Publicité
Publicité

Le Nasdaq perd plus de 4%

©REUTERS

Wall Street a accentué ses pertes en fin de séance. Le Nasdaq est confronté à un recul des valeurs technologiques, en particulier celles des producteurs de puces informatiques. L'indice a abandonné 4,43% sur la séance.

Pour la cinquième fois en six séances, les indices américains      ont perdu du terrain. Ils sont toujours en course pour vivre leur pire mois depuis septembre 2011. Ce mercredi, la chute était particulièrement lourde pour le Nasdaq, l'indice à haute coloration technologique. Il a glissé de 4,43%, accélérant sa chute dans la dernière heure d'échanges. C'est sa plus forte baisse depuis août 2011. 

Le marché se fait du mouron pour l'évolution des bénéfices des entreprises après plusieurs avertissements en cette période des rapports trimestriels. 

Exemple avec le groupe Texas Instruments, qui a dit subir un ralentissement de la demande pour ses produits. Résultat: son titre a fondu de 8,22% sur la séance. AT&T et UPS se sont repliés de 8 et 5,5% à la suite également de leurs résultats trimestriels, jugés décevants. A chaud, les analystes soulignent "les sommets atteints récemment par les valeurs technologiques". Selon Peter Cardillo, de Spartan Capital, "il est logique qu'elles soient les premières touchées lors des reculs marqués". Facebook plongeait notamment de 4,54%, Netflix de 7,99% et Apple de 2,11%.

Après Bourse, les comptes de Microsoft étaient particulièrement scrutés. La cote craignait que les prévisions du poids lourd de l'informatique ne confirment l'essoufflement des ventes dans le secteur des techs. Pour Microsoft, ça n'a pas l'air d'être le cas. Le propriétaire de Windows a fait mieux que prévu au premier trimestre de son exercice décalé, récoltant toujours les fruits de son recentrage vers le "cloud" informatique. Selon les chiffres publiés mercredi, le géant américain a vu son bénéfice net bondir de 34%, à 8,8 milliards de dollars, sur le trimestre clos fin septembre. Rapporté par action et ajusté des éléments exceptionnels, il ressort à 1,14 dollar, mieux que prévu par les analystes. A 29,1 milliards de dollars (+19%), le chiffre d'affaires est, lui aussi, meilleur que prévu. L'action regagnait 4,6% à 107,03 dollars dans les échanges d'après-Bourse après une clôture en baisse de 5,35% ce mercredi.

-12%
La Nasdaq en correction
Le Nasdaq reste en territoire positif sur l'année mais a perdu plus de 12% depuis son record du 29 août, ce qui correspond à une situation de correction.

Rouge à tous les étages 

Le Dow Jones (-2,46%) a suivi  le mouvement baissier. Son recul est toutefois amorti par le bon bulletin trimestriel de Boeing, dont le titre affiche un gain de 1,31% sur la séance. 

Le S&P 500 a reculé de 3% et efface par la même occasion tous les gains engrangés depuis le début de l'année. L'indice de référence des marchés américains en est à sa sixième séance consécutive de baisse et a perdu du terrain sur 14 des 18 séances depuis le début de ce mois d'octobre. Jusqu'à présent, environ 70% des sociétaires du S&P 500 sont en correction. "Les résultats des entreprises sont bons, mais les investisseurs exercent un examen plus minutieux qu'avant sur les projections de croissance future. Or ces projections sont souvent affectées par la hausse des tarifs douaniers qui rogne sur les marges des entreprises", a commenté Nate Thooft, de Manulife AM.

En cours de séance, la Fed et son livre beige appuyaient indirectement cette thèse en indiquant que les industriels américains commençaient à ressentir les premiers effets des tensions commerciales. En 32 pages, les tarifs douaniers sont cités 51 fois dans le rapport, contre 42 fois dans la précédente livraison de septembre, et ils ont fait l'objet de 186 mentions au total dans le Livre beige depuis l'investiture du président Donald Trump en janvier 2017, contre seulement deux mentions sous son prédécesseur. Une grande différence, donc. 

Signe de la nervosité qui saisissait les investisseurs, l'indice de volatilité des marchés (VIX) évoluait à nouveau près de ses plus hauts depuis avril.

L'actualité des résultats restera chargée ce jeudi à Wall Street avec Merck & Co et Twitter sont attendus en avant-Bourse, puis Alphabet, Amazon.com et Intel à la clôture.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés