Publicité
Publicité

Les marchés guère émus par la mort de ben Laden

Les valeurs européennes ont signé leur huitième séance de hausse consécutive, in extremis. Les opérateurs ont salué la mort du leader d'Al Qaïda, synonyme d'abaissement de la prime de risque liée au terrorisme. Mais en l'absence des intervenants anglais, les principales Bourses se sont essoufflées à l'approche d'anciens sommets.