La banque centrale indienne déçoit les investisseurs avant la mousson

©REUTERS

La Bourse de Bombay a nettement reculé mardi.

L’indice Sensex a chuté de 2,37% , son recul le plus important depuis quatre semaines. Les investisseurs ont été déçus par la stratégie de la banque centrale indienne.

La Reserve Bank of India (RBI) a réduit hier, comme prévu, son taux directeur de 25 points de base pour le porter à 7,25%. Mais le gouverneur de la RBI, Raghuram Rajan, a ensuite précisé que la stratégie de politique monétaire dépendait de la qualité de la mousson à venir.

La Reserve Bank of India a réduit son taux directeur de 25 points de base.

Les marchés espéraient davantage de soutien alors que la mousson s’annonce plus faible que prévu.

La saison des pluies pourrait être plus faible que prévu, selon les prévisionnistes, et les investisseurs espéraient un signal de la banque centrale indienne en faveur d’un futur assouplissement monétaire pour limiter l’impact sur l’économie.

Moussons cruciales

Les pluies de mousson sont cruciales pour les récoltes en Inde et une saison sèche peut raviver l’inflation, ce qui a un effet immédiat sur la vie de dizaines de millions d’Indiens pauvres. Les prix de l’alimentation représentent près de 50% de l’indice des prix à la consommation. La RBI a exhorté le gouvernement à prévoir un bon approvisionnement alimentaire afin de garder le contrôle sur les prix.

Raghuram Rajan s’est fixé comme objectif principal le contrôle de l’inflation, qu’il veut voir ramenée durablement sous les 6% d’ici janvier et sous 4% sur l’exercice 2016/17. En avril, l’inflation a touché un plus bas depuis quatre mois à 4,87%. "L’attitude plus stricte de la banque centrale a augmenté les doutes sur la possibilité de nouvelles baisses des taux cette année", explique à l’agence Bloomberg Debendra Kumar Dash, stratégiste obligataire auprès de DCB Bank à Bombay.

En avril, la banque centrale avait laissé inchangés ses taux, après une baisse surprise en mars, demandant aux banques de répercuter les deux premières baisses. "Les banques doivent répercuter les baisses de taux successives dans leurs taux de prêt", a répété le gouverneur hier dans le communiqué.

Une faible saison de la mousson risque d’enfoncer davantage la troisième économie d’Asie qui montre des signes de reprise mitigés. La croissance a atteint de 7,3% sur un an lors de l’exercice achevé le 31 mars dernier, soit une croissance inférieure aux estimations des économistes sondés par Bloomberg. Environ 57% des 30 sociétés composant l’indice Sensex de la Bourse de Bombay ont publié des résultats trimestriels moins bons qu’attendu.

"Même une baisse des taux de 50 points de base n’aurait pas changé immédiatement les fondamentaux, qui restent faibles, nuance à l’agence Bloomberg Ashu Madan, stratégiste auprès de Religare Securities. Il n’y a pas de catalyseur pour le marché, au-delà d’un certain point." Les actions indiennes affichent actuellement une valorisation élevée qui les rend vulnérables à une croissance économique moins bonne que prévu. L’indice Sensex se traite à 15,2 fois les bénéfices attendus, au-delà de la moyenne historique (14,4).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés