La majorité des sociétés du Bel 20 fait mieux qu'en 2014

©Photo News

Le bon bilan a toutefois été obscurci par la grosse contreperformance d’AB InBev.

La semaine écoulée était probablement une des plus chargées de l’année sur le front des résultats d’entreprise, avec des chiffres trimestriels pour pas moins de 12 des 20 sociétaires de l’indice Bel20  en plus de certaines des plus importantes de nos petites et moyennes capitalisations (Melexis, Euronav, Ontex, Exmar). Les journées de jeudi et vendredi auront vu une avalanche de bons résultats, à une (très grosse) exception près.

Bière amère

Car AB InBev , le poids lourd de la cote bruxelloise, a annoncé un chiffre d’affaires trimestriel qui est ressorti environ 500 millions de dollars sous les attentes du marché en raison de volumes qui restent faiblards, notamment aux Etats-Unis. La comparaison avec le deuxième trimestre 2014 était difficile (Coupe du monde de football) mais personne ne s’attendait à une telle contre-performance. Le cours du brasseur s’est enfoncé de près de 5% sur la semaine.

Pour AB InBev, la comparaison avec le deuxième trimestre 2014 est difficile mais personne ne s’attendait à une telle contre-performance.

Si, dans l’ensemble, les analystes se sont montrés sereins quant à la capacité du groupe de redresser la barre, l’analyste de Petercam a descendu son rating en soulignant que payer une prime pour le brasseur se justifie de moins en moins vu les déceptions qui ont marqué trois des quatre derniers bilans trimestriels. De nombreuses autres maisons (notamment Nomura, Barclays, Société Générale, Berenberg) en ont profité pour descendre leur objectif de cours.

Autre poids lourd du Bel 20, Engie  (ex-GDF Suez) a vu son résultat net plonger de 56% au premier semestre, notamment à cause de la baisse des cours du pétrole et de l’indisponibilité de réacteurs nucléaires en Belgique. Mais l’annonce d’un accord avec l’État belge au sujet d’un investissement de 700 millions d’euros pour prolonger les réacteurs de Doel a reçu un très bon accueil en Bourse jeudi.

Doubles annonces

Plus de la moitié des sociétés du Bel 20 ont publié leurs résultats semestriels.

Huit sociétés sur onze enregistrent de meilleurs résultats que sur la même période, un an plus tôt.

Grosse exception dans ce bon bilan: AB InBev, le poids lourd de la cote bruxelloise, a déçu.

Solvay a pour sa part annoncé des chiffres largement en ligne avec les attentes, mais a accompagné cette annonce d’une large acquisition aux Etats-Unis (Cytec) en vue de se renforcer dans les matériaux composites, une opération dont le fondement stratégique a été bien apprécié par les analystes, qui ont toutefois davantage rechigné sur le prix élevé payé par le chimiste belge.

De son côté, UCB  a annoncé l’échec en Phase III de son médicament pour le Lupus, pour faire place le lendemain à des résultats très largement supérieurs aux attentes des analystes, notamment grâce à l’impact du dollar. Les attentes du consensus pour 2015 vont être très logiquement relevées dans les jours qui viennent. Des évolutions positives au niveau du consensus sont également à attendre pour Umicore, Telenet et Proximus, les bons chiffres semestriels ayant été accompagnés de relèvements (légers) aux objectifs des directions pour 2015.

Après un deuxième semestre 2014 délicat durant lequel Bekaert  avait été à peine bénéficiaire en raison d’importantes pressions concurrentielles en Chine, le tréfileur a retrouvé le sourire grâce à la bonne tenue de l’activité dans les marchés développés. Enfin, Delhaize  a également bénéficié de l’effet dollar pour ses chiffres semestriels, mais l’impact sera plus modéré, le cours du distributeur belge étant désormais intrinsèquement lié à celui d’Ahold.

En dehors du Bel 20, ce sont les groupes maritimes Exmar  et Euronav  qui ont fait feu de tout bois, grâce aux bonnes conditions tarifaires durant le dernier trimestre respectivement pour le transport de gaz naturel liquéfié et pour le transport de pétrole.

En ligne

Ontex  et Melexis ont sorti des chiffres en ligne avec les attentes, de même que les deux principales valeurs immobilières de la cote belge (Cofinimmo et Befimmo). Résultats conformes aux attentes également pour GB L, qui continue de modifier la composition de son portefeuille, en sortant des participations historiques (Total, Suez) pour se renforcer vers des zones plus dynamiques. C’est cette fois du côté d’Adidas que le holding bruxellois est allé prendre une participation de 3%.

©mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect