Les actions belges ciblées par les "shorteurs"

©AFP

Découvrez la liste, mise à jour, des actions belges sur lesquelles des fonds ont pris d'importantes positions à la baisse. Le top 3 comprend Ontex, Euronav et Ablynx.

Depuis notre dernier tour d’horizon des valeurs belges les plus "shortées", c’est–à-dire celles qui font l’objet de spéculations à la baisse par des vendeurs à découvert -les "shorteurs" dans le jargon- le top trois a été complètement chamboulé. En novembre dernier, Ablynx trônait sur la première marche de ce podium peu enviable suivie par Ontex et IBA.

Avant de lever le voile sur le nouveau trio de tête précisons deux choses. Un, ce classement se base sur les données compilées par la FSMA, l’autorité belge des marchés financiers, et ne tient donc compte que des positions vendeuses égales ou supérieures à 0,50% du capital comme la législation le prévoit. Deux, les actions étrangères cotées à Bruxelles comme Engie, ING, Aperam ou Galapagos ne sont pas reprises ici, les déclarations de positions n’étant pas, pour celles-ci, du ressort de la FSMA.

Ablynx ou l'enfer des "shorteurs" 

Le bras de fer que se livraient analystes financiers et "shorteurs" autour d’Ablynx a finalement tourné à l’avantage des premiers qui, dans leur ensemble, recommandaient d’acheter la valeur, lorsque Sanofi a décidé de lancer une OPA sur la biotech gantoise laissant Novo Nordisk sur le carreau.

Le prix de 45 euros par titre proposé par le groupe français représente une prime de 110% par rapport au cours de début janvier avant que les offres de Novo Nordisk ne soient rendues publiques. L’enfer pour les "shorteurs". Mais certains n’ont pas abandonné la partie. Sur les sept fonds spéculatifs totalisant une position vendeuse de 5,7% du capital d’Ablynx répertoriés en novembre, et qui faisait de la biotech l’action belge la plus "shortée", ils sont encore aujourd’hui quatre avec un total de 4,34%. La biotech occupe désormais la troisième position.

Euronav et les naufrageurs

La deuxième place revient à Euronav . Le transporteur maritime de produits pétroliers navigue toujours au creux de la vague. Il n’a pourtant pas ménagé ses efforts ces derniers mois pour profiter de la reprise lorsque ce secteur sortira de son bas de cycle. Rajeunissement de sa flotte et acquisition d’un concurrent américain en sont des exemples. Mais les fonds spéculatifs restent à l’affût. Comme des naufrageurs des temps modernes, ils sont cinq à attendre une nouvelle baisse du titre totalisant 4,96% du capital. Par contre, la famille anversoise Cigrang croit au potentiel du groupe. Ellle est montée jusqu'à 10% dans son capital, il y a peu.



Le flair pour Ontex

Contrairement à Ablynx, les vendeurs à découvert ont eu du flair avec Ontex qui occupe désormais la première marche du podium avec sept "shorteurs" totalisant une position de 5,78%. Fin janvier, le titre a chuté de 13% en l’espace de six séances avant que le spécialiste des produits d’hygiène jetables ne se fende d’un avertissement sur résultat en raison d’une charge exceptionnelle au Brésil.

IBA et Nyrstar

IBA , de son côté, quitte le top 3. Après un quatrième avertissement sur résultats lancé début janvier qui a, une nouvelle fois, envoyé l’action par le fond, le cours a ensuite repris de l’altitude grâce à des spéculations sur une éventuelle OPA et à l’entrée dans son capital de Kempen. Il n’y a plus que deux fonds (2,62% du capital) contre quatre (4,62%) avant qui anticipent un revers du titre.

On croyait que Nyrstar était en passe de quitter les écrans radars des "shorteurs". En novembre dernier, on ne comptabilisait plus que deux fonds, le prix du zinc permettant au groupe de poursuivre sa restructuration dans des conditions favorables. Erreur. Ils sont désormais quatre avec une position totale de 2,4% à guetter un faux pas du groupe.

Pour terminer signalons que l’OPA de Takeda sur TiGenix n’a pas dû plaire à tout le monde. Whitebox Advisors qui détenait une position de 1,13% a abandonné la partie. Par contre, une autre biotech est désormais ciblée, Biocartis avec 0,50% du capital dans les mains d’un spéculateur baissier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content