Londres domine les IPO en Europe

©REUTERS

La Bourse de Londres est celle qui a attiré le plus d’introductions dans l’Union européenne au premier trimestre, selon une étude de PwC.

Près de la moitié des levées de fonds initiales réalisées dans l’Union européenne ont été effectuées dans la City de Londres (2,1 milliards d’euros) durant cette période. Sur les 53 sociétés qui ont été cotées en Bourse dans l’Union européenne, 20 ont choisi le London Stock Exchange (LSE). Cette donnée est en contradiction avec le sentiment général qui prévalait depuis le début de l’année, et qui a notamment été alimenté par les nombreuses annonces de déménagement ou de "décrochages" de firmes ou de banques londoniennes vers le continent européen.

Les calculs de PwC sont toutefois validés par ceux communiqués par le LSE, identiques à quelques centaines de milliers d’euros près. Le rythme d’introduction en Bourse est par ailleurs légèrement supérieur à celui enregistré au premier trimestre de 2016, lorsque le Brexit semblait encore une hypothèse très incertaine. Il est également plus élevé que celui enregistré l’été dernier, dans la foulée du référendum.

Les incertitudes demeurent

Toutefois, il est toujours prématuré de tirer des conclusions. Après avoir été dépassée pendant quelques mois par les marchés nordiques, qui ont bénéficié d’IPO exceptionnelles à plus d’un milliard d’euros, Londres a certes repris sa première place dès l’automne dernier. Mais elle doit cette domination à la proportion écrasante (87%) des IPO de firmes financières. Cette étude confirme que la City reste, de loin, le leader européen du secteur financier.

La deuxième raison incitant à la prudence sur la robustesse de la Bourse de Londres est la perte de parts de marché par rapport au premier trimestre de l’an dernier: le volume des introductions en Bourse dans l’ensemble de l’Union européenne a atteint 4,5 milliards d’euros au premier trimestre, soit un bond de près d’un milliard par rapport à janvier-mars 2016. Londres a progressé, mais nettement moins rapidement.

De même, il serait trompeur de parler d’un dynamisme européen puisque le volume des IPO en Europe est en baisse régulière depuis environ trois ans. Ce bon premier trimestre est en grande partie dû aux deux introductions majeures réalisées en Espagne: 709 millions d’euros pour le constructeur Neinor Homes et 750 millions pour la firme financière Prosegur Cash. Ces deux IPO ont représenté à elles seules près d’un tiers de l’ensemble des volumes européens introduits.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés