Publicité

La pire séance à Bruxelles depuis septembre 2011

©REUTERS

Difficile début de semaine pour les marchés d'actions. Les Bourses européennes décrochent, le Bel20 chute de presque 5%. La dégringolade des marchés mondiaux s'accentue donc, les investisseurs étant rongés par des inquiétudes persistantes sur la santé de l'économie chinoise et la conjoncture mondiale.

Les Bourses européennes ont terminé la première séance de la semaine en net recul, dans le sillage des marchés asiatiques. La chute n'a fait que s'accentuer tout au long de la journée avec un pic de panique au moment de l'ouverture des marchés américains. Les inquiétudes persistantes sur l'impact du ralentissement économique chinois alimentent l'aversion au risque des investisseurs.

Les marchés européens avaient déjà accusé la semaine dernière leur plus forte baisse hebdomadaire depuis quatre ans.

Le Bel20  a clôturé sur un recul de 4,99% à 3.265,59 points. Après avoir ouvert nettement dans le rouge (-2,99%), il a plongé en-dessous de la barre des 7% au moment de l'ouverture de Wall Street, soit sa plus forte chute depuis 2008. Il s'est finalement redressé, enregistrant toutefois une perte de près de 5%. La dernière fois que le Bel20 avait perdu autant, c'était le 22 septembre 2011. La Bourse de Bruxelles avait alors reculé de 5,34%.

  • 29 septembre 2008: -7,98%
  • 8 octobre 2008: -7,36%
  • 6 octobre 2008: -6,87%
  • 16 octobre 2008: -6,54%
  • 19 octobre 1991: -6,10%

Ailleurs en Europe:

Le CAC 40 s'enfonce de 5,35%

> Vers 15h30, l'indice CAC 40 chute de plus de 8%, soit un recul de 383,65 points 4.247,34 points. S'il avait clôturé à ce niveau, le CAC 40 aurait accusé sa pire performance en une séance depuis le 6 octobre 2008 (-9,04%). Finalement, l'indice CAC 40 a clôturé sur une perte de 247,53 points (-5,35%) à 4.383,46 points, dans un volume d'échanges exceptionnel de 10,4 milliards d'euros. Vendredi, les craintes pour la croissance chinoise avaient déjà causé une chute de 3,19% du marché parisien.

La Bourse de Francfort ferme sur une chute de 4,70%

> A Franfort, après avoir plongé de jusqu'à plus de 7% dans l'après midi, l'indice vedette Dax a finalement limité la casse, avec une baisse à la clôture de 4,70% à 9.648,43 points, son plus fort recul en pourcentage sur une séance depuis novembre 2011. L'indice des valeurs moyennes a lui perdu 3,74% à 18.618,49 points.

Le FTSE perd 4,37%

> A Londres, le FTSE perdait à 15h30, heure belge, 6,36% à 5.793,84 points, reculant de 393,72 points par rapport à la clôture de vendredi. Tout comme le Dax, un léger regain de forme poussait l'indice londonien sous les -4% à l'approche de la cloche avant de retomber une nouvelle fois à 4,37% de perte sur la séance. Il s'agit du dixième jour consécutif de baisse de ce dernier indice, sa pire série depuis 2003.

L'EuroStoxx 50 de la zone euro a également reculé très fortement ce lundi.

 

• Pourquoi? Le ralentissement de la deuxième puissance économique de la planète, les turbulences sur ses places financières et la dévaluation du yuan il y a près de deux semaines continuent de perturber les marchés à travers le monde.

Dans le sillage de l'Asie

©© Hitoshi Yamada/NurPhoto/Corbis

Les marchés asiatiques ont plongé ce lundi matin à des niveaux inédits depuis trois ans, entraînés par la nouvelle débâcle de la Bourse de Shanghai sur fond d'inquiétudes persistantes pour la croissance chinoise.

"Les marchés paniquent. Les choses commencent à ressembler à la crise financière asiatique de la fin des années 1990. Des spéculateurs se débarrassent des actifs qui semblent les plus vulnérables", avance Takako Masai, directeur de recherches à la Shinsei Bank de Tokyo.

  • Shanghai , qui a dévissé de plus de 11% la semaine dernière, a terminé sur un plongeon de presque 8,5%, sa plus forte baisse journalière depuis huit ans. 
  • La Bourse de Shenzhen a elle terminé sur une chute de 7,70% à 1.882,46 points.

"Il n'y a aucune bonne nouvelle, les actions sont encore chères et il n'y a pas d'argent frais qui arrive", explique Qi Yifeng, analyste chez CEBM.

  • A Tokyo, l'indice Nikkei s'est enfoncé de 4,61% à la clôture, cinquième journée de recul d'affilée. 

"La Chine pourrait être contrainte de dévaluer encore le yuan si son économie fléchit, et les marchés actions doivent gérer la perspective d'un yuan plus faible amplifiant l'impact négatif d'une économie chinoise léthargique", commente Eiji Kinouchi, analyste chez Daiwa Securities à Tokyo.

 

♦ Quels sont les risques d'une contagion?

· L'exemple de Wall Street. La peur d'une contagion à l'échelle mondiale du ralentissement de la deuxième puissance économique de la planète avait déjà fait vivre vendredi à Wall Street sa pire séance depuis près de quatre ans, les trois indices de référence perdant plus de 3%.

· Les matières premières. La déprime touche aussi les matières premières. Le cuivre, considéré comme un baromètre de la demande mondiale, a atteint lundi son cours le plus bas depuis six ans et demi. Publié vendredi, l'indice PMI Caixin/Markit a révélé que le secteur manufacturier chinois s'était contracté en août à un rythme jamais vu depuis près de six ans et demi sur fond de baisse des commandes intérieures et à l'exportation.

♦ Il n'y a pas que la Chine...

Cette semaine encore, les investisseurs vont surveiller de près la Chine dans l'attente de mesures de stimulation de la part de Pékin afin de freiner le ralentissement. Mais d'autres facteurs pèsent sur les marchés financiers. "Au premier abord, il serait aisé de désigner du doigt le ralentissement de la croissance de la Chine, la chute des prix du pétrole et la guerre des devises sur les marchés émergents comme les raisons du vif recul mondial des marchés actions cet été", écrit Sean Darby, chef stratégiste de Jeffries pour les marchés d'action, dans une note.

"Cependant, un mélange de forces désinflationnistes et déflationnistes, un resserrement des conditions monétaires mondiales et une détérioration des bénéfices sur les marchés émergents sont des facteurs encore plus puissants", ajoute-t-il.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés