Le cours du jus d'orange s'envole

©Bloomberg

La "maladie du dragon jaune" sévit plus que jamais dans les vergers d'agrumes en Floride. Résultat: la récolte d'oranges devrait chuter à son plus bas depuis 29 ans et le prix du jus est à son plus haut depuis deux ans à New York.

Le "dragon jaune" fait des ravages en Floride. "J'ai l'impression qu'on est en train de perdre la bataille face au 'huanglongbing', autre nom de cette bactérie venue d'Asie, qui rend les fruits amers et les fait tomber de l'arbre prématurément, se désole Ellis Hunt.

Ce chef d'une grosse exploitation familiale à Lake Wales, dans le centre de l'Etat, cultive des agrumes sur 2.000 hectares.

A cause du microbe, sa production d'agrumes est passée en quelques années de 1 million à 750.000 caisses. La propagation de cette maladie transmise par un insecte est telle cette année que les autorités ont abaissé par quatre fois leurs prévisions pour la récolte à venir.

Au dernier comptage diffusé début avril, le ministère de l'Agriculture (USDA) estimait qu'elle devrait atteindre 110 millions de caisses de fruits, ou 4,95 millions de tonnes. Soit 18% de moins que l'an dernier et le plus faible niveau depuis 1985, quand les vergers avaient été frappés de plein fouet par le gel.

Et bien loin de la récolte record de 244 millions de caisses collectées en 1998. Ces estimations "ont surpris les investisseurs qui ne s'attendaient pas à une telle révision à la baisse", remarque Joe Nikruto, stratège pour la maison de courtage RJO Futures.

Dans la foulée du rapport de l'USDA, le cours du jus d'orange congelé est monté à un niveau plus vu depuis fin mars 2012 sur la plateforme Inter Continental Exchange à New York: le contrat pour livraison en mai, le plus échangé, a gagné 7% en trois séances pour grimper à 1,668 dollars la livre.

Bien sûr cette hausse des cours est aussi alimentée par la sécheresse qui frappe le Brésil, premier producteur mondial de jus d'orange devant la Floride. "Mais les chiffres de l'USDA ont jeté de l'huile sur le feu", assure Joe Nikruto.

Les Etats-Unis restent de loin le premier consommateur mondial de la boisson mais sa consommation a baissé de 30% depuis 2003.

En cause: la multiplication de bouteilles en tous genres dans les rayons, dont l'eau et les sodas allégés, moins caloriques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés