Publicité
analyse

Le Bel 20 affiche un potentiel de hausse à 12 mois supérieur à 14%

Argenx a rejoint le Bel20 où il remplace Ablynx. ©BELGA

Argenx a rejoint le Bel 20 où il remplace Ablynx. Tous les analystes suivant l’action sont à l’achat mais le potentiel de hausse à 12 mois est très limité.

Depuis la mi-mai, une nette majorité (12 actions) des actions composant le Bel 20 a encaissé des reculs souvent importants, avec une baisse moyenne qui a atteint 2,2%. Telenet (-16%) , Proximus (-9%) , bpost (-8%)  et KBC (-7%)  ont affiché les dégringolades les plus importantes. Tout n’a toutefois pas été négatif, des valeurs telles que Galapagos (+ 8%) , AB InBev (+ 7%)  ou Umicore (+ 5%)  ont permis d’atténuer la tendance majoritairement négative.

9 valeurs du Bel20 affichent un potentiel supérieur à 20%.

Dans le même temps, les objectifs moyens sont restés à l’équilibre, avec peu d’ajustements. À la baisse, ce sont bpost (-3%), ING (-2%)  et Telenet (-2%) qui se sont distingués, tandis qu’Umicore (+ 3%) et Ageas (+ 2,5%)  ont évolué le plus nettement en territoire positif.

Dans l’ensemble, le potentiel moyen s’est donc très largement écarté, et atteint désormais 14,2% en moyenne, contre 11,4% à la mi-mai (avec Ablynx  plutôt qu’ArgenX  dans la composition de l’indice). Neuf valeurs affichent un potentiel supérieur à 20% (et même proche ou supérieur à 50% dans le cas de Telenet et de bpost) tandis que neuf autres présentent un potentiel inférieur à 6%, dont cinq sont même en territoire négatif.

©MEDIAFIN

AB InBev a vu sa performance se redresser lors du mois écoulé, notamment grâce à deux révisions d’avis chez RBC Capital Markets (en position neutre) et chez HSBC  (en position d’achat). Les objectifs sont restés globalement inchangés, ce qui suggère que les analystes estiment que le mouvement de baisse est terminé, et que la croissance du groupe pourrait surprendre positivement durant les prochains trimestres.

Umicore a continué de voir les analystes relever leurs avis (Berenberg à l’achat) et/ou leur objectif de cours (Liberum, ING). Berenberg affiche des attentes supérieures de 15% par rapport au consensus en raison des perspectives dans le recyclage des batteries électriques, un segment dans lequel l’analyste estime que le groupe pourrait atteindre une position dominante au niveau mondial à l’horizon 2020.

Solvay  a également été très entouré, avec une révision haussière vers "conserver" chez UBS, une hausse d’objectif chez Crédit Suisse , tandis que MainFirst a initié sa couverture avec une recommandation d’achat. Les courtiers soulignent que la croissance du résultat pourrait surprendre durant les prochains mois, avec de nombreuses usines qui devraient commencer à contribuer positivement durant les trois prochaines années. UBS souligne également que la hausse du pétrole devrait avoir un impact positif.

Engie  a subi deux baisses d’avis en provenance de Citigroup et d’HSBC. Chez ce dernier, l’analyste a intégré des perspectives moins favorables en raison du climat difficile sur le parc nucléaire belge, et il estime que l’électricien pourrait devoir relever ses provisions sur les activités belges, qui compenseraient l’amélioration opérationnelle réalisée dans les autres pays.

KBC a enregistré plusieurs révisions positives de ses objectifs, en provenance d’ING, de Deutsche Bank , de Natixis  ou d’ABN Amro. Les courtiers restent optimistes quant à un relèvement de la rémunération des actionnaires, et l’analyste d’ING espère que le groupe ne procédera pas à une acquisition qui viendrait remettre en cause cette politique de distribution.

Ackermans & van Haaren   a vu son avis descendre vers "conserver" chez Degroof Petercam, en raison de la baisse du potentiel après la solide performance du cours sur les derniers mois.

Aperam a été abaissé en position neutre chez le Crédit Suisse, en raison de la volatilité des prix en Europe sur l’acier inoxydable et les risques liés aux tarifs américains.

Cofinimmo  a été relevé à l’achat chez KBC Securities suite à l’annonce d’une importante expansion sur le marché allemand des maisons de repos, qui permet d’atteindre une taille critique dans ce pays.

Colruyt  a vu la Deutsche Bank passer en position vendeuse, avec une croissance faible attendue pour 2018, et un programme de rachat d’actions propres qui est déjà pratiquement épuisé. Le groupe de distribution publie ses résultats annuels ce mardi après la clôture de la Bourse de Bruxelles.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés