Lagarde et Stark ont saigné les marchés

Les principales Bourses européennes ont terminé la semaine sur de lourdes pertes. Déjà déprimés par la baisse des valeurs bancaires et l'excès d'ambition du plan pour l'emploi aux Etats-Unis, les marchés ont accentué leurs pertes après la démission du chief eco de la BCE, Jürgen Stark. Wall Street s'enfonçait dans le rouge après la clôture de l'Europe boursière. Sur Euronext Bruxelles, Alfacam s'est envolé de 8%.

Les Bourses européennes ont ponctué la semaine sur un sérieux manque de convictions. Soutenus ni par le méga-plan de relance américain pour l'emploi ni par le discours de Ben Bernanke, les indices ont creusé leurs pertes dès la matinée, dans la foulée du net recul des valeurs bancaires. Le compartiment - qui cède 4,9% selon l'indice DJ Stoxx 600 de référence - a d'abord accusé "l'effet Lagarde". Celle-ci a déclaré qu'une crise de liquidités n'était pas à écarter et que certaines banques avaient besoin de fonds propres supplémentaires. La directrice générale du Fonds monétaire International (FMI) a également appelé les économies avancées à stimuler la croissance par tous les moyens.

Les banques ont ainsi concentré toutes les craintes du marché : risques sur leurs expositions dans les pays en difficultés (Grèce, Italie, Espagne), inquiétudes sur le ralentissement de la croissance mondiale et rumeurs sur leur santé financière et sur d'éventuels besoins de recapitalisation. La Banque centrale européenne avait indiqué jeudi ouvrir les vannes des liquidités aux établissements bancaires. "C'est une bonne nouvelle mais cela peut être aussi interprété comme l'illustration des difficultés des banques au niveau de leurs fonds propres", a souligné un gérant de fonds chez Barclays Bourse.

A cela s'est ajouté un nouveau coup de semonce pour le système bancaire européen: le chef économiste de la BCE, l'Allemand Jürgen Stark, a décidé de démissionner de ses fonctions. Stark, dont le poste est l'un des plus importants de l'institution monétaire, a exprimé à plusieurs reprises son opposition au programme de rachat d'obligations publiques mené par la BCE pour soulager les pays les plus fragiles de la zone euro. Ces dissensions l'auraient poussé vers la sortie.

Dans ce contexte, l'indice Stoxx 600 a abandonné 2,36% à 225,04 points. A la Bourse de Francfort, l'indice Dax 30 a chuté de 4,04% à 5.189,93 points. Sur le marché parisien, l'indice Cac 40 a corrigé de 3,60% à 2.974,59 points. A Amsterdam, l'indice AEX s'est replié de 2,57% à 276,10 points. A la Bourse de Londres, l'indice Footsie a cédé 2,35% à 5.214,65 points.

A Bruxelles, l'indice Bel 20 s'est délesté de 3,24% à 2.117,82 points, dans un marché qui a vu Dexia et KBC reculer de l'ordre de 7,09 et 5,51%. Solvay a perdu le plus (-7,11%) et Mobistar était le seul titre en hausse (+0,64%). Hors Bel 20, Alfacam a bondi de plus de 11% en séance, après l'annonce d'un contrat en Arabie Saoudite. Le titre a finalement réduit ses gains à 8,09% à 4,01 euros.

Le secteur automobile était particulièrement mal orienté
(-4,8%), dans la foulée du recul de plus de 13,59% du titre Porsche. Volkswagen a perdu de l'ordre de 3,9%. Les constructeurs automobiles allemands Volkswagen et Porsche ont annoncé jeudi qu'ils n'arriveront pas à boucler leur fusion dans les délais prévus initialement, soit avant la fin de l'année 2011.

Le président Barack Obama a présenté jeudi soir un plan emploi de 447 milliards de dollars destiné à donner un "électrochoc" à l'économie américaine
, exhortant le Congrès, où ses adversaires républicains restent sceptiques, à l'adopter "immédiatement". Le plan d'Obama est intéressant mais "le problème est de savoir si ces mesures seront adoptées ou pas", a expliqué Daisuke Karakama de Mizuho Corporate Bank, cité par Dow Jones Newswires.

La Bourse de New York avait terminé en baisse jeudi, après un discours évasif du patron de la Fed sur l'attitude que l'institution compte adopter face aux craintes de récession. Wall Street récidive aujourd'hui: l'indice Dow Jones perd 1,4% et le Nasdaq -0,9%.

La banque centrale des Etats-Unis est prête à intensifier encore un peu plus son soutien monétaire à la reprise de l'économie américaine, a indiqué jeudi son président, Ben Bernanke, laissant entrevoir une action en ce sens dès le 21 septembre. Le texte de M. Bernanke est très semblable à celui de son discours de rentrée prononcé le 26 août à Jackson Hole, dans l'Ouest des Etats-Unis.

La séance sera marquée par le début de la réunion du G7 des ministres des Finances et des banquiers centraux à Marseille. La rencontre dure jusqu'à samedi.


AGENDA

Zone euro
- Le déficit des comptes courants de l'Union européenne s'est creusé au deuxième trimestre, à 43,2 milliards d'euros, selon des données publiées vendredi par l'office européen des statistiques Eurostat. Le déficit était de 33,1 milliards d'euros sur la même période il y a un an et de 38,8 milliards au premier trimestre 2011, précise Eurostat.

G7
- Réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du G7

Etats-Unis
- Les stocks des grossistes ont atteint un niveau record en juillet aux Etats-Unis en raison notamment d'une hausse des invendus dans les secteurs informatique et de l'habillement, a annoncé vendredi le département du Commerce. Les stocks des grossistes ont augmenté de 0,8% à 462,4 milliards de dollars, un montant sans précédent, conformément aux attentes du marché. En juin, ils avaient augmenté de 0,6%.

Allemagne
- L'inflation est restée stable et élevée au mois d'août en Allemagne, à 2,4%, selon un chiffre définitif publié vendredi par l'Office fédéral des statistiques, qui a révisé en hausse le chiffre diffusé initialement.

Japon
- Le produit intérieur brut (PIB) du Japon a reculé de 2,1% au deuxième trimestre 2011 en rythme annualisé, davantage que la baisse de 1,3% estimée au départ, a annoncé vendredi le gouvernement.
- Confiance des consommateurs pour le mois d’août

Chine
- La hausse de la production industrielle a ralenti à 13,5% en Chine en août sur un an, après avoir atteint 14% en juillet, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS). Les ventes de détail, reflet de la consommation, ont de leur côté progressé de 17% en août sur un an, contre 17,2% le mois précédent, selon le BNS. Les investissements en capital fixe ont pour leur part augmenté de 25% sur les huit premiers mois de l'année, comparés à la même période de l'an passé, toujours selon le BNS. Ces investissements mesurent notamment les dépenses dans les infrastructures, qui sont très élevées en Chine.

VALEURS

AEDIFCA
- Aedifica se renforce dans le segment du logement des seniors. La société d’investissement immobilier belge a annoncé l’acquisition de deux centres d'habitation et de soins situés en Flandre orientale à Sint-Martens-Latem, et à Laarne pour un montant total de 29 millions d’euros.

ALFACAM
- Alfacam va fournir tous les services pour le ‘Saudi Premier League’, à Saudi TV et Sport Expert KSA. La compétition de football en Arabie Saoudite démarre vendredi le 9 septembre. Alfacam va déployer 6 véhicules HDTV et mettre à disposition 150 personnes, dont la moitié est saoudienne et l’autre moitié européenne. Le projet a une valeur annuelle d’environ 20 millions de dollars.

LOTUS BAKERIES
- Lotus Bakeries a procédé, en date du 7 septembre, au rachat de 6.000 actions propres, au prix unitaire de 380 euros par actions.

AGFA-GEVAERT
- Agfa-Gevaert HealthCare, fournisseur de systèmes d’imageries médicales et de solutions IT dans le secteur des soins de santé, a signé un accord pour la reprise du brésilien WPD. Ce dernier est l’une des principales entreprises actives dans le secteur au Brésil. Le montant de l’opération n’a pas été communiqué.

TESSENDERLO
- Tessenderlo Group a annoncé aujourd’hui la signature d’un accord concernant l’acquisition du groupe BT Bautechnik, qui inclut BT Impex GmbH et BTH Fitting KFT. Le groupe BT est actif dans la fabrication et la fourniture d’équipements et d’accessoires destinés pour les canalisations en plastique. BT, qui compte 125 employés, a généré un chiffre d’affaires de 20 millions d'euros en 2010. La finalisation de cette acquisition est soumise aux conditions habituelles de clôture, en ce y compris l’approbation réglementaire des autorités allemandes. Les modalités de l’accord n’ont pas été divulguées.

GBL
- Le groupe belge Groupe Bruxelles Lambert (GBL) a déclaré avoir franchi en hausse, le 2 septembre, le seuil de 10% des droits de vote du français Arkema , a annoncé vendredi l'Autorité des marché financiers (AMF).
GBL a indiqué à l'AMF, par deux courriers reçus les 7 et 8 septembre, détenir 4.659.478 actions Arkema représentant 7.007.990 droits de vote, soit 7,53% du capital et 10,26% des droits de vote du numéro un français de la chimie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés