La Bourse de Tokyo clôture en nette baisse de 2,09% à cause du yen fort

L'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes de la Bourse de Tokyo a clôturé mardi en forte baisse de 2,09%, les investisseurs s'inquiétant de la hausse continue du yen face au dollar et de l'absence d'intervention des autorités nippones pour la juguler.

A la clôture, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a chuté de 200,24 points à 9.388,64 points.
L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a de son côté lâché 14,84 points (1,77%) à 824,60 points.
L'activité a été assez faible avec 1,89 milliard d'actions échangées sur le premier marché.
Le yen est resté très vigoureux toute la séance face au billet vert, le dollar évoluant autour de 82 yens et cotant 81,78 yens à 15H00 locales, 06H00 GMT, heure de la fermeture de la Bourse, contre 82,05 yens lundi à 21H00 GMT.
Les autorités nippones sont intervenues le 15 septembre directement sur le marché des changes, une première en six ans, vendant en masse des yens pour en abaisser la valeur.
Mais les opérateurs se demandaient si Tokyo allait récidiver au lendemain de réunions du G20 consacrés à "la guerre des monnaies", malgré les déclarations du ministre nippon des Finances, Yoshihiko Noda, répétant mardi que son gouvernement se tenait prêt à agir si nécessaire.
Certains jugeaient que les autorités nippones auraient du mal à de nouveau vendre des yens, au moment où les Occidentaux demandent à Pékin de cesser d'affaiblir artificiellement la monnaie chinoise.
Le maintien de la devise japonaise à son plus haut niveau depuis 15 ans face au dollar est très handicapant pour les entreprises japonaises, qui voient réduite leur compétitivité à l'étranger et sabrés leurs profits rapatriés au Japon.
"Il y a d'un côté la faiblesse du dollar et, de l'autre, la possibilité de nouvelles interventions du Japon" qui peut dissuader d'acheter des yens, a résumé Tsuyoshi Segawa, économiste à la maison de courtage Mizuho Securities, cité par l'agence Dow Jones Newswires.
Les groupes les plus exposés au yen fort ont donc logiquement baissé, les constructeurs automobiles les premiers: Toyota a dévissé de 1,52% à 2.851 yens, Nissan de 1,76% à 727 yens et Honda de 1,97% à 2.930 yens.
Des fabricants d'électronique ont aussi souffert: Sony a reculé de 2,16% à 2.586 yens et Sharp de 1,90% à 824 yens.
Panasonic s'est maintenu pour sa part à 1.176 yens, après avoir annoncé jeudi avoir obtenu, via des offres publiques d'achat (OPA), 81% du capital de Sanyo et 84% de celui de Panasonic Electric Works, des filiales dans lesquelles il souhaite conquérir 100% des parts.
Le plongeon du jour est à mettre au passif de Fast Retailing, qui s'est écroulé de 9,76% à 11.180 yens. Le groupe d'habillement, qui gère notamment les magasins Uniqlo, a prévenu vendredi qu'il s'attendait à une baisse de 17,3% de son bénéfice net pour l'exercice 2010-2011, ouvert le 1er septembre.
Tokyo Electric Power (Tepco) a pour sa part diminué de 4,52% à 1.900 yens, des investisseurs se débarrassant du titre au moment où la compagnie d'électricité procède à une augmentation de capital.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés