Les 5 actions préférées de Luc Van der Elst

©rv

Luc Van der Elst est vice-président de l’Association belge des analystes financiers.

Lotus Bakeries

Lotus Bakeries constitue la perle belge de notre sélection. Dans l’attente de la (première) usine aux États-Unis en 2019 et une reprise de la livre sterling, la croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices est moins spectaculaire que par le passé. Ce qui n’empêche pas que, sous le contrôle et la gestion journalière de la famille Boone, le spéculoos et les autres biscuits Lotus poursuivront leur conquête internationale. Nous sommes d’ailleurs étonnés que l’action ne soit suivie que par deux sociétés de Bourse (belges).

Tessenderlo

2018 ne sera pas l’année de tous les records pour Tessenderlo Chemie : les résultats du premier trimestre sont décevants et aucune croissance du bénéfice d’exploitation n’est attendue pour l’ensemble de l’exercice. Luc Tack, son CEO, a saisi l’opportunité de la faiblesse du cours pour renforcer encore un peu son contrôle sur l’entreprise. Le rachat récent des parts de plusieurs partenaires dans une centrale électrique au gaz (opération qualifiée de bonne affaire par les analystes) souligne de nouveau son opportunisme et son dynamisme. L’assiette fiscale plus basse en Belgique et aux États-Unis peuvent donner un petit coup de pouce au bénéfice par action.

Bois Sauvage

Sur la fin de l’année, le cours de bpost a grimpé largement au-dessus de sa valeur intrinsèque: une excellente occasion d’encaisser le bénéfice. Du fait de l’incertitude due au rachat de Radial, nous remplaçons cette action par Bois Sauvage dans notre sélection. Sa participation de 1,8% dans Umicore représente désormais près du tiers du prix de l’action. Neuhaus reste cependant le principal actif du portefeuille et – comptant sur le leadership d’Ignace Van Doorselaere – nous tablons sur une accélération de la croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices. Même avec une valorisation prudente de Neuhaus, vous achetez Bois Sauvage avec un rabais substantiel.

Agfa-Gevaert

"There and back again, a spin-off tale" décrit parfaitement le parcours boursier de l’action Agfa depuis la nouvelle année. Après les doutes sur le timing quant à la vente de quelques activités de croissance, l’entrée d’un actionnaire activiste s’est avérée suffisante pour redynamiser l’action. Les prévisions relatives à la valeur intrinsèque de l’action aujourd’hui sont le jour et la nuit: un cours plus indépendant pour les différentes divisions ne sera pas seulement salutaire pour leur futur développement, mais également pour leur potentiel de création de valeur.

Balta

La première année boursière du producteur de tapis Balta a été un fiasco: hausse du coût des matières premières, clients en cessation et taux de change défavorables. Rien pour aller dans son sens. Le cours a dégringolé à 30% sous la valeur comptable et la pression sur la direction actuelle pour réaliser un redressement est importante. On ne peut pas non plus exclure l’intérêt spéculatif comme c’était encore le cas la semaine dernière sur Ontex. Est-il si inimaginable que le groupe de private equity Lone Star qui, l’année dernière, s’était (partiellement) retiré à 13,25 euros par action, retire l’entreprise de la Bourse?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect