La dette espagnole sous haute tension

Alors que le titre de Bankia chutait de 12,10% vers 14h45 et que les obligations espagnoles à 10 ans se tendaient, on apprenait que le gouvernement espagnol pourrait demander quelque 30 milliards d'aides au fonds de secours européen.

L'action de Bankia, la quatrième banque espagnole en termes de capitalisation boursière, chutait de près de 29% à la reprise de sa cotation, lundi matin, après avoir demandé vendredi une aide publique record de 19 milliards d'euros, portant à 23,5 milliards d'euros le total des aides publiques demandé par la banque. Dans la matinée, le titre réduisait lentement sa perte. Il reculait de 12% vers 14h45.

"Je suis certain que l'Etat espagnol va obtenir le financement", a assuré le président de Bankia, Jose Ignacio Goirigolzarri, lors d'une conférence de presse samedi. Selon lui, Bankia, la plus grande union de caisses d'épargne espagnole, sera "solide, efficace et rentable" avec un plan d'assainissement qui prévoit que les 19 milliards supplémentaires seront versés, via le Fonds public d'aide au secteur bancaire (Frob), "au cours du mois de juillet".

Bloqué pendant 20 minutes après l'ouverture de la Bourse de Madrid à cause d'une trop grande volatilité des ordres de transaction, le titre chutait de 28,66%, à 1,12 euro, dans un marché en baisse de 0,17%, à 09H27.

Bankia, dont le titre avait été suspendu vendredi dans l'attente de cette demande d'aide, a par ailleurs annoncé une perte de 2,979 milliards d'euros pour 2011 après réexamen de ses comptes.   

Sa maison mère BFA (Banco Financiero y de Ahorros) devrait également annoncer de lourdes pertes ce lundi.   

Une source gouvernementale a dit dimanche que le gouvernement espagnol envisageait de recapitaliser Bankia avec des titres de dette souveraine, qui seraient échangés contre des actions de la banque. Informée par le gouvernement espagnol, la Banque centrale européenne ne semblait pas soulever d'objection, à en croire des sources gouvernementales. "La BCE a eté consultée. La solution a été utilisée par l'Allemagne et l'Irlande par le passé, elle est parfaitement valide (...)", a dit la source.     

Appel à l'aide au FESF

Les taux à 10 ans de l'obligation espagnole de référence se tendaient fortement lundi matin sur le marché obligataire, les investisseurs, de plus en plus inquiets de l'état de santé du secteur bancaire ibérique, se détournant des titres de dette du pays.

Vers 10H30 ce lundi, le taux espagnol à 10 ans, qui évolue en sens inverse de la demande, grimpait à 6,451% contre 6,311% vendredi à la clôture.

La prime de risque espagnole (surcoût que doit payer l'Espagne pour emprunter à dix ans, par rapport à l'Allemagne, considérée comme référence du marché) s'inscrivait à un niveau record à 509 points de base (5,09 points).

Enfin, les contrats d'assurance contre le défaut de paiement de l'Espagne, les CDS, évoluaient aussi à leur plus haut niveau à 556 points de base, ce qui signifie qu'il faut débourser 2.224.000 dollars pour assurer 10 millions de dollars de dette d'Etat espagnole sur cinq ans.

Le gouvernement espagnol pourrait ainsi demander l'aide du fonds de secours européen, si la tension sur les marchés persiste, afin d'injecter 30 milliards d'euros dans son secteur bancaire, en plus des 19 milliards demandés par Bankia, affirme lundi le journal El Mundo.

Si la crise grecque continue et si la prime de risque espagnole (surcoût que doit payer l'Espagne pour emprunter à dix ans, par rapport à l'Allemagne, considérée comme la référence du marché) reste autour du niveau élevé des 500 points, "l'Espagne pourrait demander de l'aide au Fonds européen de stabilité financière (FESF). C'est une possibilité, même si maintenant toutes les hypothèses sont possibles", a expliqué une source gouvernementale au quotidien de centre-droit.

Une autre possibilité envisagée par le gouvernement est de demander l'aide du FMI, écrit le journal.

Contactée, une porte-parole du ministère de l'Economie a elle assuré que la position du gouvernement, de ne demander aucune aide extérieure, n'avait "pas changé".

Selon El Mundo, l'Etat espagnol devra injecter 30 milliards d'euros de fonds publics dans les trois établissements bancaires placés sous tutelle en raison de leurs grandes difficultés: CatalunyaCaixa, NovacaixaGalicia et Banco de Valencia.

Cette somme s'ajoute à l'aide record de 19 milliards d'euros sollicitée vendredi par Bankia, troisième banque du pays par le nombre d'actifs et la plus exposée au secteur immobilier, avec plus de 30 milliards d'euros d'actifs problématiques, car à la valeur incertaine (crédits risquant de ne pas être remboursés, logements saisis...).
 

Au total plus de 50 milliards d'euros sera apporté par l'Espagne à son secteur bancaire, de quoi susciter des doutes sur sa capacité à accorder seule ces fonds, à un moment où sa discipline budgétaire est étroitement surveillée par les marchés et l'Union européenne.

 





De spreiding tussen Spaans tienjarig staatspapier en de Duitse bund met dezelfde looptijd ligt op 490 basispunten en ook de yield op tien-jarig staatspapier noteert de afgelopen periode weer boven de psychologische grens van 6%.

Spanje zou zich tot het EFSF moeten wenden omdat het minimaal 30 miljard euro extra kapitaal nodig heeft om nog eens drie banken te ondersteunen, nadat vrijdag al bekend werd dat het noodlijdende Bankia 19 miljard euro aan staatssteun behoeft, aldus de krant.

Het aanvullende bedrag van 30 miljard euro aan steun zou bestemd zijn voor Caixa Catalunya, Novagalicia en Banco de Valencia.

De spreiding tussen Spaans tienjarig staatspapier en de Duitse bund met dezelfde looptijd ligt op 490 basispunten en ook de yield op tien-jarig staatspapier noteert de afgelopen periode weer boven de psychologische grens van 6%.

Spanje zou zich tot het EFSF moeten wenden omdat het minimaal 30 miljard euro extra kapitaal nodig heeft om nog eens drie banken te ondersteunen, nadat vrijdag al bekend werd dat het noodlijdende Bankia 19 miljard euro aan staatssteun behoeft, aldus de krant.

Het aanvullende bedrag van 30 miljard euro aan steun zou bestemd zijn voor Caixa Catalunya, Novagalicia en Banco de Valencia.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés