"Si vous avez des dollars, des euros ou de l'or, échangez-les contre des livres turques"

©AFP

Le secteur bancaire européen est en net repli. Il est durement touché par la chute de la livre turque sur le marché des changes. Il faut savoir que pas mal de banques sont exposées au marché turc...

La livre turque s'effondre ce vendredi sur le marché des changes. Elle atteint un nouveau plus bas historique.

Retrouvez ici notre analyse complète sur l'impact: "Les banques belges sont affectées par la chute de la livre turque"

· Quelle est actuellement la valeur de la livre turque?

©Bloomberg

La monnaie stambouliote a perdu de sa valeur face au dollar, elle a même brièvement franchi dans la matinée pour la première fois la barre de 6 pour un dollar après avoir perdu quelque 12% de sa valeur. Elle s'est ensuite quelque peu ressaisie. Avant de replonger suite à un discours d'Erdogan, le président. Et d'encore tomber plus bas suite à l'annonce de Trump qui s'attaque à l'aluminium et l'acier turc.

La livre turque, dont la valeur a fondu de près de 40% depuis le début de l'année, avait déjà perdu plus de 5% face au dollar jeudi...

→ Consultez les variations en live:

→ Consultez aussi les dernières news du marché sur notre Market Live

· Conséquences sur les marchés

Les valeurs des grandes banques européennes sont dans le rouge, pénalisées par leur possible exposition au système bancaire turc. L'indice Stoxx européen du secteur bancaire cède du terrain. Parmi les reculs les plus marqués, celui du groupe français BNP Paribas , de l'espagnol BBVA et de l'italien UniCredit .

Quelle est l’exposition des banques belges à la Turquie?

D’après les statistiques de la Banque des règlements internationaux (BRI), qui est en quelque sorte la banque des banques centrales du monde entier, les banques commerciales étrangères présentent une exposition totale de 265 milliards de dollars (230 milliards d’euros) à la Turquie.

Par pays, ce sont les banques espagnoles qui sont les plus exposées à l’économie turque, pour un montant de 82,3 milliards de dollars. Suivent les banques françaises (38,4 milliards de dollars), celles du Royaume-Uni (19,2 milliards), des Etats-Unis (18 milliards), de l’Allemagne (17,1 milliards), de l’Italie (16,9 milliards) et du Japon (14 milliards).

Et la Belgique? Les chiffres de la BRI mentionnent une exposition de 951 millions de dollars (830 millions d’euros) des institutions financières belges à la Turquie.

Mais ces chiffres sont incomplets car certains groupes bancaires internationaux qui sont actifs en Belgique, en particulier BNP Paribas et ING, localisent une partie de leurs créances vis-à-vis d’institutions étrangères dans les comptes de leur filiale belge. On ignore à ce stade comme se répartissent les expositions turques de ces deux groupes bancaires français et néerlandais à travers les frontières du Royaume…

· Quel est le contexte?

→ Cette chute a pour toile de fond la crise diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis, qui fait craindre  des répercussions sur des banques européennes. Les tensions, déjà vives depuis plusieurs mois, ont connu une brusque escalade la semaine dernière en lien avec l'incarcération en Turquie d'un pasteur américain, Andrew Brunson, accusé par les autorités turques de "terrorisme" et d'"espionnage".

Le pasteur, qui nie fermement ces accusations, a été placé en résidence surveillée fin juillet après un an et demi de détention.

La livre turque est à l'agonie depuis qu'une grave crise diplomatique a éclaté entre la Turquie et les Etats-Unis, deux alliés au sein de l'Otan qui ont imposé des sanctions réciproques contre des responsables gouvernementaux.

→ Donald Trump a aussi annoncé ce vendredi avoir "autorisé un doublement des droits de douane sur l'acier et l'aluminium par rapport à la Turquie".

"Nos relations avec la Turquie ne sont pas bonnes en ce moment" (Donald Trump)

→ Il faut aussi savoir que le ministre des Finances Berat Albayrak, également gendre du président Recep Tayyip Erdogan, va présenter ce vendredi le très attendu "nouveau modèle économique" de la Turquie.

→ Cette chute survient aussi après des commentaires du chef de l'Etat turc. Erdogan, dans la nuit, a mis l'agonie de la livre turque sur le compte de "campagnes" dont il n'a pas précisé la nature:

"S'ils ont des dollars, nous, nous avons notre peuple, nous avons le droit et nous avons Allah!"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté ce vendredi ses concitoyens à changer leurs devises étrangères pour soutenir la livre turque dont la chute s'était accentuée à la suite de son appel à la "lutte nationale" contre la "guerre économique" déclarée selon lui à la Turquie:
"Si vous avez des dollars, des euros ou de l'or sous votre oreiller, allez dans les banques pour les échanger contre des livres turques. C'est une lutte nationale."

©REUTERS

→ Dans un article publié ce vendredi, le Financial Times rapporte que la Banque centrale européenne s'inquiète d'une éventuelle exposition de certaines banques européennes très présentes en Turquie à la crise monétaire que traverse ce pays. Les marchés s'inquiètent de l'incapacité des autorités turques à maîtriser l'inflation galopante qui a atteint près de 16% en juillet en rythme annuel. De nombreux économistes appellent de leurs voeux une hausse des taux d'intérêt de la banque centrale afin d'enrayer l'inflation, mais cet organe est soumis aux pressions du président Erdogan, un "ennemi" autoproclamé des taux d'intérêt.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content