Le potentiel du Bel 20 repasse au-dessus de la barre des 10%

© Belga

Les objectifs de cours des analystes n’ont pas beaucoup progressé, mais la baisse des marchés a rendu les actions (théoriquement) plus intéressantes.

Alors que notre bilan de la mi-mars faisait état d’une forte baisse du potentiel de hausse de l’indice Bel 20 et d’une normalisation des valorisations pour les groupes financiers, le mois écoulé aura vu un nouvel écartement de la moyenne tant pour KBC que pour Ageas.

Le potentiel des composantes du principal indice belge a grimpé en moyenne jusque 16,3%, ou de 12,4% hors financières.

A noter que la moitié de la cote présente aujourd’hui un potentiel inférieur à 10%, tandis que ce sont surtout les fortes décotes sur KBC, Ageas, Nyrstar ou D’Ieteren qui continuent de pousser la moyenne vers le haut.

Le renouveau des craintes sur les finances publiques européennes, et en particulier sur l’Espagne, a à nouveau rendu les investisseurs prudents sur le secteur financier, ce qui a entraîné un recul de 32% pour KBC et de 17% pour Ageas, sans qu’il y ait de modifications annoncées par les analystes sur leurs ratings et/ou sur leurs objectifs de cours.

En moyenne, les cours des composantes de l’indice ont reculé de 5,2%, soit 3,1% hors financières. Même si le tassement a été généralisé, quelques valeurs ont néanmoins progressé sur le mois, à savoir Umicore (+7%), Telenet (+4,8%), Elia (+3,3%) et UCB (+2,2%).

Au niveau des objectifs médians, la fin du premier trimestre et les vacances de Pâques n’ont pas entraîné beaucoup de modifications, avec une progression moyenne de 0,6% pour les objectifs sur le mois écoulé, et des modifications d’avis qui auront été particulièrement rares.

Umicore, Solvay et UCB plébiscités

Umicore continue de générer un intérêt croissant de la part des courtiers internationaux, en raison de sa forte position dans les technologies propres, de son flottant de 100% (qui en fait une cible potentiellement très attractive) et de la rentabilité forte de ses activités de recyclage. HSBC a remonté son avis de "sous-pondérer" vers "neutre", tandis que le courtier français Kepler donnait un premier avis "acheter" sur le groupe.

Solvay a de nouveau été très entourée, avec de nombreuses révisions positives de ses objectifs de cours (Nomura, Merrill Lynch, Deutsche Bank) et une hausse de rating par Crédit Suisse (de "neutre" vers "surperformance"). Les analystes estiment aujourd’hui que le consensus continue de sous-estimer la capacité du groupe à dégager une forte croissance des résultats futurs.

Ils estiment également que l’amélioration du climat économique devrait jouer en faveur de Solvay, notamment grâce aux synergies qui permettront une accélération des résultats plus rapide que le reste du secteur.

UCB aura été un des grands vainqueurs du mois écoulé, les analystes semblant de plus en plus convaincus que 2012 sera réellement la dernière année de transition avant le retour d’une croissance bénéficiaire plus dynamique.

Le Crédit Suisse a signifié un premier avis "neutre", tandis que Barclays Capital a fait grimper le sien de "sous-performance" vers "pondération en ligne".

Le groupe pharmaceutique belge a quelque peu surpris les analystes le mois écoulé suite à l'annonce que le Neupro (Parkinson) avait finalement reçu son visa d'entrée sur le marché américain.

AB Inbev a vu sa recommandation descendre vers "conserver" chez KBC Securities, l'analyste estimant que le groupe brassicole aura besoin de procéder à une augmentation de capital s'il décidait de s'offrir SABMiller dans un futur proche.

Le plus grand groupe coté belge a également vu ses objectifs de cours grimper à de nombreuses reprises (Crédit Suisse, Barclays, Merrill Lynch) sur le mois écoulé.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés