Publicité
Publicité

La Grèce veut revenir sur le marché obligataire

Yannis Stournaras, ministre grec des Finances ©REUTERS

La Grèce est exclue des marchés depuis le début 2010. Depuis, elle a bénéficié de quelque 200 milliards d'euros d'aides de l'Union eurpéenne et du Fonds monétaire international.

Alors que le Portugal est revenu cette semaine sur le marché obligataires avec sa première émission depuis sa demande d'aide internationale en mai 2011, la Grèce pourrait bien lui emboîter le pas.

Son ministre des Finances, Yannis Stournaras, a annoncé espérer effectuer fin 2014 son retour sur le marché obligataire alors que les rendements de ses emprunts sur le marché secondaire évoluent à leurs plus bas niveaux depuis la restructuration de la dette publique l'an dernier.

Le rendement à dix ans grec est en effet repassé mercredi sous le seuil de 10%.

"J'espère que nous aurons autant de chance que l'Irlande et le Portugal, qui ont déjà retrouvé l'accès aux marchés avec des rendements inférieurs à 6%", a dit Yannis Stournaras à la télévision grecque.

La Grèce est exclue des marchés depuis le début 2010 et elle a depuis reçu quelque 200 milliards d'euros d'aides de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI). Le mois dernier, ses bailleurs de fonds lui ont décerné un "satisfecit" en saluant le respect de l'ensemble des conditions posées par le plan d'aide.

L'Irlande et le Portugal, eux aussi renfloués par l'UE et le FMI, ont déjà réussi à émettre des obligations à long terme sur le marché, ce qui les rapproche de l'éligibilité au plan de rachats de dette OMT de la Banque centrale européenne (BCE).

Athènes, qui a restructuré l'an dernier sa dette souveraine, doit recevoir environ 40 milliards d'euros supplémentaires d'aide d'ici la fin 2014.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés