Les marchés européens se réjouissent des stats US

Plusieurs indicateurs macroéconomiques ont rythmé la semaine boursière, à l'instar du combat statistique de ce vendredi entre les 54.000 destructions d'emplois US, accueillies positivement car moins nombreuses que prévu, et le ralentissement de l'activité du secteur tertiaire aux Etats-Unis. Les Bourses européennes ont ainsi enregistré leur meilleure tenue depuis le début juillet.

Comme des oiseaux de proie fondant sur le menu gibier, les investisseurs se sont élancés tout au long de la semaine sur les statistiques donnant positivement tort aux prévisions d'économistes. Afin d'éloigner les mauvais esprits adeptes du scénario de "double dip", les marchés européens ont ainsi basé leur optimisme sur la publication du bilan mensuel de l'emploi américain. "Depuis deux jours, les investisseurs sembl[ai]ent ignorer les mauvaises statistiques économiques et applaudiss[ai]ent lorsqu’un chiffre [était] supérieur aux attentes", analysait plus tôt dans la journée Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse. Et de fait, les marchés d'actions ont nettement accentué leurs gains dès la publication des chiffres du ministère du Travail.

Mais dès la parution de l'indice d'activité des directeurs d'achat du secteur des services, à 51,5 en août contre 54,3 en juillet
, les principaux indices ont leurs gains. A la clôture, le paneuropéen DJ Stoxx 600 n'a finalement pris que 0,86 % à 260,40 points, sous-performant par rapport aux compartiments des valeurs bancaires (+1,52 %), des matières premières et des combustibles (+1,33 %) .

La Bourse de Paris a terminé en hausse vendredi, le CAC 40 s'étant avancé de 1,12%, dans un marché aux faibles volumes d'échanges. L'indice vedette a gagné 40,77 points à 3.672,20 points. La séance s'est réalisée toutefois dans des volumes d'échanges faibles de 3,381 milliards d'euros, dans la lignée de ceux observés ces derniers jours. "C'est étonnant que les marchés rebondissent dans des volumes creux, avec notamment des indicateurs importants", observe Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

La Bourse de Londres a clôturé en nette hausse, aidée comme les autres places par le rapport mensuel sur l'emploi américain entraînant un bond des valeurs minières et bancaires. Les minières ont brillé, sur fond de hausse des cours des matières premières, suite aux chiffres rassurants de l'emploi américain. Kazakhmys a pris 3,05% à 1.285 pence, Anglo American 1,87% à 2.511 pence et Anglo American 1,87% à 2.511 pence. Les banques ont également été recherchées, Barclays s'ajugeant 4,17% à 325 pence et Standard Chartered 1,88% à 1.870,5 pence. L'indice Footsie a gagné 57,11 points, soit 1,06% par rapport à la clôture précédente, à 5.428,15 points. A l'inverse, les producteurs d'or se sont repliés, victimes d'un recul des cours du métal jaune, les investisseurs s'étant détournés de cette traditionnelle valeur-refuge après l'emploi américain. African Barrick a cédé 1,55% à 602 pence et Randgold 1,09% à 5.910 pence.

La Bourse de Francfort a fini la semaine dans le vert. L'indice Dax a gagné 0,83% à 6.134,62 points. Sur la semaine, il a pris 3,09%. Sur le Dax, Merck KGaA a grimpé de 2,75% à 71,02 euros, après l'autorisation en Australie d'un nouveau traitement de la sclérose en plaques sur lequel il fonde beaucoup d'espoirs. Les chances pour Merck KGaA, qui a demandé l'homologation dans une quarantaine de pays, de voir autorisé le médicament ailleurs augmentent ainsi un peu plus. Daimler a pris 1,60% pour finir à 41,67 euros après l'annonce de bons chiffres de ventes de voitures pour août. Sur le marché allemand notamment le constructeur a fait nettement mieux que la moyenne, enregistrant une hausse des ventes substantielle sur un marché en chute de 27%. Dans son sillage, Volkswagen a gagné 1,53% à 82,80 euros et BMW 1,15% à 44,10 euros.

A Bruxelles, l'indice Bel 20 ne s'est renforcé que de 0,48 % à 2.549,96 points. Les financières ont tenu la dragée haute, KBC, la première, son titre ayant engrangé 2,61 % à 34,58 euros. Ageas a bonifié de 2,10 % à 2,13 euros et Dexia de 1,99 % à 3,44 euros. Le compartiment a évidemment profité d'effets sectoriels en Europe. GDF Suez a toutefois participé à la progression de l'indice (1,61 % à 25,95 euros). L'énergéticien a signé un accord de partenariat avec le groupe public brésilien Eletrobras pour le "développement de projets communs" en Amérique latine.

Hors Bel 20, retenons le bond de 7,33 % à 44,20 euros d' EVS Broadcast Equipment tandis que Keyware a souffert de lourdes prises de bénéfice (-18,42 % à 1,55 euros) après s'être envolé de plus de 38,69 % hier jeudi.

AGENDA

ZONE EURO
Les ventes de détail dans la zone euro ont augmenté de 0,1% en volume en juillet comparé à juin, où leur hausse avait été un peu supérieure, selon des données publiées vendredi par l'office européen des statistiques Eurostat. En juin, le commerce de détail avait crû de 0,2%.

USA
L'économie américaine a détruit des emplois en août pour le troisième mois d'affilée mais nettement moins qu'attendu et le secteur privé a créé davantage d'emplois que prévu, montrent les statistiques officielles publiées vendredi. Le mois dernier, 54.000 emplois non-agricoles ont été supprimés, selon le département du Travail, sous l'effet de la perte de 114.000 emplois saisonniers. Les économistes et analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 100.000 destructions d'emplois. Le département du Travail a en outre révisé en forte baisse le nombre de postes détruits en juillet, à 54.000 contre 131.000 annoncé initialement. Le seul secteur privé a créé 67.000 postes en août, contre 107.000 (révisé de 71.000) en juillet, alors que le marché en n'attendait que 41.000 créations pour août. Le taux de chômage a néanmoins augmenté pour ressortir à 9,6%, en ligne avec les prévisions des économistes, contre 9,5% en juillet. L'horaire de travail hebdomadaire moyen est resté stable à 34,2 heures.


La croissance de l'activité dans le secteur des services aux Etats-Unis a ralenti nettement plus qu'attendu en août, montre l'enquête mensuelle de l'institut ISM publiée vendredi. L'indice d'activité des directeurs d'achat du secteur calculé par l'Institute for Supply Management s'est établi à 51,5 le mois dernier contre 54,3 en juillet. Les économistes et analystes anticipaient en moyenne un indice en baisse à 53,5. Malgré son repli plus marqué qu'anticipé, cet indicateur reste pour le huitième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui marque la limite entre expansion et contraction de l'activité. Le détail des résultats de l'enquête montre que le sous-indice d'activité des entreprises a reculé pour s'établir à 54,4 en août, contre 57,4 en juillet. La composante des prises de commandes affiche également une baisse à 52,4 contre 56,7 le mois précédent et le sous-indice de l'emploi est repassé en-dessous de la barre des 50 pour atteindre 48,2 en août contre 50,9 en juillet. L'indice ISM des services et sa composante emploi reviennent ainsi au plus bas depuis janvier, le sous-indice des nouveaux contrats tombant au plus bas depuis décembre dernier.


VALEURS :

DEXIA

Alors que le quotidien flamand De Standaard annonce ce matin que le groupe bancaire franco-belge Dexia planche sur un troisième plan de restructuration qui menacerait entre 700 et 800 emplois, son patron, Pierre Mariani, pourrait quitter son poste prochainement.
Le Monde du 3 septembre affirme en effet que le CEO chargé de redresser la banque aux côtés de Jean-Luc Dehaene pourrait être appelé à L’Elysée. Il y remplacerait le bras droit de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, au poste de secrétaire général de l’Elysée.

GDF SUEZ
Le groupe de Gérard Mestrallet et le groupe public brésilien son parvenu à un accord pour "le développement de projets communs". Le périmètre de cet accord comprend tous les pays situés en Amérique centrale, Amérique du Sud et en Afrique.

UMICORE
Le groupe spécialiste des matériaux spéciaux a indiqué que la mise en paiement de son dividende intermédiaire aurait lieu à partir du 13 octobre.

OMEGA PHARMA
ING a réduit son objectif de cours sur la valeur à 36 euros contre 40 euros avant. L’avis reste à " acheter ".

IMMOBEL
Le groupe Immobel a acquis ce 3 septembre 2010 un droit réel d’une durée de 99 ans sur l’immeuble appartenant à Euler Hermes situé à Bruxelles à l’angle des rues Montoyer et du Commerce explique un communiqué paru vendredi.
Immobel entend développer un nouvel immeuble de bureaux intégrant les techniques de pointe en matière de développement durable ; projet pour lequel la société s’est adjointe les services du bureau d’architecture Art&Build.

MONTEA
La Sicafi Montea, spécialisée dans l’immobilier logistique et semi-industriel en Belgique et en France, annonce vendredi matin la nomination de Jo De Wolf au poste de CEO. Jo De Wolf succèdera à Dirk De Pauw qui assumait la fonction de CEO ad interim depuis la mi -février

Depuis 2006, Jo De Wolf, 36 ans, dirigeait la division Immobilier de la Brussels Airport Company. A ce titre, il était responsable notamment de la stratégie de redéploiement et de l’expansion de la zone logistique Brucargo à l’aéroport de Bruxelles National (Brussels Airport). Entre 2000 et 2004, il a travaillé pour l’immobilière Leasinvest Real Estate où il a été chargé de la politique commerciale, puis également de la politique d’investissement.

GIMV
La société d'investissement flamande devient l'actionnaire majoritaire du Français Onedirect dont les sites de ventes de téléphones en ligne accueillent 350.000 visiteurs par mois.

KEYWARE
La société est actuellement en discussion avec plusieurs groupes internationaux autour d'un possible rachat. Son titre a flambé (38,69%) ce jeudi.

THENERGO
Le groupe spécialisé dans des projets énergétiques durables fait face à des problèmes financiers. Il a annoncé la vente de son projet " Greenpower " et de son site industriel de Houthalen pour un apport d’1,5 million d’euros en cash.

EPIQ
- Fin de l’offre publique de reprise par Elex à 1,75 euro par action (16h).

PUNCH TELEMATIX
- Offre de reprise par Trimble à 3,20 euros par action. Jusqu’au 17 septembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés