Les emprunts italiens effacent leurs gains

Mario Monti (©Antonella Nusca)

Les obligations d'Etat italiennes ont effacé lundi leurs gains du début de journée. L'Italie, qui vient tout juste de se doter d'un nouveau chef de gouvernement, a réussi à emprunter 3 milliards d'euros mais au prix fort. Le rendement à 10 ans italien était parallèlement en hausse de 15 points de base à 6,65%.

Les obligations d'Etat italiennes ont effacé lundi leurs gains du début de journée tandis que les futures sur le Bund allemand atteignaient un plus haut de séance. La désignation de Mario Monti pour former le nouveau gouvernement italien ne suffit pas à apaiser les craintes des investisseurs.

Les rendements italiens s'étaient détendus en début de séance, permettant à Rome de mettre à prix 3 milliards d'euros d'obligation à cinq ans à un rendement inférieur à celui observé sur le marché secondaire. L'Italie est parvenue à emprunter ce qu'elle prévoyait, avec une forte demande des investisseurs, de 4,4 milliards.

"L'adjudication italienne s'est plutôt bien passée mais les gens restent dans l'incertitude sur la situation là-bas", explique un trader. "Le repli des Bunds vendredi s'est fait dans de très faibles volumes et on observe un début de retracement après cela", ajoute-t-il.

Lors de sa première adjudication depuis la désignation de Mario Monti pour former le nouveau gouvernement, le Trésor italien a fixé à 6,29% le rendement de nouvelles obligations à cinq ans, un niveau sans précédent depuis la création de l'euro mais inférieur au marché secondaire. Sur ce marché où s'échangent les titres de dette déjà émis, le rendement de l'obligation septembre 2016 se situe juste au-dessus de 6,40%. Il était monté jusqu'à 7,8% environ la semaine dernière au plus fort des turbulences sur les marchés.

Les futures sur le Bund ont atteint un plus haut du jour à 138,19, en hausse de 93 points de base.

Le rendement à 10 ans italien était parallèlement en hausse de 15 points de base à 6,65%. Quant à l'euro, il a touché un plus bas du jour à 1,36785 dollar contre 1,3811 en début de séance en Asie.

"Finalement, si l'adjudication a donné l'impression de s'être bien passée sur le papier, elle n'a concerné qu'un montant fortement réduit et ne concernait qu'une seule ligne", note un autre autre trader.

"Il semble que l'on revienne aux fondamentaux et à la situation sous-jacente."

Mario Monti, 68 ans, a été chargé dimanche soir par le président italien Giorgio Napolitano de succéder au poste de président du Conseil à Silvio Berlusconi qui a quitté le pouvoir samedi soir. Cet économiste réputé doit rassurer les marchés et les dirigeants européens sur la capacité du pays à se financer.

"La rapidité avec laquelle le nouveau gouvernement va parvenir à réduire le déficit et la dette sera la clé", observent les stratégistes de BNP Paribas dans une note.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés