Le bal des résultats démarre pour le Bel 20

©Photo News

À en croire les estimations des analystes, les 20 sociétés du Bel 20 n’auront pas à rougir face aux performances de celles qui composent l’indice DJ Stoxx 600.

Avec la publication des résultats d’Umicore ce matin, les sociétés qui composent l’indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles entrent de plain-pied dans la saison des annonces de résultats pour l’année 2013. Sera-t-elle, cette saison, plus favorable que la précédente? Bien que prudemment, on peut le prévoir, alors que les économies de la zone euro sont, depuis quelque temps déjà, sorties de récession.

Parlant pour l’ensemble des sociétés européennes, l’agence de notation Fitch s’attend à ce que les résultats dans l’ensemble sous-performeront néanmoins les objectifs des entreprises, en raison des conditions de marché encore difficiles dans les tout premiers mois de l’année écoulée. Il n’y a pas vraiment de raison de penser qu’il en sera autrement pour un certain nombre d’entreprises du Bel20, dont leur activité déborde nos frontières.

Le Bel 20 fait mieux que le DJ Stoxx 600

Cela dit, tout indique que l’ensemble des résultats des sociétés liées au Bel 20 pourrait malgré tout s’afficher en légère hausse sur ceux dévoilés il y a un an à la même époque, soit près de 12 milliards d’euros. Si cela devait se vérifier, ce serait déjà une fort belle performance pour nos entreprises, en regard des attentes d’un repli moyen de 5,6% pour les sociétés de l’indice paneuropéen DJ Stoxx 600. Dans ce cas, on comprend mieux aussi pourquoi, avec une hausse de 18,1% en 2013, le Bel 20 a été loin de démériter dans la zone euro.

Sur la base des prévisions médianes établies par les analystes répertoriés par Bloomberg, les 20 sociétés du Bel 20 devraient cette fois toutes enregistrer un profit lors de leur exercice 2013. Cela n’avait pas été le cas l’année précédente, avec Bekaert et le nouveau venu dans l’indice, Delta Lloyd. Pour 13 d’entre elles, le bénéfice devrait être en hausse, tandis qu’il sera en recul pour les 7 autres.

La Bourse acquiesce

Parmi les sociétés qui risquent de réjouir le plus leurs actionnaires, Delta Lloyd, KBC Groep et UCB sont, selon les analystes, celles qui afficheront la meilleure croissance de leur profitabilité. Delta Lloyd, qui avait subi une perte de 8,1 euros par action en 2012, serait en mesure de publier un bénéfice net par action (BPA) de 1 euro pour son année 2013. Chez KBC Groep, le BPA est attendu en croissance 59% à 2,79 euros, et chez UCB de 28,3% à 1,96 euro.

Les investisseurs paraissent acquis à cette prédiction concoctée par les analystes. Les actions de ces trois entreprises sont aussi celles qui ont affiché les meilleures performances à la Bourse de Bruxelles, au cours des trois derniers mois (voir infographie). Il est bon cependant de savoir que le BPA 2012 de KBC Groep a été ajusté, afin de tenir compte des récentes augmentations de capital conduites par la banque. Sans tenir compte de cela, son BPA aurait en réalité baissé de 30%.

D’autres sociétés, comme Befimmo, annonceront fort probablement une hausse sensible de leur BPA. Mais celle-ci s’explique principalement par le fait que les résultats de 2012, par rapport auxquels ceux de 2013 sont comparés, ont été affectés par des éléments non récurrents.

Panne émergente

Bekaert, qui devrait aussi retourner aux profits en 2013 (0,72 euro par action), n’a pas eu autant de chances en Bourse que Delta Lloyd. C’est que suite à la baisse des devises de certains pays émergents, où Bekaert réalise une partie non négligeable de ses affaires, les investisseurs craignent une éventuelle déception. Autre société très présente dans les régions émergentes, au Brésil notamment, AB InBev devrait cesser de surprendre agréablement. Le brasseur, qui nous a habitués à une croissance généreuse à deux chiffres de ses profits ces 4 dernières années, ralentit la cadence. Il est attendu avec un BPA en hausse de 0,25% à peine, à 3,544 euros.

Chez GDF Suez, les résultats nets devraient renouer avec la croissance. Mais elle ne s’élèvera qu’à 3,7% pour son BPA, à 1,399. Soit un montant encore insuffisant pour verser à ses actionnaires un dividende brut de 1,5 euro. Un problème auquel risque d’être aussi confronté Belgacom. L’opérateur de téléphonie, qui verse annuellement 2,18 euros, devrait engranger un BPA de 1,912 euro.

Parmi les autres poids lourds du Bel 20, épinglons encore la hausse estimée 3,2% du profit chez Solvay. Une performance que le groupe atteindra grâce à une augmentation de son périmètre d’activité suite à une acquisition. Enfin, pour la 2e année de suite, le compte de résultat devrait se rétrécir chez Umicore. Les analystes suivis par Bloomberg prévoient un BPA en retrait de 7,2% à 1,91 euro. Umicore sera le 1er membre du Bel 20 à communiquer ce matin ses résultats.

Notons encore que par action, les bénéfices pourront parfois afficher une croissance plus élevée qu’en valeur nominale. Cela s’explique par les multiples programmes de rachats d’actions opérés par des groupes comme Umicore, Ageas, D’Ieteren, Telenet, GBL et AvH. Ces actions n’entrent plus en ligne de compte pour calculer le BPA.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés