La faiblesse du yuan n'est pas au goût des Américains

©REUTERS

Le yuan poursuit inlassablement sa descente aux enfers. La monnaie chinoise a encore perdu 2,55% ces trois dernières semaines.

L’été n’est pas de tout repos pour les investisseurs. Que ce soit au niveau des actions ou sur le marché des changes. Si le dollar est plutôt stable face à un panier des principales devises, le yuan poursuit inlassablement sa descente aux enfers. La monnaie chinoise a encore perdu 2,55% ces trois dernières semaines.

"La Chine, l’Union européenne et les autres manipulent leurs monnaies en baissant leurs taux d’intérêt."
Donald Trump

Et ça, cela ne plaît guère à l’administration Trump. Le président américain a tiré une nouvelle salve de critiques à l’encontre de ses "ennemis" commerciaux, les accusant notamment de dévaluer délibérément leur devise.

"La Chine, l’Union européenne et les autres manipulent leurs monnaies en baissant leurs taux d’intérêt, alors que les États-Unis augmentent leurs taux, avec un dollar devenant de plus en plus fort jour après jour", a-t-il affirmé sur le réseau social Twitter vendredi. La veille, il avait déjà souligné la chute de l’euro et du yuan face au billet vert.

Attentifs

Son secrétaire au Trésor a appuyé ses propos ce week-end, en plein sommet du G20. Steven Mnuchin a annoncé que les Etats-Unis sont attentifs à la récente baisse de la devise chinoise et qu’ils examineront si son cours a été manipulé.

"La Chine n’a aucune intention de recourir à des méthodes telles que la dévaluation compétitive de sa monnaie pour stimuler les exportations."
Geng Shuang
Porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

Les autorités chinoises ont réagi ce lundi en affirmant que la valeur du yuan était définie par le marché. "La Chine n’a aucune intention de recourir à des méthodes telles que la dévaluation compétitive de sa monnaie pour stimuler les exportations", a assuré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Il a par ailleurs déclaré que les menaces commerciales des États-Unis n’auraient aucun effet sur l’Empire du Milieu. Pour mémoire, Donald Trump a menacé d’imposer des taxes douanières sur jusqu’à 500 milliards de dollars (427,5 milliards d’euros) d’importations de produits chinois.

Irritation

Pourquoi cette nouvelle sortie du président américain et de son équipe ces derniers jours? Parce que la chute de la monnaie chinoise réduit justement l’impact de leurs menaces. "Le recul du yuan provoque une certaine irritation de l’administration américaine car il vient évidemment annuler en partie la mise en place des tarifs douaniers", explique sur son blog Bernard Keppenne, économiste en chef de CBC Banque. "Et il n’est pas exclu que la Chine soit accusée dans les prochaines semaines de manipuler sa devise."

Chez BlackRock, on s’attend également à ce que les autorités chinoises laissent leur monnaie se déprécier "graduellement" jusqu’à la fin de l’année. "Un yuan modérément plus faible pourrait donner un coup de main à Pékin dans son travail d’équilibriste: soutenir l’économie, tout en s’attaquant à l’effet de levier financier et en amortissant les tensions commerciales".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés