médias.

Grande-Bretagne
Les prix à la production au Royaume-Uni ont décéléré en septembre par rapport au mois précédent, ramenant leur progression sur un an à 4,4% contre 4,7% en août, mais sont tout de même ressortis au-dessus des attentes, selon des statistiques officielles publiées vendredi. Les prix ont augmenté de 0,3% sur le mois, alors qu'ils étaient stables en août, a précisé l'ONS dans un communiqué.

Portugal
Le Portugal a enregistré en août un déficit commercial de 1,55 milliard d'euros, en léger recul par rapport à août 2009 (1,58 milliard), selon les données provisoires publiées vendredi par l'Institut national des statistiques (Ine)

Chine
Marchés financiers fermés en raison d’un jour férié


VALEURS

UMICORE
Cotation ex-dividende de 32,5 centimes brut par action.

AB INBEV
UBS a ajouté l’action sur sa "key call" liste. L'objectif de cours est relevé à 50 euros contre 47 euros avant. L'avis est à "acheter".

BEKAERT
Le groupe Bekaert a inauguré, vendredi, son usine de steel cord à Shenyang en Chine. Bekaert s'est engagé à construire "la plus verte" de ses usines de steel cord, a annoncé le groupe dans un communiqué.

DELHAIZE
Le groupe de distribution a indiqué qu’AllianceBernstein avait augmenté sa participation à 3,68 %.

ING a abaissé son objectif de cours sur la valeur à 51 euros contre 56 euros avant.

EVS
La société liégeoise EVS Broadcast Equipement, spécialisée dans les enregistrements d'images professionnelles sur supports informatiques a fait savoir que ses fondateurs détiennent 15,8% des parts de l’entreprise. Michael Counson en détient 6,45%, Belinvest SA (Pierre L'Hoest et sa famille) 4,60%, Laurent Minguet et sa famille 3,57% et DTV SA 1,16%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés