Marée rouge sur les marchés européens

La cause de la chute des Bourses européennes: une nouvelle dévaluation de la monnaie chinoise. ©© Imaginechina/Corbis

Au lendemain d'une dévaluation surprise de près de 2%, la banque centrale chinoise a de nouveau laissé filer le yuan. Les principales Bourses européennes sont dans le rouge, pénalisées par la chute de la monnaie chinoise.

Les Bourses européennes creusent leurs pertes, sous le coup d'une nouvelle dévaluation de la monnaie chinoise qui alimente les craintes sur la santé de la deuxième économie mondiale.

Les marchés sont sous le coup de la dévaluation de la monnaie chinoise, d'autant plus que le pays a abaissé de nouveau fortement mercredi le taux de référence du yuan face au dollar, pour le deuxième jour consécutif. La banque centrale chinoise avait pourtant averti mardi que cette soudaine baisse du niveau du yuan était "une action unique" et ne se répèterait pas.

"Le marché s'était dit que les autorités resteraient tranquilles pendant quelques jours après la première dévaluation mais la deuxième a surpris parce qu'elle est très rapprochée" (Alexandre Baradez, analyste chez IG France)

Cette fois, la banque centrale chinoise a fixé le point médian de la bande de fluctuation de sa devise sous le cours de clôture de la veille.

Les investisseurs ont également été perturbés par le fort ralentissement de la production industrielle en Chine en juillet, avec une hausse de 6% sur un an, très en-deçà des attentes des analystes.

 

 

Mardi, les marchés européens avaient déjà clôturé en fort repli à la suite de la dévaluation surprise du yuan décidée par Pékin après plusieurs indicateurs économiques décevants.

En deux jours, la monnaie chinoise a perdu plus de 4%.

Craignant une nouvelle guerre des monnaies qui pourrait déstabiliser l'économie mondiale, les investisseurs délaissent les actifs risqués au profit de valeurs refuge.

Conséquences?

• Le rendement de la dette allemande à deux ans a touché un plus bas record à 0,288% et celui des obligations du Trésor américain à même échéance ont touché un plus bas d'un mois, à 0,633%.

• Comme la veille, les valeurs particulièrement exposées au marché chinois sont sous pression. L'indice des ressources de base et celui de l'automobile cèdent plus de 3% et affichent les plus forts reculs sectoriels européens.

• Les valeurs du luxe sont également malmenées. Kering, LVMH , Richemont et Swatch Group lâchent entre 2% et 3%.

• Sur le marché des changes, les devises des pays émergents fléchissent, de l'Indonésie au Brésil, les investisseurs craignant que leurs banques centrales suivent l'exemple de la Chine.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés