Les nouveaux locataires du Bel 20, qui sont-ils?

©BELGAIMAGE

Avec l’introduction d’ING, Ontex et Galapagos dans le principal indice d’Euronext Bruxelles, la capitalisation boursière totale du Bel 20 a gonflé de 47 milliards d’euros. Elle atteint un nouveau record de 369 milliards d’euros.

ING

©BELGA

Avec l’entrée de la banque néerlandaise ING dans l’indice Bel 20, c’est en quelque sorte l’ex-Banque Bruxelles Lambert (BBL) qui y fait son retour. L’entité belge compte pour 18% des affaires de l’ensemble du groupe bancaire. C’est ce qui vaut à ING, qui est coté à la Bourse de Bruxelles, d’obtenir un fauteuil dans l’indice Bel 20.

ING affiche une capitalisation boursière de 43,6 milliards d’euros, soit près de 10 fois celle des trois sociétés réunies qui viennent de quitter l’indice (Delta Lloyd , D’Ieteren et Befimmo ). La banque est désormais le 2e poids lourd du Bel 20, après AB InBev (106,9 milliards), mais devant Engie (33,7 milliards) et KBC (19,6 milliards).

L’action ING, qui offre un rendement brut de 5,76%, est plutôt appréciée. Elle se porte mieux que l’ensemble de son secteur depuis janvier. Elle recule de 9,2% contre -16,1% pour l’indice Stoxx 600 Banques.

Ontex

©Wim Kempenaers (WKB)

Moins de 2 ans après son retour à la cote de Bruxelles (en juin 2014 au prix de 18 euros l’action), le spécialiste des produits d’hygiène à usage unique Ontex s’offre le luxe d’intégrer la composition du Bel 20. Son action a néanmoins été récemment chahutée, à l’annonce de perspectives mitigées pour les affaires de la société en 2016. À 28,55 euros, elle accuse à ce jour un repli de 12,84% depuis fin 2015. Parmi les 9 analystes suivis par Bloomberg et qui se sont prononcés depuis cette annonce faite le 8 mars, 3 recommandent l’action à l’"achat", 4 de la "conserver" et 2 de la "sous-pondérer". Les objectifs de cours vont de 26,5 à 38 euros. Ces analystes tablent sur un profit par action de 1,76 euro cette année. Le dividende brut devrait représenter au moins le tiers de ce montant. Soit environ 0,52 euro. Ce qui assurerait un rendement proche de 1,8% à l’action.

Galapagos

©BELGAIMAGE

Sans aucun doute, l’action Galapagos est réservée aux investisseurs avertis. Le groupe biotech qui n’a plus réalisé de profits depuis 4 exercices parviendra-t-il à conserver plus longtemps son siège dans le Bel 20 que son concurrent ThromboGenics ? C’est que ses actionnaires le lui souhaitent. Depuis son sommet historique d’août 2015 (55,5 euros), il reste que son action a perdu 37% de sa valeur.

Au début de ce mois, Galapagos indiquait disposer d’une trésorerie (cash ou équivalents) de 348 millions d’euros à fin 2015. En excluant les paiements perçus de son partenaire américain Gilead pour le filgotinib, Galapagos évalue à 100- 120 millions d’euros ses besoins en cash cette année. Les analystes suivis par Bloomberg visent un profit par action de 1,88 euro en 2016 avant de revirer au rouge en 2017 (-1,46 euro).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés