Les ventes de voitures déçoivent Wall Street

©AFP

Ces chiffres mensuels de ventes de voitures neuves ont fait reculer l'ensemble du secteur automobile à Wall Street qui termine en légère baisse.

La Bourse de New York a commencé la semaine sur une note négative. Le Dow Jones et le Nasdaq ont respectivement perdu 0,06 et 0,29%. Le S&P 500 a abandonné 0,16%.

Douze États américains ont accusé lundi le gouvernement Trump de bloquer illégalement la publication des dates d’application de normes d’économie d’énergie sur certains produits. Cette information, additionnée à l’échec législatif de sa réforme de l’Obamacare et au blocage de son décret anti-immigration, laisse croire que la réforme fiscale promise par Donald Trump et très attendue par les marchés pourrait aussi avoir du mal à voir le jour.

"Le marché a été un peu décontenancé par les récents commentaires de Trump concernant sa réunion avec Xi Jinping."
Andre Bakhos
Janlyn Capital

Les déclarations de Donald Trump avant sa première rencontre avec son homologue chinois en fin de semaine ont également pesé sur la tendance. Le président américain a jugé que sa rencontre avec Xi Jinping serait "très difficile", rappelant que les Etats-Unis ne pouvaient tolérer plus longtemps des déficits commerciaux massifs et des pertes d'emplois. "Le marché a été un peu décontenancé par les récents commentaires de Trump concernant la réunion", relève Andre Bakhos, directeur général chez Janlyn Capital.

"On ne va certainement pas voir beaucoup de mouvements cette semaine sur le marché", a pronostiqué Bill Lynch de Hinsdale Associates, estimant que les investisseurs avaient adopté un comportement "attentiste" avant la publication vendredi des chiffres mensuels sur l'emploi américain, indicateur le plus attendu de la salve hebdomadaire.

Le secteur automobile a également influencé les investisseurs. Les grands constructeurs automobiles américains, en particulier General Motors (-3,37%, à 37,17 dollars) et Ford (-1,72%, à 11,44 dollars), ont annoncé avoir vendu moins de voitures neuves qu’espéré le mois dernier. Cette annonce a fait de l’ombre aux bons chiffres de l’industrie aux États-Unis. L’activité manufacturière a connu un ralentissement au mois de mars, mais cette baisse s’est avérée moins importante que prévu. Tesla a par contre grimpé de 7,27% et touché un pic historique après que le constructeur de voitures électriques a annoncé une hausse de 69% de ses livraisons au premier trimestre, à un volume sans précédent de 25.000 véhicules.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés